background preloader

PNB

Facebook Twitter

Dix idées reçues pour prolonger le débat sur PNB et le prêt numérique. La revue Lettres Numériques a récemment publié sur son site un article qui, sans nous citer explicitement, prend le contre-pied de certains des arguments que nous avions exposés pour pointer les lacunes, les limites voire les dangers du système de « Prêt Numérique en Bibliothèque » (PNB). Voici une liste de dix idées reçues, et la façon dont le collectif SavoirsCom1 y répond. De quoi alimenter le débat, que nous menons conformément aux engagements que nous avons pris dans le Manifeste au fondement de la constitution de notre collectif. 1.

PNB permettrait un gain financier et un gain de temps pour la médiation: on aimerait tellement que cela soit vrai… « le coût total par livre physique doit aussi inclure les coûts lié au film de protection, à la puce RFID et/ou antivol, au temps de travail d’équipement, de catalogage, de mise en rayon, de prêt, de prolongation et de retours par les bibliothécaires, etc. 2. « Les difficultés rencontrées avec les DRM sont 3. 10. Taquins… Cinq modèles alternatifs à PNB -

Je vous renvoie à ce billet publié sur le site de SavoirsCom1, en voici l’introduction : Les récentes mises en œuvre du projet PNB (à Paris notamment) ont vu naître un débat au sein de la communauté des bibliothécaires (et au delà). A ceux qui critiquent PNB il est souvent opposé qu’il n’existe pas d’alternatives, et qu’il vaut mieux proposer une offre imparfaite, sujette à caution, plutôt que de ne rien faire.

Et c’est tout à fait vrai. Il n’existe pas aujourd’hui d’offre parfaite pour proposer des livres numériques en bibliothèque : équilibrée entre tous les acteurs, respectant les libertés des utilisateurs, adaptées aux budgets des collectivités. Cinq modèles alternatifs à PNB by Silvae is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License. PNB n’est pas le TGV Lyon - Turin. Selon l’expression consacrée par les journalistes politiques, une « séquence » anecdotique mais particulièrement emblématique s’est déroulée très récemment et concerne la question du prêt numérique en bibliothèque.

Le 13 octobre 2015 la Ville de Paris mettait en ligne son service de prêt de livres numériques, interfacé avec la plateforme de web services PNB. Le même jour, le collectif SavoirsCom1 appelait sur les réseaux sociaux à lancer une « chasse aux jetons » dans le but de rendre le service indisponible et de démontrer ainsi qu’il reposait sur un modèle économique erroné et défavorable à l’intérêt des bibliothèques ( Cette initiative, simple défi potache ou réelle volonté de bloquer le service, n’a, quoi qu’il en soit, pas eu d’effet sur la disponibilité du service. Je veux simplement rappeler ici quelques points qui me semblent indispensables pour retrouver la sérénité nécessaire à la sortie des débats hors-sol, polémiques et parfois dogmatiques.

PNB : le prêt de livres numériques dans 19 réseaux de bibliothèques. PNB : les bibliothèques de Paris ouvrent leur portail de livres numériques. C'était prévu en cette rentrée, les bibliothèques municipales de prêt de la Ville de Paris ouvrent leur portail de livres numériques dans le cadre de PNB (Prêt Numérique en Bibliothèque). C'est à cette adresse. Il vous faudra être inscrit auprès de l'une des bibliothèques, à découvrir à partir du site.

Moins de 200 titres pour l'instant, le service démarre seulement en phase de test. Espérons que Paris sera rapidement aussi bien servi que Bruxelles ou Genève. PS: à lire l'interview de Olivier Walbecq, fondateur et dirigeant de la société Archimed, qui donne sa vision du projet PNB sur Archimag.