background preloader

Equitable

Facebook Twitter

Voyages Pour la Planète - ecotourisme, tourisme durable, solidaire. Richard Wilkinson : Comment les inégalités économiques nuisent aux sociétés. Mailforgood : de nouveaux moyens d'aider des associations sur internet. L’Europe se saisit de la question de la finance solidaire.

Pourront en bénéficier les fonds d’investissement qui consacrent au moins 70 % de leurs avoirs à des entreprises sociales. Au-delà de l’effet symbolique, les retombées réelles de ce nouvel outil sont difficiles à prévoir. C’est une grande première : le parlement européen a adopté, mardi 12 mars, le premier texte législatif en matière de finance solidaire et d’entrepreneuriat social. Ce projet de règlement, voté par les eurodéputés à une très large majorité (603 voix sur 676 votants) créé un nouvel outil de financement propre aux entreprises sociales. Ce projet était impulsé depuis plusieurs mois par le commissaire européen au marché intérieur, le Français Michel Barnier. Cette initiative va « offrir (…) à l’entrepreneuriat social plus d’opportunités de trouver des financements », s’est-il réjoui à l’issue du vote.

Avant d’être définitivement adopté, ce projet de règlement doit encore être validé par le Conseil européen. Une définition des entreprises sociales Trois cas sont définis. MEDEA. Imagination For People | Repérer et soutenir les projets sociaux créatifs. Notre vision du coworking. « Toute leur vie était dirigée non par les lois, statuts ou règles, mais selon leur bon vouloir et libre-arbitre. Ils se levaient du lit quand bon leur semblait, buvaient, mangeaient, travaillaient, dormaient quand le désir leur venait. Nul ne les éveillait, nul ne les forçait ni à boire, ni à manger, ni à faire quoi que ce soit… Ainsi l’avait établi Gargantua. Toute leur règle tenait en cette clause : FAIS CE QUE VOUDRAS » L’abbaye de Thélème, Gargantua, chapitre LVII (1534) Voilà bien notre ambition. L’objectif est simple : faire ce que l’on veut faire avec des gens que l’on aime et gagner sa vie ainsi. Mutinerie existe pour servir de catalyseur à celles et ceux qui partagent nos valeurs.

Le monde du travail connait actuellement de profondes mutations. Les nouvelles technologies de l’information permettent à l’individu d’interagir avec le monde d’où qu’il soit. Le travail n’est plus un lieu mais ce que l’on fait alors autant le faire avec des gens que l’on choisi. Réseau CILL | Le réseau du commerce international des living labs. Arrêtez de réfléchir comme hier, pensez comme demain ! Internet n’est pas seulement un outil idéal pour permettre la rencontre d’une offre et d’une demande favorisant la consommation collaborative. Le réseau joue également un rôle potentiellement beaucoup plus disruptif : la mutation de notre culture commune.

Le développement rapide des initiatives de consommation collaborative est fortement lié au développement de l’accès à Internet. L’accès au réseau par le plus grand nombre rend possible la rencontre d’une offre et d’une demande conséquentes qui vient répondre aux problématiques de masse critique. Mais Internet joue également un autre rôle, plus long terme, plus évolutif, qui n’est pas mesurable en nombre d’inscrits ou de membres et qui a pourtant un potentiel disruptif beaucoup plus important.

L’émergence d’une culture numérique Des signaux faibles de l’émergence de cette nouvelle culture peuvent être vus dans les mèmes, les codes de language, les mythes qui entourent Internet. De la culture à l’appréhension du monde. Les entreprises écologiquement responsables plus performantes. Plus une entreprise est écolo et plus ses salariés seraient motivés et efficaces: les sociétés effectuant des démarches environnementales augmenteraient ainsi de 16% la productivité de leurs employés, selon les conclusions de l'étude de la chaire Performance des organisations de l'université Dauphine, menée par Magali Delmas, économiste de l'environnement à l'Institut de l'Environnement de UCLA et Sanja Pekovic, chercheur au sein de l'Université Paris-Dauphine.

Cette incitation à la vertu ne devrait pas rester lettre morte auprès des entreprises, en recherche permanente de performance. Normes environnementales: la fin de la honte des employés? De quoi renforcer l'aspiration des salariés à changer le monde. Et ce n'est pas tout. "Deux facteurs expliquent la haute productivité des salariés: une meilleure formation et des relations interpersonnelles plus riches", complète Sylvie Rolland.

L'entreprise aurait donc tout intérêt à être plus écolo, même en temps de crise? Les démarches environnementales augmentent de 16% la productivité des salariés : étude auprès de 4 929 salariés français / Les communiqués de presse / Espace presse / Groupe. Motivation accrue, développement personnel permis par un taux de formation supérieur à la moyenne, meilleures relations entre collègues…. Cette étude pionnière*, publiée dans le Journal of Organizational Behavior, démontre qu’agir en faveur de l’environnement permet également à une entreprise d’améliorer la productivité de ses salariés. Les chercheurs ont déterminé la productivité de chaque entreprise en divisant la valeur ajoutée de l’entreprise par le nombre d’employés, obtenant ainsi la productivité moyenne par employé pour chaque entreprise.

Les normes environnementales considérées sont l’ISO 14001 (norme internationale sur la management de l’environnement) et les labels “commerce équitable” et “agriculture biologique”. Il s’agit là d’une preuve scientifique de la démarche vertueuse induite par l’utilisation des normes environnementales. La certification de système de management ISO 14001 peut donc être utilisée par les managers pour améliorer la productivité de leurs équipes. . . . Finansol, le site de la finance solidaire. Finances participatives & alternatives. RTT solidaire : quand les entreprises promeuvent la solidarité. Le RTT solidaire, c’est du bénévolat à dimension collective qui est proposé par l’entreprise. Les salariés ont ainsi la possibilité de découvrir et de s’engager dans une action solidaire. Basé sur le volontariat, le RTT solidaire crée du lien social dans l’entreprise tout en permettant d’exprimer sa solidarité avec des associations ou des individus.

Les exemples sont variés et vont du chantier nature, où les salariés vont sur une demi-journée, s’atteler au nettoyage d’un espace naturel, à la réhabilitation des locaux d’une association qui n’a pas les moyens humains ou financiers de le faire. En savoir plus : - Ca me regarde : coopérative qui accompagne les entreprises dans le développement de leur implication citoyenne. Elle leur propose notamment de mettre en place des RTT solidaires.

Interview de Ségolène Delahalle, cofondatrice de « Ca me regarde » (Franceinfo.fr) : Portail:Coopératives. CICOPA Europe. Terre de Liens. Mouvement Colibris. Coopératives, Territoires et Emplois : vingt expériences de coopératives encrées localement et actives dans l’industrie et les services en Europe - CECOP | CICOPA Europe. Édité par Bruno Roelants, Valerio Pellirossi et Olivier Biron Available in English La destruction massive de richesses et d’emplois provoquée par la crise financière de 2008 a amené les pouvoirs publics à s’intéresser à l’économie réelle, à la création d’emplois et au développement territorial et à les inscrire à leur agenda.

On semble redécouvrir que l’emploi, pour autant qu’il soit durable, contribue au développement régional. Les coopératives, précisément, ont un impact remarquable sur l’emploi et le développement territorial. Elles se sont avérées être particulièrement résistantes à la crise grâce à leurs caractéristiques spécifiques. A la lecture des cas décrits dans ce livre, on se rend compte qu’un modèle pertinent pour l’avenir que nous devons construire après la crise existe déjà. Pervenche Berès, Présidente de la Commission Emploi et Affaires Sociales du Parlement européen.

PRIX (20% de réduction) : VERSION PAPIER : 32 € TVA incluse (frais de port non-inclus) Notre histoire - Les coopératives en Belgique. L’historien Julien Dohet vient de corédiger un livre à l’occasion du 125e anniversaire des Métallurgistes FGTB de Verviers. Il y signe un chapitre intitulé « La concrétisation d’une alternative économique : les coopératives ». Il revient pour « A Voix Autre » sur l’histoire des coopératives, cette mise en pratique de la solidarité des travailleurs face au capitalisme.

L’histoire des coopératives en Belgique est loin d’être un hasard. Il s’agit clairement du produit des conditions socio-économiques nées des bouleversements créés par la révolution industrielle. C’est en effet en réaction à celle-ci qu’un double mouvement va donner naissance au mouvement coopératif. S’il est ainsi théorisé, le mouvement coopératif sera avant tout une création spontanée et collective de quelques ouvriers qui se regroupent afin d’améliorer leurs conditions de survie. C’est sous la forme de coopératives de consommation que le mouvement connaîtra son développement et son succès.

La Coopérative Intégrale Catalane (FR) Économie participative. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'économie participative, également traduit par économie participaliste (en anglais, participatory economics, désignée par l'abréviation parecon) est un modèle théorique de système économique, destiné à fournir une alternative au capitalisme comme à l'économie planifiée. Il est basé sur les travaux du théoricien Michael Albert et de l'économiste Robin Hahnel dans les années 1980-1990. Albert et Hahnel soulignent que l'économie participative se propose seulement comme économie alternative et qu'elle doit être accompagnée de visions différentes dans les domaines de la politique, de la culture et de la famille.

Stephen R. Shalom a commencé un travail sur un type de politique participative qu'il appela « Parpolity ». Cadre institutionnel de l'économie participative[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Consommation collaborative Liens externes[modifier | modifier le code] Portail de l’économie. Une proposition libertaire : l’économie participative. 1Robin Hahnel, professeur d’économie à l’université de Washington et Michael Albert, activiste américain bien connu, ont élaboré, au début des années 1990, un modèle économique qu’ils ont appelé Participatory Economics ou Parecon – ce que je propose ici de rendre par Écopar. 2Ce très ambitieux travail est quelque peu connu aux États-Unis, du moins dans le milieu des économistes « progressistes » et dans celui des activistes de tendance libertaire. L’Écopar vise à concevoir et à rendre possible la mise en place d’institutions économiques qui permettent la réalisation de fonctions précises, assignées à de telles institutions, mais dans le respect de certaines valeurs, dont les auteurs soutiennent qu’elles sont justement celles que la gauche – plus précisément la gauche libertaire – a jugées et juge toujours fondamentales. 1 M.

Albert & R. Hahnel, The Political Economy of Participatory Economics, Princeton : Princeton Uni (...) 2 M. 3 Correspondance avec l’auteur de cet article. 8 M. 9 M. Natacha Calestreme - Le testament des abeilles : Le site officiel. J'ai créé un manteau-duvet pour les sans-abris. Quels sont les vrais hauts potentiels pour l’entreprise ? Le Grand Emprunt annonce l’avènement des bureaux du futur. On a beaucoup parlé des effets et des mérites du Grand emprunt. Mais l’un de ses aspects a reçu relativement peu d’attention alors qu’il pourrait améliorer la vie de millions d’individus.

Il s’agit d’un projet de recherche visant à développer une nouvelle solution d’espaces de travail plus performants et respectueux de l’environnement : les télécentres. Son objectif est d’offrir à de nombreux Français la possibilité de choisir où et quand ils souhaitent travailler et de s’affranchir des longs trajets entre leur domicile et leur lieu de travail. Les vertus des télécentres sont souvent associées au développement durable. Mais on oublie les effets positifs potentiels qu’ils peuvent également avoir sur la vie des travailleurs et leurs familles.

A ce titre, ils jouent un rôle tout aussi essentiel dans les zones urbaines car ils offrent la possibilité aux professionnels de travailler plus près de chez eux, au lieu de passer des heures à voyager chaque semaine. Insuffler une nouvelle vie.