background preloader

Le nationalisme français

Facebook Twitter

Nationalisme en France. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le nationalisme en France comme idée que ce pays est une nation "une et indivisible", est né à la fin du XVIIIe siècle dans la bourgeoisie, sous la plume des philosophes des Lumières. L'idée nationaliste française a lentement évoluée, le terme de Nation française apparaît dès les règnes d'Henri IV et de Louis XIII, lorsque le pouvoir central s'affirme clairement. L'idée nationale française ne connaîtra son apogée qu'à la Révolution française, notamment à la fête de la Fédération. Les mouvements nationalistes au XIXe siècle : du « nationalisme ouvert » au « nationalisme fermé » (Winock)[modifier | modifier le code] Le politologue Pierre-André Taguieff écrit ainsi : En outre, une partie du mouvement anarcho-syndicaliste soutient alors les thèses nationalistes, et certains de ses représentants basculeront à l'extrême-droite.

Hétérogénéité des mouvements nationalistes[modifier | modifier le code] Le souverainisme[modifier | modifier le code] De-gaulle-radio. Résistance intérieure française. L'histoire de la Résistance intérieure, toute différente qu'elle soit de celle de la France libre, n'est pas dissociable de cette dernière. Le général de Gaulle, chef des Français libres, a ses agents en métropole occupée par le biais des réseaux du BCRA ou d'envoyés tels que Jean Moulin, Pierre Brossolette et Jacques Bingen. Ces derniers reçoivent la charge d'unifier la Résistance intérieure, sous l'égide de Londres puis d'Alger.

La création du Conseil national de la Résistance par Jean Moulin, le 27 mai 1943, puis celle des Forces françaises de l'intérieur (FFI) par Jacques Bingen, le 1er février 1944, marquent les jalons essentiels d'un processus d'unification parfois difficile, mais sans équivalent dans le reste de l'Europe occupée. Des formes de résistance ont également existé en Afrique française du Nord et dans le reste de l'Empire colonial français, ainsi que dans les trois départements annexés.

Différentes façons de considérer la Résistance[modifier | modifier le code] Divers. Définitions : nationalisme - Dictionnaire de français Larousse. Nationalisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le nationalisme est un principe politique[1], né à la fin du XVIIIe siècle, tendant à légitimer l'existence d'un État-nation pour chaque peuple (initialement par opposition à la royauté, régime politique qui en France sera ensuite nommé Ancien Régime). Ce principe politique s'est progressivement imposé en Europe au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

Les historiens ne présentent pas ce nationalisme, en général, comme une idéologie, car il est peu et mal argumenté ou justifié par des intellectuels. Depuis son avènement il est en revanche facilement présenté comme une évidence dans la vie politique et sociale[2]. Ce terme désigne aussi des mouvements politiques déclarant vouloir exalter une nation sous toutes ses formes (État, culture, religion, traditions, préférence nationale pour l'emploi...), par opposition aux autres nations et populations. Le nationalisme d'avant le XVIIIe siècle[modifier | modifier le code] – le nazisme ;

Le nationalisme québécois - Yves Pépin. La province de Québec est très différente des autres provinces du Canada. On y parle le français et on a plusieurs autres aspects différents des anglophones. On est aussi la seule à penser à se séparer du pays. Une question se pose : qu'elle est l'évolution du nationalisme québécois ? Cette question sera répondue dans le texte suivant à partir de ses débuts jusqu'à maintenant. Pour débuter, on peut dire que le nationalisme au Québec a réellement débuté vers 1760 lors de la capitulation de la Nouvelle-France face à l'Angleterre.

C'est en 1826 qu'apparut le Parti Patriote. Quand les Anglais se sont aperçus que ça ne marcherait pas, ils ont décidé de noyer les francophones dans un plus grand bassin d'anglophones avec la Confédération. Par la suite, Henri Bourassa affirma que les Canadiens français peuvent s'épanouir au sein de la fédération canadienne. Durant la Crise de la conscription, le député Francoeur déposa la première motion séparatiste mais la retira peu de temps après. Vive le Québec libre - documentaire visite Général de Gaulle Québec 1967_2. Nationalisme arabe : les origines.

On fait généralement remonter la naissance du nationalisme arabe, en tant que conscience nationale et politique, à la Première Guerre mondiale. Cette nouvelle représentation fait pourtant partie d’un lent processus qui s’affirme à travers différents penseurs et mouvements tout au long du XIXe siècle avant de donner lieu à un réel projet séparatiste durant les années 1910. Nous tenterons ici de brosser un tableau des différents facteurs et personnages qui ont permis l’émergence de cette reconnaissance ethnique dans le cadre de l’Empire ottoman et qui amènera à la conscience arabe contemporaine.

Des provinces arabes sous domination ottomane Depuis la conquête du Caire en 1517, puis de Bagdad en 1533, la majorité des terres arabes tombe sous domination ottomane. Seul le Maroc et quelques tribus de la péninsule arabique échappent à ce contrôle. La naissance de l’arabisme Le réformisme musulman L’opposition au régime hamidien ou le début d’une politisation nationale arabe.