background preloader

Actions urbaines

Facebook Twitter

Nantes : ils font pousser des micro-forêts 100 fois plus riches en biodiversité. « MiniBigForest » ou comment faire pousser 300 arbres sur l’équivalent de 6 places de parking ! Même si l’idée peut paraître surprenante, c’est possible. La méthode, qui consiste à créer une micro-forêt native, a été mise au point par un botaniste japonais, Akira Miyawaki : 10 fois plus rapide, 30 fois plus dense, 100 fois plus de biodiversité qu’une forêt traditionnelle. Un duo de nantais a entamé cette révolution arboricole discrète dans l’agglomération nantaise. À une dizaine de kilomètres de Nantes, aux Sorinières, l’abbaye de Villeneuve abrite depuis peu la première micro-forêt native de la métropole. Elle est membre des Colibris depuis quinze ans, cherchant à faire sa part à petits pas. Akira Miyawaki, lui, en est à 40 millions d’arbres dans le monde entier, en suivant une méthode qu’il a découverte en Allemagne dans les années 1960 : le potentiel naturel de végétation.

Reproduire une forêt naturelle et autochtone : comment ? Potentiel humain de plantation. These FCherqui 20060301. Letalus. Tuba ? | TUBA-LYON. L' integration de l agriculture urbaine et periurbaine dans la planification. Deux exemples de ceintures vertes : planification écologique. L'autonomie alimentaire des villes à portée de main (I) by François Rouillay. Michel Briand - Présentations - Le Forum des Communs. "Michel Briand appelle les collectivités à une "gouvernance contributive" Conférence - Réenchanter sa ville, quels acteurs pour quelle transition ? Ademass - Une grande fête populaire à Montpellier pour... Les Grands Voisins – Fabrique de biens communs.

Greenouille | Consommation responsable et locale. Happyplanète. The Pirate Book | The Pirate Book – A compilation of stories about sharing, distributing and experiencing cultural contents outside the boundaries of local economies, politics, or laws. Luc Douillard - Dans mon quartier de Chantenay à Nantes,... À Berlin, 2 000 mètres carrés pour nous apprendre à manger mieux.

(Crédits : 2000qm.eu) "2 000 mètres carrés", c’est la surface d’un centre commercial, d’un parking de 200 voitures, ou le tiers de la pelouse du stade de France. C’est aussi, à peu de choses près, la superficie dont chacun d’entre nous disposerait pour cultiver ses denrées alimentaires si l'ensemble des terres arables du monde (1,4 milliard d'hectares) était partagé équitablement. En un an, une telle parcelle peut fournir 15 tonnes de tomates, 8,5 tonnes de pommes de terre, ou une demi tonne de soja. "2 000 mètres carrés", c’est également le nom du projet berlinois lancé il y a deux ans par Regina, agricultrice, Florian, cuisinier, et Luise, webmaster. Le projet est né d’un sentiment : celui de ne pas avoir été entendus lors de la dernière réforme de la PAC (Politique agricole commune, à l’échelle européenne), eux qui défendent une agriculture raisonnée. Provoquer "l'empowerment" "Le champ global" (Crédits : 2000m2.eu) Luise se souvient des premières questions des visiteurs.

" LABSud | DIY & FabLab à Montpellier. Un Toit Pour Tous. Le 16 janvier 1951, vingt cinq élus de la CCI de Nîmes créent sur leurs deniers personnels la Société Coopérative HLM de location attribution « Maison pour Tous ». 170 logements sont alors construits pour accueillir les salariés des entreprises locales. En 1967, les pouvoirs publics restreignent les compétences des coopératives d’Hlm; un an plus tard, Jean Bloc, alors président de Maison pour Tous, et Jean Lasserre, Directeur de la CCI de Nîmes, décident de créer une Société Anonyme d’HLM et de transmettre à cette dernière le patrimoine locatif de la coopérative constitué d’environ 500 logements: c’est ainsi qu’est créée la SA Un Toit pour Tous.

Outre son effort de construction, Un Toit pour Tous se développe peu à peu grâce à une croissance externe non négligeable, notamment en 1985 par l’absorption du patrimoine de la Société HLM des Cévennes (948 logements et 325 lits en foyers) et en 1990 par le rachat du patrimoine de la société Alésienne (161 logements). §. Depuis quelques années, la guérilla jardinière s'empare de nos villes : des habitants frustrés de fleurs et de nature confectionnent des bombes de graines et vont discrètement les lancer dans des endroits déshérités, où les graines germeront tranquillement à l'insu de tous pour produire deux mois après des fleurs éclatantes ! Le concept de guérilla jardinière ou guerilla gardening a vu le jour à New-York en 1973, lancé par des habitants soucieux de réintroduire nature et beauté au sein des espaces déshérités de la ville.

Petit à petit, une technique de fabrication des « bombes de graines » (seed bombs en anglais) s’est imposée : cette technique est largement inspirée par la pratique de l’enrobage des graines de riz dans de l’argile, créée par le Japonais Masanobu Fukuoka, père de la permaculture, dans un tout autre but que la guérilla jardinière. 1 Choisissez les graines pour vos seed bombs 2 Quand fabriquer des bombes de graines ? © Finemedia 4 Où et comment lancer les bombes de graines ? Montpellier4020 | La ville n'est pas une marchandise : vers une ville alternative. MBC : QuinzaineTL. Des exemples de Tiers Lieux De nombreux projets de tiers lieux fleurissent un peu partout: Voici quelques site internet et courtes vidéos pour nous inspirer! N’hésitez pas a compléter... Quelques courtes vidéos... Des Projets en construction Epicentre factory: un tiers lieux à Clermont ferrand le CIGAMI n°1 à Caen ! :) infos à cette adresse : s.esnault@mailoo.org Un temps de rencontre: La Quinzaine des Tiers Lieux "Du 07 au 18 avril 2014, les explorateurs locaux, nationaux et internationaux des nouvelles manières de penser, concevoir et organiser les ressources d’un territoire, d’une entreprise ou d’un projet se réunissent dans différents (tiers) lieux de Saint-Etienne.

Je vous propose de vous inspirer en parcourant le Diaporama de la visite des Tiers Lieux Stéphanois Strasbourg s'apprête à lancer son espace numérique collaboratif. Athènes : l'ancien aéroport transformé en un champ d'expérimentations alternatives - Basta ! L’ancien aéroport d’Athènes est coincé entre mer et montage. Niché parmi des quartiers résidentiels du sud de l’agglomération, il a été abandonné en mars 2001 au profit d’un aéroport plus grand et neuf installé sur la plaine fertile du Nord de la ville. Ce terrain de 623 hectares a également servi aux Jeux Olympiques de 2004. Sur cet espace, aujourd’hui entouré de barbelés et gardé par des entreprises de sécurité, se construisent depuis plusieurs années les résistances et les initiatives d’une ville en crise. Elliniko est un filet, comme on dit en grec pour qualifier un terrain convoité.

Malgré cela, « les installations sportives, les bâtiments construits à l’occasion des Jeux Olympiques de 2004 et même des hangars construits pour accueillir des expositions, ont été sciemment laissées à l’abandon par les différents gouvernements », déplore Nikos Belavilas, professeur émérite d’urbanisme à l’Ecole Polytechnique. Liquidation des biens publics, bradés au plus offrant Roxanne Mitralias. 10, 100, 1000 villages des alternatives Alternatiba ⁕ Alternatiba. Asso Toulon Source-coeur. Permaculture urbaine. L'audace en Cévennes - Alès, l'Audace en Cévennes Home - L'audace en Cévennes - Alès, l'Audace en Cévennes.

Des espaces verts publics, sans pesticides dès 2020. Le Parlement a adopté définitivement jeudi, par vote à l’Assemblée nationale, une proposition de loi écologiste qui interdit les pesticides dans les espaces verts publics à partir de 2020 et dans les jardins particuliers à compter de 2022. Outre les écologistes, socialistes, radicaux de gauche, UDI et Front de gauche ont voté pour. Les élus UMP se sont prononcés contre ou se sont abstenus. Ce texte est «une nécessité» pour la santé publique et la protection de l’environnement, a estimé le ministre de l’Ecologie, Philippe Martin, en relevant toutefois que 90% des produits phytosanitaires étendus le sont en agriculture.

Le projet de loi d’avenir agricole, voté mi-janvier en première lecture à l’Assemblée, pose quelques jalons, en prévoyant notamment un suivi post-mise sur le marché des pesticides. Ce délai doit leur permettre de s’adapter à de nouvelles méthodes de travail. Alimentation : De nombreuses villes sont en passe d’être autosuffisantes! Les universitaires de Leeds s’appliquent… Terre – Ensemble : La (R)évolution des jardins est en marche… Déjà ça et là, des villes du Royaume-Uni, de France et d’ailleurs s’apprêtent à faire sonner le gong d’une autosuffisance alimentaire réussie!

Si je vous en parle, c’est pour vous pousser à rejoindre ces villes qui se donnent cinq ans pour être autosuffisantes, je dois bien l’avouer. Mais puis-je ajouter que les autorités de ces villes solidaires et partageuses s’inquiètent moins de ce que mangent leurs habitants? Qu’être autosuffisant présente de nombreux avantages locaux ? Exemple : la ville de Leeds (comté de Yorkshire de l’Ouest) compte 700.000 habitants et pour 2018, ces derniers comptent bien être autosuffisants.

Comment? Les enfants apprennent à travailler la terre à l’école… A reproduire! Malgré tout ce que l’on pourrait croire, la ville reste fleurie… les habitants font preuve d’imagination. Les paysages sont devenus comestibles pour le bonheur de l’ensemble car tout est partagé! Et si on interdisait la pub à Paris ? Tribune Imaginez-vous sortir de chez vous et que le panneau publicitaire de 12m2 bouchant l’horizon ait disparu.

Imaginez-vous prendre le métro encore endormi et ne plus vous faire hypnotiser par les écrans plasma diffusant en boucle la même vidéo publicitaire. Imaginez-vous sortir et tomber sur un spectacle d’art de la rue détournant les affichages publicitaires d’hier. Scénario de science fiction ? A une époque où les citoyens sont priés d’adapter leur comportement au respect de l’environnement, la publicité est l’une des activités les plus polluantes qui soient. Sans parler de la pollution visuelle, la publicité est un facteur de pollution énergétique. L’extension de la publicité dans l’espace public ces dernières années (métro, mobilier urbain, échafaudages de rénovation de bâtiments publics, façades de logements sociaux…) nous enjoint à tout moment de la journée à consommer.

Savez-vous que nous, petits et grands, sommes soumis chaque jour à au moins 3 000 messages publicitaires ? A Paris, un supermarché collaboratif veut rendre les bonnes choses accessibles à tous. Ce n'est pas un loup, mais une louve qui est aux portes de Paris. Venue d'outre-Atlantique, elle couve une jolie portée d'idées coopératives pour développer un modèle de distribution alternatif pour bons produits locaux et pas chers. Rencontre avec ses instigateurs. La passion des bonnes choses Tom, Brian et Maëlanne - 5 novembre 2013 - Photo: @SoAnn Brian Horihan vient du Minnesota, et Tom Boothe de l’Indiana.

Ces deux Américains se sont rencontrés à Paris par amour... de la bonne bouffe. Brian a lui aussi fait du cinéma, tout en s'intéressant au jardinage, à l’agriculture, aux potagers urbains, aux coopératives... « Ni Tom ni moi ne venons de familles riches, on vient des lower middle class, on ressentait le besoin de trouver un lieu où l'on peut acheter les produits bons et pas chers », souligne-t-il pour expliquer comment a germé en eux l'idée de créer à Paris un supermarché coopératif.

Trouver un bon équilibre de valeurs A Paris, La Louve ouvrira ses portes dans le 18e arrondissement. L’autosuffisance alimentaire est en marche ! | Le journal de François. Comme Leeds, voulez-vous rejoindre le calendrier 2018 de Todmorden ? Oui, vous avez bien lu, la ville de Leeds, du comté du Yorkshire de l’Ouest, dans le nord de l’Angleterre se lance avec ses 700.000 habitants, ils s’engagent tous azimuts pour être autonomes et vont réussir, c’est déjà bien parti comme pour plus de 50 communes en Angleterre. L’autosuffisance alimentaire est en marche !

Toutes les écoles participent, de la maternelle au collège et au lycée, jusqu’à l’université. Comme à Todmorden, les cours de récréation sont transformées en jardins potagers par les élèves qui produisent les fruits et légumes qu’ils mangent à la cantine. L’enseignement de l’agro-écologie fait partie de tous les programmes scolaires.

Les campus universitaires deviennent des espaces d’expérimentation de l’agriculture urbaine par la participation citoyenne, comme à l’université Champollion à Albi, ou à l’Université Blaise Pascal à Clermont-Ferrand, ou encore sur les terrains de la Fac d’Angers. Like this: Page d'accueil | Sauvages de ma Rue.