background preloader

(6) Des jeunes au bord de l’illettrisme numérique

(6) Des jeunes au bord de l’illettrisme numérique
Tribune. «Chaque génération possède un million de visages et autant de voix» : ainsi débute un article du Time, publié en novembre 1951, qui se pose la question de savoir s’il est possible de dépeindre le portrait d’une génération entière. S’ensuit une enquête hasardeuse mais captivante durant laquelle des correspondants, partout à travers les Etats-Unis, sondent les jeunes, leurs parents et leurs professeurs, avec une bien audacieuse ambition : au million de visages et de voix, trouver des traits communs et des tonalités semblables. Cette enquête, plus lyrique que scientifique, donne naissance à un terme qui traverse les âges pour décrire la jeunesse américaine des années 50 : la génération silencieuse. Celle qui ne veut pas aller à la guerre mais montre peu d’enthousiasme pour la paix. Mes doutes sont confirmés par des études. Et pour aller plus loin... La vision idéalisée C’est ce qui mène certains sociologues à rappeler la nécessité de faire la différence entre l’accès et l’usage.

https://www.liberation.fr/debats/2018/11/21/des-jeunes-au-bord-de-l-illettrisme-numerique_1693449

Related:  Pratiques numériques et informationnelles des jeunesInégalitésveille informationnelleRessources professionnellesVeille

Exode de Facebook. Les jeunes quittent le navire ? Presque la moitié (44%) des jeunes Américains ont désinstallé Facebook de leur téléphone au cours de l'année. En voilà un chiffre impressionnant ! En sondant plus de 3400 Américains âgés de 18 à 29 ans, le Pew Research Center montre que le désintérêt des plus jeunes pour Facebook est bien réel. L’année 2018 n’est pas terminée, mais elle n’aura pas été toute rose pour le Social Network. Quelques scandales et une crise de confiance plus tard, certains utilisateurs ont tranché. Les résultats parlent d'eux-mêmes :

L'économie du temps libre (2/4) : La fabrique des goûts culturels Dans un contexte d'ouverture à la diversité, les pratiques culturelles évoluent et sont de moins en moins homogènes. Cinéma, musique, séries... les goûts semblent faire fi des genres et des classes, pour s'établir en fonction de critères nouveaux qui remettent en question la notion de légitimité. Deuxième épisode de notre série consacrée à l’économie du temps libre et des loisirs : après l’histoire des cités balnéaires hier, ce sont les goûts et les pratiques culturelles que nous allons explorer aujourd’hui. En 1979, dans La Distinction, Bourdieu analysait pour la première fois l’hégémonie du snobisme intellectuel, emblématique de l’ère du capitalisme industriel bourgeois.

Peut-on s’opposer à l’informatisation du monde ? Sommes-nous encore libres de décider de nos usages et modes de vie collectifs ? L'auteur fait le constat du paradoxe d'une société où le diktat technologique impose, malgré la volonté de ses citoyens, l'implantation et l'utilisation de technologies numériques de plus en plus performantes et pénétrantes (comme la 5G), alors même qu'elles contribuent à accélérer la catastrophe écologique en cours. Temps de lecture : 19 minutes Le 13 mars 2019, dans l’émission « Du grain à moudre » sur France Culture, Hervé Gardette reçoit trois chercheurs pour répondre à une question a priori peu subversive : « La 5G va-t-elle nous simplifier la vie ?

L'exception pédagogique  Informations juridiques Conditions d'utilisation : Droit de propriété intellectuelle : la présentation et le contenu du site www.cndp.fr constituent des oeuvres protégées par la législation française et internationale relative à la propriété intellectuelle. Les éléments de fond protégeables tels que les textes, les photographies, les données, les graphiques, les vidéos, les images…, ainsi que les éléments de forme (choix, plan, disposition des matières, organisation des données…) sont la propriété du CNDP au titre du droit d'auteur et au titre du droit du producteur de la base de données. Panorama des médias sociaux 2020 Comme chaque année depuis 12 ans je vous propose une nouvelle version de mon panorama des médias sociaux. Cette douzième version est particulièrement complète, car avec le confinement les usages se sont grandement intensifiés et diversifiés. Certes, étant coincés à la maison, nous n’avons pas d’autres moyens à disposition pour socialiser, il n’empêche que l’année 2020 marque la consécration des grandes plateformes sociales et sonne un nouveau départ pour de nombreux usages de niches qui trouvent dans cette crise sanitaire un second souffle.

Les moins de 13 ans plébiscitent toujours Snapchat, Instagram… et TikTok Par Mickaël Mavoungou-Nombo et Barbara Chazelle, France Télévisions, Media Lab Des hors-la-loi sévissent sur les réseaux sociaux. Pas de panique, ils sont inoffensifs. Bien que cela leur soit interdit, les moins de 13 ans sont de plus en plus nombreux à s’y inscrire, en mentant sur leur âge, tout simplement. L'agence Heaven, en partenariat avec l’Association Génération Numérique, vient de sortir la 3e édition de son baromètre* Born Social, une enquête organisée à la rentrée des classes pour analyser l’usage des réseaux sociaux par ces clandestins du web. (Pour se remettre dans le bain, notre résumé de la 2e édition est disponible ici) Après les gilets jaunes, repenser les classes sociales Tribune. Si le mouvement des gilets jaunes est l’expression de l’affaiblissement des corps intermédiaires est-il pour autant le signe d’un déclin des classes sociales ? Ce mouvement, on l’a souvent souligné, semble, en effet, le réceptacle de revendications éparses et peu coordonnées, exprimées par des personnes au statut socioprofessionnel différent et qui ne partagent pas forcément les mêmes orientations politiques et les mêmes aspirations. Cet ensemble disparate peut donner l’impression d’une non-classe sociale et renforcer les arguments de celles et ceux qui défendent, depuis le milieu des années 90, la thèse de «la mort des classes». Nous pensons au contraire que ce mouvement est avant tout le signe d’un renforcement des conflits de classe qu’il convient de saisir et d’interpréter à partir d’un cadre analytique renouvelé.

La fracture numérique n'épargne pas les jeunes On les appelle parfois les “digital native”" mais l’expression est trompeuse, car la génération des “enfants du numérique”" (c’est la traduction québécoise) n’est pas épargnée par l’illectronisme. Cette forme d'illettrisme des temps modernes touchait 17% de la population française en 2019 d’après l’Insee, et pas seulement des vieilles personnes en milieu rural. L’âge est un critère bien sûr, avec le niveau de revenu et d'éducation, mais il n'y a pas de profil type et la période du confinement a permis de le constater plus encore.

Related: