background preloader

Violence

Facebook Twitter

Une violence et une mort qui dédouanent toutes les forces de police / gendarmerie !

De l’autre côté de la ligne rouge. Le 26 octobre 2014, Rémi Fraisse, militant écologiste, non-violent, tombait à Sivens, victime du tir d’une grenade offensive.

De l’autre côté de la ligne rouge

Depuis, sous le quinquennat de François Hollande, il n’y a pas eu d’autres morts dans des manifestations mais le pouvoir socialiste ne le doit qu’au hasard. Avec le projet de loi El Khomry, la tension sociale est montée d’un cran et la répression a gagné en intensité. La violence des forces de l’ordre, qui est de plus en plus souvent filmée et relayée par les réseaux sociaux, y apparaît gratuite, incohérente, impulsive, et s’exerçant souvent à l’encontre de manifestants désarmés et sans agressivité particulière. Le fameux LBD (Lanceur de balles de défense dont la marque Flash-ball est la plus connue) a été utilisé à de multiples occasions, blessant voire mutilant gravement : à Rennes, un jeune étudiant en géographie a perdu un œil.

Mais, après tout, ne sommes-nous pas en guerre ? Tout comme à Sivens, la mort d’un manifestant serait forcément accidentelle. . .

Rémi Fraisse

Sivens : le militant accusé d'avoir fracturé la main d'un gendarme est finalement relaxé. Sivens: un militant se défend d'avoir blessé un gendarme. Le drame et la question démocratique. Comment est-il possible qu’en France, en l’an deux mille quatorze, un jeune homme épris de botanique et amoureux de la nature puisse mourir sous la mitraille d’engins de guerre.

Le drame et la question démocratique

Rémi Fraisse n’avait que le tort de s’opposer avec des milliers d’autres à la construction d’un barrage dont l’utilité est contestée jusque dans les bureaux du ministère de l’environnement. Alors pourquoi ? Pourquoi cette violence ? Barrage de Sivens: l'Intérieur appelle au calme. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a appelé au calme dimanche après la découverte du corps sans vie d'un jeune homme sur le site du projet de barrage de Sivens (Tarn), qui a entraîné des réactions virulentes de responsables politiques et de militants.

Le calme, comprendre le calme des opposants, certainement pas celui des forces de l'ordre ! – alwen

La victime a été retrouvée vers 2 heures du matin, après que des affrontements eurent opposé des manifestants et les forces de l'ordre à l'issue d'une manifestation pacifique, ont précisé la préfecture du Tarn et le ministère de l'Intérieur.Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de la mort du jeune homme de 21 ans intervenue dans "un contexte de violences", selon le procureur de la république d'Albi, Claude Derens.

Barrage de Sivens: l'Intérieur appelle au calme

Sivens: 400 grenades ont été tirées la nuit de la mort de Rémi Fraisse. Que la violence cède la place à la démocratie. Que la violence cède la place à la démocratie COMMUNIQUE de Patrick Le Hyaric Directeur de l’Humanité Député au Parlement européen.

Que la violence cède la place à la démocratie

La « désinvolture coupable et scandaleuse » de Manuel Valls. «Indécent », « irresponsable », « hypocrite », « choquant ».

La « désinvolture coupable et scandaleuse » de Manuel Valls

Au Testet : « Ils m’ont écrasé la tête sur le bitume en me disant que je n’étais qu’une merde » Au Testet, la police s’est comportée de manière violente et injurieuse, sans raison.

Au Testet : « Ils m’ont écrasé la tête sur le bitume en me disant que je n’étais qu’une merde »

Nad’ a voulu témoigner. Reporterre publie. Témoignage recueilli mardi 2 septembre. J’ai 19 ans, je suis étudiante en 2e année de licence de droit à l’université Champollion d’Albi. Depuis quelques temps, je participe à la mobilisation contre le barrage inutile du Testet. Vers 8 heures et quart, nous avons vu arriver de nombreux fourgons chargés de gardes mobiles et des voitures de gendarmerie. J’ai reçu un premier coup de tonfa sur la fesse droite, la douleur m’a immobilisé par terre quelques instants. Avant que je ne puisse réagir, ils m’ont tiré par les cheveux sur vingt mètres et m’on plaqué sur le dos en m’insultant copieusement : « Salope, connasse. Ils m’ont ensuite hurlé dessus en me reprochant de ne pas me mettre sur le ventre, alors qu’ils m’empêchaient tout mouvement. Tout s’est passé très vite. Source : Nad’, sur Reporterre. Pour une information libre, merci de soutenir Reporterre : Barrage de Sivens : le témoignage accablant de deux jeunes Audoises.

Barrage de Sivens Les deux Audoises militantes écologistes présentes sur le barrage de Sivens dans le Tarn ont vécu la soirée de violences pendant laquelle Rémi Fraisse est mort.

Barrage de Sivens : le témoignage accablant de deux jeunes Audoises

Sur le barrage depuis un mois, elles décrivent un climat d'extrêmes tensions et témoignent de violences policières. Par Caroline Agullo Publié le 30/10/2014 | 19:40, mis à jour le 31/10/2014 | 10:29 © France 3 LR. ZAD, comme zone de guerre - Page 1. A Sivens, des semaines de tensions documentées par les manifestants. Depuis cet été, les militants de la « zone à défendre » du Testet rendent compte sur YouTube et Facebook des tensions récurrentes avec les autorités.

A Sivens, des semaines de tensions documentées par les manifestants

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Michaël Szadkowski et Pauline Croquet Des gendarmes, une 205 dans un champ, des cris. Puis un grand gaillard à dreadlocks se fait escorter par quatre gendarmes vêtus en treillis. « T’inquiète Max, on filme », crie l'une des contestataires au milieu de la vidéo présentant cette « arrestation sur la ZAD du Testet » qui aurait eu lieu le 7 octobre. Au 30 octobre, elle avait été vue 663 fois. Un journaliste de Reporterre molesté par la police à Albi.