background preloader

Interview

Facebook Twitter

Du 29 septembre au 7 octobre
Salle Gignoux | Durée : 1h30
Conception et mise en scène : Nicolas Truong

Dossier d'accompagnement du spectacle. Bande-annonce | Interview. Extrait du spectacle | Interview à Avignon.

Photos du spectacle

Vidéo | Nicolas Thuong parle d'Interview au Festival D'Avignon. France Info | Nicolas Truong, Nicolas Bouchaud et Judith Henry explorent la matière singulière de l’entretien dans la pièce "Interview. Au Théâtre du Rond -Point,une réflexion malicieuse et profonde sur ce que révèle de notre société et de nous-mêmes cette addiction à la parole formatée qui empoisonne la réflexion Jacques Chancel n’aimait pas le terme “interview” et lui préférait celui de “conversation”, ajoutant, pour faire bonne mesure, qu’il avait toujours été « transcendé » par sa curiosité pour ses clients ! Mais le journaliste, même passé par un collège religieux, demeure un journaliste et le voici qui, soudain, avoue qu’il s’agit évidemment de « piéger » son interlocuteur pour en obtenir des confessions ! Etrange occupation salariée, il faut le reconnaître, que celle consistant à poser des questions à des gens qui n’ont pas forcément envie de se livrer et veulent, c’est selon, pousser un coup de gueule, étaler leur expertise sur un sujet stratégique, ou vendre leur dernier produit, qu’il s’agisse d’un livre, d’un programme politique ou d’un film.

Interview sur le site du Théâtre du Rond Point Norah Jones:Flipside. NonFiction | Entretien autour d'«Interview» avec Nicolas Truong. Dans Interview (au Théâtre du Rond-Point jusqu’au 17 mars, puis en tournée), les comédiens Judith Henry et Nicolas Bouchaud interrogent l’entretien de presse. Ils l’interrogent à leur façon – à la façon dont les comédiens appréhendent le monde : en jouant la comédie. Pour Nicolas Truong, leur auteur et metteur en scène, le théâtre et l’interview sont deux univers qui se comprennent l’un l’autre dans l’élément de la parole et de la sensibilité. Tous trois, ils sont allés « sur le motif ».

Ils sont allés interroger les interrogeurs de profession, les observer, s’en instruire et les comprendre. Ils sont allés saisir, par empathie et par écoute, leur situation, leur expérience concrète. Et ils en sont revenus, avec leur petit trésor de comédien, qui est l’art d’imiter, la faculté d’émouvoir, le pouvoir de remuer ensemble notre sensibilité et notre jugement. D’emblée, ce qu’ils veulent savoir, c’est quelle question il importe de poser. Alberto Moravia, Claudia Cardinale N.T. : J’y ai pensé. Nicolas Truong, intervieweur interviewé #1. Judith Henry : pas si discrète que ça | France Culture. Rencontre ce soir avec une comédienne dont l’itinéraire raconte une double histoire : celle du cinéma français qu’on appelle le cinéma d’auteur et celle du théâtre service public. On appose souvent à Judith Henry le qualificatif de «discrète», façon de la renvoyer vers ce film des années 1990 qu’elle tourna avec Fabrice Luchini et qui lui valut un césar.

Discrète, elle semble l’être. Mais son inscription sur les scènes, quant à elle, n’a rien de transparent. Née au théâtre enfant, (elle avait 11 ans lorsqu’elle est montée sur les planches) elle rejoindra plus tard une aventure collective qui a marqué les années 90 : c’était les Sentimental Bourreau. Dans le même temps elle a su déployer sa singulière partition sous les directions diverses de Matthias Langhoff, Jean Louis Martinelli, Roger Planchon, Alain Françon ou Stanislas Nordey. Dans une saison au théâtre c''est au tour de Judith Henry de répondre aux questions. En tournée Du 20 au 22 juin 2017 - Théâtre Vidy (Lausanne)

Revue de presse

Sources du spectacle. Michel Foucault, Le beau danger. Un entretien de Michel Foucault avec Claude Bonnefoy. 1 Foucault, M. 1966. Les mots et les choses. Paris : Gallimard. 2 Foucault, M. 1969 L'archéologie du savoir. Paris : Gallimard. 3 Critique littéraire ayant obtenu le prix Paul Valéry de poésie en 1948 1Au long d’une série d’entretiens donnés en 1968, entre la publication de Les mots et les choses1 et la fin de l’écriture de L’archéologie du savoir2 Foucault répond aux questions de Claude Bonnefoy3.

L’auteur est alors mû par le désir d’expliquer sa démarche mais se laissera orienter, non sans réticence, vers un propos d’un autre ordre tirant vers l’autobiographique et plus précisément vers le rapport intime à l’écriture et à l’écrit. 4 Page 48. 2Le verbatim est précédé d’une utile introduction de Philippe Artières. 5 En référence à la fameuse conclusion de Les Mots et les choses : « […] alors on peut bien parier qu (...) 6 Foucault, M. (1969, op.cit., p.28) 3La discussion engage à la fois le statut de l’écriture et celui de l’écrit. 7 Idem. Chronique d'Un Été | Film d'Edgar Morin et Jean Rouch (1961) Chronique d'un été. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chronique d'un été est un film français réalisé par Jean Rouch et Edgar Morin, sorti en 1961. Synopsis[modifier | modifier le code] Paris, été 1960, Edgar Morin et Jean Rouch s'entretiennent avec des Parisiens sur la façon dont ils se débrouillent avec la vie. Première question : êtes-vous heureux ? Les thèmes abordés sont variés : l'amour, le travail, les loisirs, la culture, le racisme, etc. Fiche technique[modifier | modifier le code] Distribution[modifier | modifier le code] et des inconnus rencontrés à Paris Autour du film[modifier | modifier le code] Le titre du film lors du tournage était Comment vis-tu ? Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code] 1961 : Prix de la Critique au Festival de Cannes Notes et références[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code]

Analyse | Max Frisch et les avatars du JE | Carnets de JLK. À propos du Journal 1966-1971. Pressenti comme Prix Nobel de littérature, titulaire du prix de la Paix décerné par les librairies allemands et de nombreuses autres distinctions littéraires ou académiques, connu bien au-delà de nos frontières - son théâtre a été joué dans le monde entier, ses romans et essais suscitant l'intérêt d'un très vaste public -, Max Frisch représente sans doute un type d'écrivain et d'intellectuel caractéristique de l'Occident contemporain.

Incarnant la mauvaise conscience d'une intelligentsia issue des classes favorisées de la société, confrontée aux contradictions du système et mobilisée par l'espoir d'un monde plus juste et plus humain, Frisch nous intéresse autant par son parcours intellectuel, où éthiques individuelle et politique ne cessent d'interférer, que par son oeuvre d'écrivain même si celle-ci devrait primer en dernière analyse. Un anti-personnage De la conscience politique De quand date le concept de "conscience politique" ? L'écrivain surtout... Le philosophe masqué | Foucault. 1Dans le bestiaire de Zarathoustra, le serpent est la symbolisation de ce qui est vif, fuyant, insaisissable et à jamais dans aucune chose, dans aucun lieu assignables.

Rebelle à toute appropriation, il est l’animal qui, de toute familiarité, signe l’impossibilité et frappe d’interdit toute domestication. Être des métamorphoses, il est aussi l’être du masque. De la sagesse du serpent, dit Heidegger commentant Nietzsche, « relève la force de simulation et de la métamorphose, non pas la basse fourberie, mais la maîtrise du masque, le refus de se livrer, le secret gardé des arrière-pensées dans le jeu des prétextes, la puissante faculté de jouer de l’être et du paraître » 1. Le masque est serpent, le masque s’est fait serpent afin que nul ne puisse le reconnaître, ni l’assigner à résidence. 2Quelque chose du serpent, quelque chose de son inépuisable capacité de métamorphose conjugué à son art consommé du masque, trouve un écho chez/en Foucault.

Bernard Pivot et Marguerite Duras, | Apostrophe du 28 septembre 1984 | INA. Claude Lanzmann et Delphine Seyrig | Dim’ Dam’ Dom’ du 1er juin 1970 |INA. L'équipe du spectacle. Les artistes.