background preloader

Nations et nationalisme en Europe de 1814 à 1871

Facebook Twitter

L’Europe après Napoléon, une paix impossible. Recensé : Adam Zamoyski, Rites of Peace.

L’Europe après Napoléon, une paix impossible

The Fall of Napoleon and the Congress of Vienna, Harper, Londres, 2007, 634 p. « Vienne dansait », c’est l’image caricaturale qui s’est conservée du Congrès de 1814-1815. Adam Zamoyski ne la contredit pas, mais l’enrichit sous mille facettes. Dans les quelque six cents pages qu’il consacre aux événements fondamentaux qui se sont déroulés entre la défaite de Russie et la chute de l’Aigle, l’auteur a lancé un défi qui est celui de tous les historiens méticuleux : reconstruire un épisode essentiel de notre passé et le rendre compréhensible. Il fait mieux : il lui donne vie. La forme même du récit est tellement pétillante qu’il se lit comme on lit un roman. Jusqu’ici rares étaient les informations fiables sur le sujet, car trop marquées au sceau d’un nationalisme conscient ou inconscient.

L’auteur a des atouts inestimables. Des puissances divisées Les acteurs, qui étaient-ils au juste ? L’Europe et ses réfugiés politiques au XIXe siècle. « Migrants », « demandeurs d’asile », « réfugiés ».

L’Europe et ses réfugiés politiques au XIXe siècle

Au cœur de l’été 2015, ces trois termes, régulièrement mis en avant à la une des journaux pour décrire l’actuelle crise migratoire connue par la Méditerranée et l’Union européenne, faisaient l’objet d’enquêtes dans la presse. Le 20 août, la chaîne d’information Al Jazeera décidait de bannir l’emploi du mot anglais migrants à l’antenne, terme qui, aux yeux de plusieurs de ses journalistes, prêtait à confusion et tendait à la déshumanisation de ceux que la chaîne préférait qualifier de refugees.

Les médias français se sont aussi interrogés sur leur propre vocabulaire et ont cherché à mieux désigner ces hommes et ces femmes prêts à tout pour rejoindre l’Union européenne. Révolution de mars. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Révolution de mars

Révolutionnaires triomphant sur les barricades le à Berlin. Campagne d'Italie (1859) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Campagne d'Italie (1859)

C’est ainsi qu’en juillet 1858, à Plombières, Cavour et l'Empereur signent un traité secret (les accords de Plombières) par lequel la France s’engage à intervenir au côté du royaume de Sardaigne dans le cas d’une attaque autrichienne. Révolution autrichienne de 1848. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Révolution autrichienne de 1848

József Heicke, Barricade à Vienne, 26-27 mai 1848, 1848 La révolution autrichienne de 1848 consiste en une série de soulèvements libéraux ou nationalistes qui ont d'abord vaincu le régime autrichien de Metternich, pour ensuite, du fait de leurs propres divisions, être défait par les conservateurs. La Révolution[modifier | modifier le code] La constituante[modifier | modifier le code] Au printemps est élue au suffrage universel une assemblée constituante qui abolit les droits féodaux. Risorgimento. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Risorgimento

Le Risorgimento (mot italien signifiant « renaissance »[1],[2] ou en français « résurrection ») est la période de l’histoire de l'Italie dans la seconde moitié du XIXe siècle au terme de laquelle les rois de la maison de Savoie unifient la péninsule italienne par l'annexion de la Lombardie, de Venise, du royaume des Deux-Siciles, du duché de Modène et Reggio, du grand-duché de Toscane, du duché de Parme et des États pontificaux au royaume de Sardaigne. Jusqu’au milieu du XIXe siècle, on pouvait considérer que, selon la définition de Metternich, l’Italie n’était rien de plus qu’une « expression géographique ».

L’unification italienne est donc un événement majeur de l’histoire de l’Europe dans la mesure où elle a transformé l’expression géographique en réalité politique. Contexte historique[modifier | modifier le code] Éloge de Metternich et de la Sainte-Alliance par Arnaud FERRAND-LÉGER. Aujourd’hui encore, la Sainte-Alliance et le prince de Metternich gardent en France une réputation sulfureuse.

Éloge de Metternich et de la Sainte-Alliance par Arnaud FERRAND-LÉGER

Toute une historiographie républicaine, laïque, nationaliste ou jacobine, a tissé autour d’eux une « légende noire » bien excessive. « Metternich paraît avoir été particulièrement négligé ou maltraité par l’historiographie française, remarque son excellent biographe Guillaume de Bertin de Sauvigny. […] Pourquoi cette carence ou cet ostracisme ? Cela ne tient pas tellement, semble-t-il, au tabou qui a longtemps régné dans l’histoire universitaire à l’encontre du genre biographique. Plus probablement, le personnage était profondément antipathique à l’esprit français, au nationalisme français. »

Delacroix : La Liberté guidant le peuple - Icône malgré elle ? (27 min) Soutenez la production et la diffusion de cette nouvelle série.

Delacroix : La Liberté guidant le peuple - Icône malgré elle ? (27 min)

En savoir plus.Objectif: La guerre d'Indépendance en Grèce. Contexte historique Sous l’emprise des idées de la Révolution française, la Grèce aspire à son indépendance au début du XIXe siècle.

La guerre d'Indépendance en Grèce

Elevés dans le culte de la gloire hellénique, montagnards, ecclésiastiques, hospodars, riches commerçants et banquiers se soulèvent après la fondation en 1814 à Odessa d’une société secrète de patriotes grecs, l’Hétairie. Les transformations économiques de l'Europe au XIXe siècle. Auteur : BelisaireVisualisations : 100463Modifié : 30/05/2015 à 12h04 C'est dans le Nord-Ouest de l'Europe que se diffuse au cours du XIXe siècle ce qui va être appelé la « révolution industrielle ».

Les transformations économiques de l'Europe au XIXe siècle

La révolution industrielle est caractérisée par le passage d'une économie traditionnelle dominée par l'agriculture à un nouveau type d'économie dominé par l'industrie. Le mode de production industriel change du tout au tout, du fait principalement de l'introduction du machinisme. La substitution du capital au travail va donner son nom au système capitaliste. Si certains économistes comme Rostow ont cru percevoir un « take-off » (traduire par « décollage ») dans le processus d'industrialisation, celui-ci jette ses racines dans les siècles passés et ne s'est pas opéré partout au même rythme ni au même moment. Napoléon III. L’identité nationale. La guerre de 1870. Mettez une note: Loading... « Après l’invasion prussienne, il n’y a plus de malheur possible. Ce fut le fond de l’abîme, le dernier degré de la rage et du désespoir. » ~ Gustave Flaubert Découvrez dans ce podcast l’histoire d’une guerre méconnue en France entre le Second Empire et le Royaume de Prusse. « Nous sommes prêts et archiprêts.

Découvrez les documents sur cette guerre sur Amazon. Napoléon III et Bismarck, le 2 septembre 1870 à Donchery, entrevue après la bataille de Sedan d'après Wilhelm Camphausen. Pierre Milza Historien français, professeur émérite des Universités à l’Institut d’études politiques de Paris et membre du conseil scientifique de l'Institut François-Mitterrand. Les derniers articles par Pierre Milza (tout voir) Les Habsbourg. Liste des émissions de 2000 ans d'histoire. L'histoire de l'Europe - Part 3/4. L’unification de l’Allemagne (1850-1871) (Carte animée) Matériaux pour l'histoire de notre temps, n°41-42, 1996. Nation, nationalités et nationalismes en Europe de 1850 à 1920 (I) - persee.fr.

Matériaux pour l'histoire de notre temps, n°43, 1996. Nation, nationalités et nationalismes en Europe de 1850 à 1920 (II) - persee.fr. Nations et nationalismes au XIXe siècle. Auteur : BelisaireVisualisations : 24993Modifié : 29/09/2013 à 11h14 Le terme de nationalité fait son apparition dans le premier tiers du XIXe siècle et marque une prise de conscience des peuples du début de l'époque contemporaine. Mais c'est surtout vers 1830 qu'il se répand avec le sens suivant : « condition d'une agglomération d'hommes formant en fait, ou aspirant à former, en vertu d'origines, de traditions et d'intérêts communs, une nation distincte des autres » (Dictionnaire de l'Académie). Au lendemain des traités de 1815 qui redistribuent les territoires et les peuples de l'Europe aux mains des vainqueurs de Napoléon, nombre de nations se retrouvent sans Etat : elles se trouvent soit englobées dans des Etats multinationaux (l'empire d'Autriche ou la Russie) soit au contraire partagées entre divers Etats (l'Allemagne ou l'Italie).

Or, le principe des nationalités stipule que l'Etat doit coïncider avec la nation. L'idée nationale.