background preloader

Les 7 points qui différencient une entreprise libérée d’une organisation classique

Chroniques d’experts Organisation Le 28/05/2015 Temps de lecture : 8 minutes Identifier les sept points communs des entreprises libérées permet de comprendre, en creux, ce qui peut dysfonctionner dans les organisations traditionnelles. Quel que soit le domaine ou le secteur d’activité dans lequel elles évoluent, les entreprises libérées ont des points communs. 1. La souffrance au travail a un coût : le coût du stress a été évalué à 3,8 % du PIB par des études européennes, soit entre 3 et 3,5 millions de journées de travail perdues. 2. Incarner une vision et la faire partager à ses collaborateurs : si cela était courant dans les entreprises familiales et paternalistes de la période préindustrielle, les dirigeants d’aujourd’hui sont tout aussi volatiles que les investisseurs. 3. Pour maintenir la cohésion au sein d’un collectif de travail, il ne suffit pas d’afficher des valeurs telles qu’on peut le voir dans les chartes d’entreprise. 4. 5. C’est le leitmotiv de toutes les entreprises. 6. 7.

https://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2015/05/7130-les-7-points-qui-differencient-une-entreprise-liberee-dune-organisation-classique/

Related:  Management et leadershipManagementDigitalisationEntreprise libéréeEntreprises Libérées

8 fonctions ou rôles-clés du manager Vous êtes un manager ou vous vous posez la question de savoir si vous en avez bien les prérogatives ? Je vous propose un exercice : tracer la carte de votre territoire ou plus précisément de vos fonctions. Vous pourriez procéder de la sorte : Listez les tâches qui vous occupent de janvier à décembre ;Regroupez-les par thèmes ou concepts ;Retructurez en éliminant les doublons par exemple. Management situationnel : la différence entre manager et bien manager ! - l'Eclosoir Le bon manageur est celui qui s’adapte ! Aux collaborateurs, à leur personnalité, leur état d’esprit, leurs forces et faiblesses, leurs missions… Autant de paramètres à considérer pour adopter le style de management qui convient et parvenir aux objectifs souhaités : à court terme, mener à bien les missions confiées aux équipes et à plus long terme parvenir à l’autonomie des chaque collaborateur. Etre un bon manageur nécessite donc d’exercer un type de management dit « situationnel », c’est-à-dire d’avoir la capacité d’analyser en temps réel la situation managériale pour choisir l’attitude à adopter.

Un stock énorme de ressources gratuites pour les sites Web Je présente régulièrement des banques d'images gratuites (par exemple LibreStock) qui mettent à disposition des photos libres de tout droit à réutiliser sur des sites Web ou pour illustrer des projets personnels. Pour ceux et celles qui sont toujours à la recherche de ce type de sites, ils devraient être très intéressés par Blue Vertigo, un site argentin, qui certes donne le vertige par la richesse impressionnante de son contenu, mais aussi malheureusement par son interface utilisateur d'un autre siècle franchement très moche, même quand on aime la couleur bleue. Pour accéder au contenu, il suffit de faire défiler vers la droite la barre de défilement horizontale pour afficher les écrans des différentes catégories de ressources. Des boutons d'accès vers d'autres rubriques sont aussi affichés en bas de la fenêtre du site. Site : Blue Vertigo

Que coûte et que rapporte l’entreprise libérée ? La masse salariale augmente, les activités supports se multiplient, mais l’entreprise s’y retrouve. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Isaac Getz (Professeur à l’ESCP Europe) Hyacinthe Dubreuil (1883-1971), le premier auteur français qui, dans les années 1930-1940 a postulé la liberté d’action de l’ouvrier comme le principe fondamental de l’organisation de l’entreprise, aimait citer un grand zoologiste du XIXe siècle : « Toutes les fois qu’un fait nouveau et saisissant se produit dans la science, les gens disent d’abord : Ce n’est pas vrai.

Le management fait sa révolution ! De quels leaders avons-nous besoin ? Aujourd’hui, seulement 1 salarié sur 10 se déclare « engagé » dans l’organisation dans laquelle il travaille. A plusieurs reprises, nous avons cité l’enquête Gallup qui analyse l’engagement des salariés dans de nombreux pays. Or, si 9 salariés sur 10 ne sont pas engagés dans leur travail, c’est le management qui n’a pas su préparer un environnement propice à leur déploiement. La déconnexion entre l’entreprise et la société n’est pas nouvelle, mais sans remise en cause des modes de management, elle risque de s’accentuer davantage car les attentes des collaborateurs changent très rapidement !

La nécessité de la vision pour un manager ? Depuis quelques temps, nous voyons de plus en plus la nécessité pour un manager, d’avoir une vision. Ceci n’a pas grand-chose à voir avec Madame Irma. Ce n’est pas, à notre sens, une mode managériale. L’étude menée par Goji montre que les salariés et les managers considèrent la vision comme indispensable pour la performance de l’entreprise. Cet article a pour objectif de faire le point sur cette notion. Qu’est-ce que la vision ?

NOS BELLES HISTOIRES #20 : IMMONANTES, UN PROJET CO-CONSTRUIT Après 3 ans d’engagement dans notre démarche de libération, le Chemin de la Confiance, voici venu le temps d’écrire nos belles histoires. Nous, collaborateurs IMATECH avons envie de vous raconter notre vécu et de vous transmettre notre expérience. Un nouveau défi s’ouvre à nous : Réunir géographiquement 2 filiales nantaises (IMA Technologies et IMA Protect) sur un seul site d’exploitation. Ensemble, nous allons définir et construire notre nouvel espace de travail !

Blockchain : la fin du Big data ? Si la production des données numériques dans le monde a le vent en poupe, 90% de ces données ont été produites dans les deux dernières années, Facebook y est bien pour quelque chose. Le plus grand réseau social en ligne a récolté 300 petabytes de données personnelles depuis son commencement, cent fois la quantité que la Bibliothèque du Congrès a pu collecter en deux siècles ! Dans l’ère du big data, les données sont avidement rassemblées et analysées : les entreprises et les organisations les utilisent pour personnaliser des services, optimiser les processus de prise de décisions, prévoir des tendances futures et plus encore. Aujourd’hui, les données sont un actif de valeur de l’économie mondiale. La préoccupation est croissante, concernant la vie privée des utilisateurs. Des grandes quantités d’informations personnelles parfois sensibles sont stockées sur les serveurs de grands groupes.

C’est quoi une entreprise libérée ? L’exemple de la biscuiterie Poult Dans le cadre d’une nouvelle série d’interviews, nous nous intéressons à l’holacratie : un paradigme organisationnel à la mode dans les entreprises consistant à supprimer la hiérarchie pour laisser plus d’autonomie aux salariés. La biscuiterie Poult – deuxième vendeur de biscuits en France - a été l’une des premières en France à adopter un tel système. Management réduit, horaires souples, comité d’évaluation des salaires, incubateur de start-up maisons… Depuis 2007, l’entreprise innove. Libérée de sa hiérarchie pesante, délivrée de ses contraintes, la biscuiterie Poult a inventé l’entreprise de demain il y a 8 ans déjà... Explications avec Camille Panassié, en charge du management de l’innovation.

Management : De quels leaders avons-nous besoin ? Les 9 points du manifeste 1/ Arrêtez de nous prendre pour des imbéciles. Nous voulons suivre des leaders qui considèrent que la parole de chacun a de l’intérêt. 2/ Arrêtez de penser que vous êtes payés pour avoir réponse à tout. Nous voulons suivre des leaders qui comprennent qu’ils sont dépendants des autres pour réussir. 3/ Arrêtez de regarder ce que nous sommes aujourd’hui sans voir ce que nous pouvons devenir demain. Nous voulons suivre des leaders qui croient dans notre potentiel et qui s’engagent pour le développer. 4/ Arrêtez de prendre ombrage lorsque certains dans l’équipe prennent du leadership.

L'entreprise du futur - 4 - Le manager du futur Cet article est le quatrième d’une série dont la publication s’étalera sur plusieurs mois. ParisTech Review – Dans l’entreprise du futur, qui sera immergée dans une économie encore beaucoup plus numérisée qu’aujourd’hui, la taille des entités pertinentes va sans doute baisser. On pourra y être responsable d’une équipe de deux personnes et pourtant être très influent dans l’entreprise. La véritable autorité est celle qui fait grandir l'Autre "La seule autorité possible est fondée sur la compétence" écrivait Michel SERRES dans la revue "Le Point" en septembre 2012, à propos de la publication de son petit ouvrage "Petite Poucette". Il y relate que l'autorité fondée sur la pression, la menace, le conflit, la force, a vécu. Il s'agit là d'une autorité fondée sur le pouvoir.

Related: