background preloader

L’éducation des filles et des garçons : paradoxes et inégalités

L’éducation des filles et des garçons : paradoxes et inégalités
Gaussel Marie (2016). L’éducation des filles et des garçons : paradoxes et inégalités. Dossier de veille de l’IFÉ, n°112 Disponible au format PDF : 112-octobre-2016 Dans les systèmes éducatifs mixtes, les filles et garçons reçoivent un enseignement considéré comme identique, mais qu’en est-il réellement ? On s’aperçoit que, malgré une meilleure réussite des filles à l’école (en termes de durée moyenne des études, de niveau moyen des diplômes, de taux de réussite aux examens), elles sont toujours sous-représentées dans les filières prestigieuses et porteuses d’emploi. C’est à ces questions que s’attache à répondre notre dossier en s’intéressant aux mécanismes en jeu dans la construction des rôles sexués assignés aux filles et aux garçons pouvant mener à ces discriminations genrées. Dans les systèmes éducatifs mixtes, les filles et garçons reçoivent un enseignement considéré comme identique, mais qu’en est-il réellement ? La construction de l’identité sexuée Différents ? Rôles sexués

https://edupass.hypotheses.org/1036

Related:  A LIREFéminisme

Soja, santé, danger - La vérité sur un article délirant Un article sur le soja publié par le site (douteux) "Santé-nutrition.org" a semé la panique parmi les internautes. Cet article, écrit par un certain Claude Traks procède par une série d'affirmations alarmistes, présentant cet aliment comme un poison à peine moins mortel que la strychnine. Nous avons donc demandé à Hervé Berbille de confronter aux données scientifiques les affirmations de Claude Traks et "Santé-nutrition.org". Tout ou presque est faux. Preuves à l'appui. « Il (le soja) sera l’un des plus grands scandales à venir ! Les femmes sont-elles vraiment plus touchées que les hommes par la charge mentale ? Les femmes seraient plus touchées par la charge mentale que les hommes. Cela semble une idée reçue : qu'en est-il vraiment ? Sommes-nous tous égaux devant ce mal ? Retrouvez ici les explications psy / socio / historiques évoquées par des spécialistes dans la "Tête au carré".

Comment la cour de récré favorise le sexisme dès le plus jeune âge « T’ar ta gueule à la récré ! » Alain Souchon a 10 ans. C’est un garçon. En toute « logique », il se bagarre. Vitamine B12, les leçons du passé Avant la découverte de la vitamine B12 en 1948, aucun exemple n’atteste la validité nutritionnelle des alimentations végétales, au contraire. Il est extrêmement difficile de déterminer l’alimentation exacte des pionniers. Restent leurs échecs. Talents Hauts, la maison d’édition jeunesse qui piétine les stéréotypes - Enfants Les petites filles n’aimeraient-elles que la danse, et les garçons le foot ? Depuis 2005, la maison d’édition Talents Hauts s’attache à ne pas mettre les enfants dans des moules, et valorise au contraire leur différence et leur libre arbitre. Ce garçon-là n’aime pas le foot et il n’ose le dire à son père. « Alors, tous les dimanches, qu’il pleuve à gros bouillons, ou que la neige couvre le gazon, on part à l’entraînement. » Cette petite fille-là n'aime pas la danse et n’ose pas le dire à sa mère. « Alors, tous les mercredis, j'enfile mon tutu. Mais j'aime pas les tutus. Ça gratte et c'est rose. » Et puis il y a cette Blanche-Neige qui n’en peut plus de s’occuper des soixante-dix-sept nains qui lui réclament sandwichs, histoires et repassage à longueur de journée. Il y a ces cocottes qui en ont ras-le-bol du coq qui ne fait jamais le ménage dans le poulailler.

Pourquoi je ne suis pas pro-sexe D’un côté y a les pro-sexe, de l’autre des gens qui ne se diront jamais anti-sexe. Un jour, alors qu’on parlait de la prostitution, une amie m’a dit: « je suis pro-sexe ». « Mais moi aussi je suis pro-sexe », ai-je pensé. Qui songerait à être anti-sexe? Seulement, la prostitution, c’est du sexe pour les clients. Pour les prostituées, c’est un peu plus compliqué. C’est à elles de le dire, mais j’ai l’impression que c’est avant tout du travail. La nébuleuse masculiniste Célibat sans fin, perte de la garde d'un enfant, virilité remise en question... Leurs maux ont tous la même cause : les femmes. Ces trente dernières années, de nombreux groupes, associations, collectifs et communautés en ligne ont vu le jour afin de dénoncer les "ravages" causés par une supposée chute du patriarcat.

Retour sur le questionnaire et les témoignages : l’identification de violences sexuelles encore mal connues, les interactions sexuelles à coercition graduelle Il y a un peu plus d’une semaine, j’ai lancé un appel à témoignages intitulé : « actes de domination non consentis durant des interactions sexuelles désirées et consenties ». Il a eu un succès retentissant, puisqu’en moins de 24h, j’avais collecté plus de 200 témoignages. A l’heure où j’écris ces lignes, c’est plus de 300 réponses que j’ai reçues à mon questionnaire. 7 livres pour enfants qui démolissent joliment les stéréotypes de genre De quoi ça parle : Il était une fois une princesse qui voulait épouser un prince. Mais comme l'attente ce n'était pas trop son truc, elle décida de faire le tour du monde pour trouver la perle rare. En Inde, elle apprivoisa un éléphant volant, au Brésil, elle mit à ses pieds une armée de dragons... mais elle ne trouva de prince nulle part. Pendant ce temps-là, trois prétendants firent escale à son château où ils apprirent que la princesse raffolait des petits pois. Le cuisinier de la bande put alors mettre tous ses talents en oeuvre et ravir le coeur de la princesse. Fou amoureux, il lui offrit même son épée pour qu'elle puisse prendre leur défense en cas de danger.

Cette géographe redessine les cours d'école pour que garçons et filles jouent ensemble ÉGALITÉ FEMMES-HOMMES - Les cours d'école primaire se ressemblent toutes. Des terrains de sport au milieu, des garçons jouant dessus et des filles sur les côtés. C'est le constat dressé par la géographe Edith Maruéjouls. Cette spécialiste du territoire étudie les cours d'école depuis 2010. « La misère sexuelle est une construction sociale, et elle fait des ravages » Un « célibataire involontaire » a foncé sur la foule et tué dix personnes à Toronto lundi. Pour les « Incels », le sexe est un dû. Cette conception transactionnelle du plaisir ne sort pas d’esprits malades ou perturbés, mais de notre culture, estime la chroniqueuse de « La Matinale du Monde », Maïa Mazaurette.

Les instances intellectuelles, ces territoires d’exclusion des femmes Cet article est le premier épisode d'une enquête en deux volets, consacrée au sexisme dans les milieux intellectuels. Il existe en France, en 2017, des endroits dans lesquels les femmes ne peuvent pas pénétrer. Des territoires d’exclusion. Mais pourquoi donc les femmes victimes de violences ne portent-elles pas plainte Après l’émergence des hashtags #balancetonporc et #metoo, de nombreuses femmes se sont vu reprocher de ne pas porter plainte après avoir subi des violences sexuelles. Elles ont pourtant de bonnes raisons de ne pas le faire, entre les menaces de l’agresseur, le peu de crédit que l’on accorde à leur récit, la longueur et le coût des procédures ou encore l’impunité dont bénéficient les agresseurs accusés. 81 % des victimes de violences sexuelles ayant porté plainte éprouvent le sentiment de ne pas avoir été reconnues par la Justice. Et elles sont parfois si maltraitées qu’elles regrettent d’avoir parlé.

Related: