background preloader

Ville Créative

Facebook Twitter

Le terme « creative cities » vient de la sédimentation de plusieurs thèses depuis les années 60 qui traitent de la créativité en milieu urbain (de Jane Jacobs à Richard Florida en passant par Pier Luigi Sacco, pour résumer).

Au départ il s’agissait de définir un modèle de planification urbaine centré sur la créativité et l’innovation. Depuis, l’approche s’est diversifiée et fortement élargie pour prendre des formes très différentes et donner lieu à une impressionnante palette de possibilités pour la gourvernance, la dynamique et l’attractivité territoriales.

Les « creative cities » sont multiples dans leurs formes et leurs organisations mais elles se distinguent toutes par une place centrale accordée à la culture, à la créativité ou à l’innovation, susceptibles de stimuler, contribuer et/ou piloter au développement de plusieurs secteurs d’activité (tourisme, recherche et enseignement, événementiel, développement économique, action sociale, etc.).
source : A propos des « Creative cities » Philippe Gimet 2010.

Street art à Saint-Étienne : Le "Géant de la gare" délogé par un arbitre de foot avant l'EURO 2016. "Le coup de pied à la Lune" c'est le nouveau nom de l’œuvre d'Ella & Pitr, les artistes stéphanois.

Street art à Saint-Étienne : Le "Géant de la gare" délogé par un arbitre de foot avant l'EURO 2016

Cette fresque remplace celle du "Géant aux fesses nues". Si vous passez par la gare Chateaucreux à Saint-Étienne, sur le mur à l'angle des rues Cugnot et Ferdinand, vous avez peut-être aperçu une transformation en cours... Ella & Pitr, les deux artistes stéphanois, ont achevé jeudi soir une fresque qui remplace celle du "géant aux fesses nues". Il a été détrôné par un arbitre de foot, en, vue de l'Euro 2016. C'était une demande de Saint-Étienne Métropole. Le Géant qui avait autant d'amoureux que de détracteurs a passé son chemin. Creative Economies, Inequality, and How to Do Economic Development Wrong. Capitalism is in transition.

Creative Economies, Inequality, and How to Do Economic Development Wrong

It’s pulling away from its previous industrial model to a new one based on creativity and knowledge. Saint-Etienne - La ville créative en questions. Loire le 27 novembre 2014 - Emilie Massard - Agglomération stéphanoise - article lu 899 fois Qu’est-ce que la ville créative ?

Saint-Etienne - La ville créative en questions

C’est la première question que ce sont posés les intervenants de la table ronde organisée à la Cité du Design, en présence d’élèves de terminale et de prépa du lycée Claude-Fauriel, mais aussi de lycées de l’Ain et de l’Ardèche. EN LIGNE : LES PHOTOS DE LA TABLE RONDE sur la « ville créative ». - [Lycée Claude FAURIEL] À partir du cas de Saint-Étienne et de comparaisons internationales, la table ronde portera sur l’innovation culturelle et architecturale comme facteur de développement urbain et moteur de croissance économique.

EN LIGNE : LES PHOTOS DE LA TABLE RONDE sur la « ville créative ». - [Lycée Claude FAURIEL]

En quoi un projet culturel d’ampleur peut-il être porteur d’une véritable dynamique de reconversion des territoires et de renouvellement urbain ? La labellisation de Saint-Étienne comme « ville créative UNESCO de Design » constitue une reconnaissance internationale des actions menées dans le champ du design et de l’innovation dans la continuité d’une tradition stéphanoise de création industrielle et de mis en valeur du patrimoine (Musée d’Art et d’Industrie). La variété des intervenants – chercheurs, professionnels, élus – favorisera la pluralité des points de vue et une approche critique de la notion de « ville créative ». Organisation / contact : Franck.Thenard-Duvivier@ac-lyon.fr (coordonnateur). M. M. Josyane Franc.

Pôle créatif et aménagement urbain de la Manufacture Plaine Achille - EPA Saint-Étienne. La Cité du Design, un équipement culturel pour relancer le territoire stéphanois ? EPA Saint-Etienne. Saint-Étienne « ville créative » Unesco- Saint Etienne Métropole. Livret des 80 actions pour dynamiser l'attractivité stéphanoise. Attirer les «talents» hors de Paris: le grand défi du branding territorial. Faire venir des emplois et investisseurs est devenu un enjeu de premier plan pour les métropoles de province.

Attirer les «talents» hors de Paris: le grand défi du branding territorial

Dans ce but, elles se mettent à créer un peu partout des «marques de territoire»: culture, qualité de vie, pub, tout est fait pour appâter les «classes créatives». Nos territoires, des entreprises comme les autres? C’est l’impression que nous donnent, souvent, ces campagnes publicitaires désincarnées qui viennent égayer les couloirs du métro, où l’Alsace et la Bretagne pourraient se confondre si on ne les avait pas clairement signalées par des bretzels pour la première et une épuisette pour la seconde. Vous avez dit «cliché»? C’est que vous êtes un grand pessimiste. Mais d’où vient cette multiplication de campagnes, plus ou moins heureuses, pour s’arracher touristes, talents et investisseurs d’un territoire à l’autre? «Glamouriser» sa ville grâce au branding territorial Mais tout n’est pas perdu, au contraire. Population éduquée et consommatrice de culture Coût économique. A propos des Villes Créatives.

Un réseau de villes créatives, travaillant conjointement pour la diversité culturelle et le développement urbain durable.

A propos des Villes Créatives

Qu'est-ce que la ville créative?, de Elsa Vivant. La thèse de la « classe créative » : son incidence sur l’analyse des facteurs d’attraction et de la compétitivité urbaine. Cet article a pour objectif d’identifier les concepts sur lesquels s’appuie la thèse de la classe créative développée par Richard Florida quant à l’analyse des dynamiques économiques contemporaines, notamment en ce qui a trait à sa définition du capital humain (ou des talents, pour reprendre ses termes) en tant que facteur déterminant du développement économique en milieu urbain.

La thèse de la « classe créative » : son incidence sur l’analyse des facteurs d’attraction et de la compétitivité urbaine

Pour ce faire, nous nous intéressons à deux points en particulier, soit l’origine de la théorie et son apport en ce qui concerne les facteurs d’attraction des populations en milieu urbain et le thème de la compétitivité urbaine. Nous rappelons comment cette approche du développement économique se rattache à un courant en économie urbaine qui a depuis longtemps fait le lien entre d’une part, le potentiel créatif d’un espace géographique ou d’une catégorie de la population en particulier et d’autre part, l’innovation nécessaire au développement économique.

Revenons sur le premier point. Cultures et créations dans les métropoles-monde (2014) Qu’est-ce que la ville créative ? Elsa Vivant, (2009), Qu’est-ce que la ville créative? 1Suite au succès sans précédent des livres de l’économiste américain Richard Florida sur la « classe créative » (2002 et 2005), véritables best-sellers de librairie, ses théories ont été discutées, débattues, critiquées, outre-Atlantique comme en Europe et en France.

Elsa Vivant, (2009), Qu’est-ce que la ville créative?

Elles continuent néanmoins de nourrir la réflexion des chercheurs et de guider l’action des politiques, qui souhaitent à tous crins transformer leur territoire en ville créative, en y attirant les artistes, les designers, les architectes, les migrants, les homosexuels ou les professions libérales, autant de catégories de population que Richard Florida regroupe abusivement dans l’appellation de « classe créative ». Il manquait en France un ouvrage de synthèse sur les travaux de R. Florida en particulier et sur la ville créative en général. C’est désormais chose faite avec ce petit livre d’Elsa Vivant, maître de conférences en urbanisme à l’Institut français d’urbanisme et spécialiste de la scène culturelle « off ». 20121028_classe_creative.pdf. Ville attractive, ville créative : la plus-value de la culture au regard des « créatifs » du jeu vidéo à Montréal. L’argument de la ville créative pour reconstruire l’argumentaire sur les intérêts publicsde la culture apparaît dans ce contexte d’autant plus hasardeux à brandir que les évidencesempiriques manquent sur la contribution des arts et des artistes à la « nouvelle économiecréative » des villes.

Ville attractive, ville créative : la plus-value de la culture au regard des « créatifs » du jeu vidéo à Montréal

Comme d’autres le notaient encore tout récemment (Hélie, 2009), lalégitimité nouvelle donnée à l’intervention culturelle publique repose sur des analysesprospectives ou évaluatives qui relèguent bien souvent les enjeux théoriques au profit deconsidérations d’ordre pratique (modèle de classement ( ranking . D’unautre côté, la recherche en économie urbaine, lorsqu’elle ne se prête pas au jeu des « bests practices toolkits » émanant d’un prolixe champ d’ « experts-consultants », se fait néanmoinsfrileuse pour véritablement intégrer les arts et la culture à ses objets d’analyse. La ville créative en questions. Aujourd’hui, on ne compte plus les publications, les évènements scientifiques ni même les expositions relatives à l’impact des milieux culturels sur l’économie, l’attractivité et la régénération des territoires urbains.

La ville créative en questions

Ce foisonnement de manifestations et d’écrits place l’artiste, et plus généralement la créativité, au cœur de la renaissance des villes. Si ce débat brille par son caractère transdisciplinaire, les interprétations proviennent généralement de la sociologie, de la géographie, de l’économie et des sciences politiques. Dans ce concert, il est une voix que l’on entend peu : celle des urbanistes. "La ville créative en questions" 21 et 22 octobre 2010 à Grenoble. Jean-Jacques Terrin (dir.), La ville des créateurs, Marseille. 1Dans la collection « la ville en train de se faire », lancée en 2009 et riche aujourd’hui de 10 titres, l’ouvrage collectif dirigé par Jean-Jacques Terrin, responsable scientifique du programme Popsu Europe (Plate-forme d’observation des projets et des stratégies urbaines), lancé en 2008 et financé par le PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture) au sein du GIP AIGP (Atelier International du Grand Paris), réunit neuf contributions de chercheurs, enseignants-chercheurs, critiques d’art et acteurs de l’aménagement urbain sur le thème « la ville des créateurs ».

Les travaux publiés dans cet ouvrage sont issus de deux séminaires organisés en novembre 2011 et en janvier 2012 à Lausanne puis à Lyon qui visaient à questionner le rôle et la place des « créateurs » dans les processus de fabrication de l’urbain. 2L’ouvrage s’organise en deux parties d’inégale importance. Villes créatives : The Spanish Touch ! Dans ce premier épisode d’une série de cinq articles, Raphaël Besson, directeur du bureau d’études Villes Innovations et chercheur associé au laboratoire PACTE, propose une immersion dans les « laboratorios ciudadanos » espagnols. Sur fond de crise économique, d’ascension fulgurante du parti « Podemos » et de protestations citoyennes issues du mouvement des « Indignados », les laboratoires citoyens madrilènes et barcelonais réinventent les contours de la ville créative.

Les cadres théoriques des villes créatives La notion de villes créatives s’inspire des travaux issus de la sociologie urbaine et de l’économie territoriale. L’approche sociologique repose sur une analyse visant à déterminer « les éléments d’un environnement urbain susceptible d’attirer (…) un groupe de personnes censées, par leur présence et surtout leur occupation professionnelle, constituer un facteur prépondérant de la dynamique de croissance économique urbaine » (Darchen et Tremblay, 2008). Le street art rend hommage à Charlie Hebdo. Sur les réseaux sociaux les hommages à la fusillade contre le journal satirique se multiplient. Les artistes de la rue ont également voulu témoigner de leur soutien aux dessinateurs morts le 7 janvier. Pour certains le papier ne suffit pas à exprimer leur douleur et leur colère. Des artistes reconnus et anonymes se sont emparés de la rue pour honorer les victimes de l'attentat.

Un mur, un train, une plage... tous les supports sont utilisés en mémoire à Charlie. En France, au Grand-Bornand,en Haute-Savoie, un portrait du visage lunaire du dessinateur Cabu, signé 463, qui a été dessiné durant la nuit. À Marseille, le même Cabu, cette fois sans ses lunettes rondes, a été représenté grâce à des bombes de peinture. Montpellier, portrait d’une ville créative. Cet article interroge la capitale languedocienne sur sa nature de ville créative.

Après avoir constaté que de nombreux arguments naissent spontanément pour consacrer Montpellier comme ville créative, ce texte aborde deux questions en lien avec cette dynamique : Quelle vision de l’innovation inspire l’agglomération de Montpellier ? Cultures et créations dans les métropoles-monde (2014) Économie créative et développement des territoires : enjeux et perspectives de recherche. En première approche, on pourrait distinguer les deux champs d’étude par le type d’activités qu’elles analysent. L économie de la culture (Scott, 2000 ; Throsby, 2001 ; Greffe, 2006 ; Hesmondhalgh, 2007 ; Costa, 2008) porte sur la valorisation économique des pratiques artistiques et du patrimoine, dans leur relation aux équipements culturels et aux politiques culturelles. L’économie de la créativité (Hall, 2000 ; Florida, 2002 ; Chantelot, 2006 ; Cooke & Lazzeretti, 2008) étudie le développement des industries créatives comme le multimédia (Braczyk, 2005), le cinéma, la musique, les industries du luxe (Scott, 2000 ; Barrère, 2006 ; Hesmondhalgh, 2007) ou encore la publicité, le design, la mode, l’architecture.

Un des points de convergence de l’économie culturelle et de l’économie créative est dans le dépassement récent de la dialectique conflictuelle entre création artistique et valorisation économique de cette créativité. TEL.