background preloader

Conseil scientifique de l’éducation nationale

Conseil scientifique de l’éducation nationale
Notre société est confrontée à des défis majeurs de santé publique, de développement durable et d’information de masse. Afin d’effectuer des choix informés dans ces domaines ou dans d’autres, il est nécessaire d’être capable de distinguer les connaissances et les opinions, mais aussi de différencier les informations qui méritent notre confiance, de celles qui ne présentent pas de garantie suffisante de fiabilité. Le texte du groupe de travail « Eduquer à l’esprit critique » du CSEN tente d’identifier parmi les connaissances scientifiques déjà disponibles, les mécanismes naturels qui sont à l’œuvre dans l’exercice de l’esprit critique. C’est sur la base de ceux-ci et notamment de leurs limites, que les auteurs, Elena Pasquinelli et Gérald Bronner, proposent une série d’indications claires et pratiques pour son enseignement. Consultez le texte

https://www.reseau-canope.fr/conseil-scientifique-de-leducation-nationale.html

Related:  NeuroNeurosciencesRéférencesNeurosciencespensée critique/ sceptique

[Interview] Qu'est-ce que la charge cognitive ? André Tricot est professeur de psychologie à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, EPSYLON Lab. Son travail de recherche concerne les apprentissages et la recherche d’information avec des documents numériques, selon une approche cognitive et ergonomique. Il s’intéresse à la théorie de la charge cognitive et à l’ergonomie des interfaces homme-machine. Nous l’avons interrogé pour vous à propos de la théorie de la charge cognitive et de ses conséquences pour l’éducation.

Le service public numérique pour l’éducation Un effort financier significatif depuis le vote de la loi de 2013Un service public sans objectifs clairsUne co-construction inaboutie entre État et collectivités, des disparités territoriales persistantesDes responsabilités propres à l’Éducation nationale à faire prévaloirDoter la totalité des écoles et établissements scolaires d’un socle numérique de base Un effort financier significatif depuis le vote de la loi de 2013 Les investissements en faveur du numérique éducatif ont beaucoup progressé entre 2013 et 2017 : ceux des trois niveaux de collectivités ont représenté 2 Md€ et ceux de l’État près de 300 M€ (alors que son engagement initial était annoncé à hauteur d’1 Md€). Cet effort financier est resté inscrit dans un cadre d’interventions publiques classique, fondé sur le financement d’équipements individuels (pour les deux tiers des crédits de l’État), dans une logique d’appels à projet qui s’est traduite par une politique de guichet peu sélective.

Faut-il interdire aux étudiants de prendre des notes avec un ordinateur ? Caroline Huron, Chargée de recherche à l’Inserm, Présidente du Cartable Fantastique : En 2014, deux chercheurs américains ont comparé l’efficacité de la prise de notes d’étudiants lorsqu’ils écrivaient à la main et lorsqu’ils tapaient à l’ordinateur (1). En concluant que l’écriture manuscrite était plus efficace que la frappe au clavier, ils ont déclenché une vague d’interdiction de l’utilisation de l’ordinateur pour la prise de notes dans les universités, aux USA comme en France. Former les enseignants à enseigner l’esprit critique L’école, et a fortiori les enseignants, ont un rôle à jouer dans l’éducation à la pensée critique. De nombreuses formations consacrées à l’esprit critique, la zététique, l’autodéfense intellectuelle et la science comme méthode d’enquête sur le monde, ont été mises en place dans plusieurs académies, (voir l’article de cette rubrique dans le numéro 333 de Science et pseudo-sciences, juillet 2020 [1]). Mais en quoi consistent ces formations qui s’adressent aux enseignants ? La formation et ses objectifs Ces formations 1 intitulées « Esprit critique, science et société » sont destinées à tous les membres des équipes pédagogiques des établissements du second degré. Elles se déroulent en général sur une journée et regroupent des enseignants issus de toutes les disciplines : langues vivantes, histoire et géographie, éducation physique et sportive, lettres, technologie, mathématiques, physique-chimie, sciences de la vie et de la Terre ou encore philosophie.

A la découverte du cerveau Les activités physiques Rester actif est sans doute ce que l’on peut faire de mieux pour la santé de son cerveau. De nombreuses études l’ont démontré : faire de l’exercice physique régulier favorise le bon fonctionnement du cerveau. Il améliore l’humeur, diminue l’apparition de troubles cognitifs et stimule le renouvellement des neurones et l’apparition de nouvelles connexions entre eux. > En savoir plus IEN St Gervais / Pays du Mont-Blanc - Conférence à Chamonix sur les sciences cognitives à l'école, par Isabelle Roos Isabelle Roos, IEN adjointe au délégué académique au numérique pour le premier degré pour l’académie d’Aix-Marseille présente quelques neuromythes, que la science a désormais infirmés, et l’expérimentation Cogni’classe. L’expérimentation consiste à tester en classe des situations pédagogiques prenant appui sur les éléments de la recherche en sciences cognitives. Ces ressources permettent de développer des compétences sur les axes suivants : l’attention, l’inhibition et la mémorisation. La circonscription de Saint-Gervais Pays du Mont-Blanc travaille cette année avec 36 classes sur les axes pédagogiques issus des sciences cognitives afin de : Le dispositif répond au cahier des charges du plan de formation départemental et s’intègre dans le plan d’animation de la circonscription. Il a permis d’organiser :

Bien-être : Eirick Prairat et "l'hospitalité scolaire" Eirick Prairat enseigne la philosophie de l’éducation à l’Université de Lorraine. Il est également chercheur associé à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et a récemment publié "Eduquer avec tact" (ESF, 2017) et "Propos sur l’enseignement" (PUF, 2019). Ses travaux ouvrent de perspectives très heuristique pour penser le bonheur. Il était donc particulièrement pertinent de l’interroger sur la notion d’hospitalité scolaire qu’il a définie. Vous avez forgé la notion d’hospitalité scolaire. De quoi s'agit-il ?

Pourquoi refuser la gestion mentale et les profils d’apprentissage et choisir d’enseigner explicitement des stratégies cognitives ! Je travaille dans un établissement d’enseignement secondaire belge et le "nouvel" engouement pédagogique qui touche ma région est une résurgence de la gestion mentale. Peut-être que cela tient de l’épiphénomène, mais les proportions sont loin d’être négligeables puisqu’à ce jour 20 écoles participent et les formations semblent concerner plus déjà plus de 200 enseignants ! A côté de ça, on me propose également de tester le profil d’apprentissage de mes élèves, et d’adapter mon enseignement en conséquence, selon la méthode plus récente de Jean-François Michel sur les 7 profils d’apprentissages.

cqfd-lamap Les programmes scolaires permettent d’aborder la différence entre opinions et croyances d’une part, et connaissances d’autre part. De nombreuses thématiques amènent les enseignants à discuter de ces notions en classe, et cela n’est pas toujours facile. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons une série de 3 interviews avec 3 experts du domaine. Hugo Mecier Notre premier intervenant est Hugo Mercier.

Démarrer en métacognition – TeacherShare.net Je vais résumer ici un article du Cambridge Assessment International Education qui s’appelle Getting started with metacognition que vous trouverez ici. La métacognition est la manière avec laquelle les élèves planifie, contrôle et évalue leur manière de penser lorsqu’ils apprennent. Notre rôle est donc de les aider : – à prendre conscience de ces stratégies qui existent et qu’ils peuvent utiliser (exemple : lire le texte en diagonale m’aide à comprendre le sens général), et de leurs capacités/compétences en général (exemple j’ai du mal à retenir les dates) ou de manière spécifique (les idées de ce texte sont complexes). On parle de la connaissance métacognitive.

Conférences internationales Le dispositif ÉvalAide évalue les compétences cognitives de tous les élèves français en début et en milieu de CP ainsi qu’en début de CE1. L’objectif est d’identifier les besoins spécifiques de chaque élève afin de mieux adapter l’intervention pédagogique des enseignants. Les évaluations fournissent des repères précis sur les acquis et les progrès de chaque élève dans différents domaines du langage et des mathématiques. Le document, disponible ci-dessous en téléchargement, décrit les principales données scientifiques et les contraintes pratiques qui ont présidé à la conception du dispositif ÉvalAide. ÉvalAide (PDF)

Bac : « La grève des correcteurs a démontré qu’il était urgent de réformer ce diplôme » La croix : Quelle lecture faites-vous de l’actuelle crise du baccalauréat ? Alain Boissinot : Cette crise, tout comme d’ailleurs le report de quelques jours des épreuves du brevet pour cause de canicule, met en lumière ce que l’on faisait semblant de ne pas voir depuis des décennies, la fragilité de notre système d’examens. Le baccalauréat est tellement complexe qu’il en est devenu déraisonnable, à la merci de n’importe quel mouvement.

Related: