background preloader

Ecriture

Facebook Twitter

[Tutoriel] Générer des phrases en pictos avec Araword. La petite histoire Avec mes patients, j’aime beaucoup utiliser les livres comme support de rééducation. Pour les petits j’ai des imagiers bien entendu, mais aussi d’autres livres adaptés à leur âge.

En particulier j’ai une belle collection de livres de Tchoupi, que j’avais achetés lors d’une formation de français signé (nous avions décidé d’un commun accord de travailler sur ce support pour apprendre des signes adaptés à nos patients). Partant de là, je me suis dit un jour qu’il pouvait être intéressant pour certains d’entre eux de raconter l’histoire non seulement en signes, mais également en pictogrammes (avec des phrases simplifiées). Pour cela j’ai utilisé le logiciel Araword qui est libre et gratuit. Téléchargement et installation Araword a été créé dans le cadre du Proyecto Tico et fait partie du pack Arasuite, que vous pouvez télécharger ici. Après l’installation, vous pouvez lancer le logiciel qui sera alors en espagnol. Générer un texte en pictogrammes Imprimer votre production. Ressources. Ecrire oui, mais pas à l'école. Les enfants dyspraxiques peuvent agréablement nous surprendre.

Avec beaucoup de volonté et de ténacité, avec des accompagnants bienveillants et réconfortants, ils peuvent réussir des choses que l'on aurait crues impensables, parfois même les spécialistes diront qu'ils n'y arriveront jamais. Faire du vélo, faire les lacets, nager, être coiffeur, Infirmière, menuisier. Certe il leur faudra plus de temps, plus d'efforts aussi que les autres, mais ils sont vraiment capables de nous surprendre si c'est leur choix.

Cependant, je voudrais mettre un bémol vis à vis de l'écriture. Ce bémol concerne aussi les enfants DYSGRAPHIQUES pour d'autres causes que la dyspraxie. Certe, si l'enfant fait beaucoup de graphotherapie ou d'ergotherapie, s'entraîne d'arrache pieds à la maison pour réussir, il peut arriver que l'enfant finisse par écrire comme tout le monde comme pour les autres activités décrites tout en haut. Si l'utilisation de l'ordinateur n'est pas possible, il existe d'autres solutions. Dysgraphie. "La dysgraphie est un trouble qui affecte l'écriture et son tracé (du grec dus- difficulté et graphein - écriture). L'écriture manuelle est soit trop lente, soit illisible, soit fatigante, demandant dans tous les cas un effort cognitif majeur. Le plus souvent la dysgraphie est isolée, sans déficit ni neurologique ni intellectuel, en l'absence de troubles psychologiques, chez un enfant évoluant dans un milieu socio-culturel normalement stimulant et suivant une scolarisation ordinaire.

La dysgraphie peut parfois être secondaire à une pathologie neurologique présente dès la naissance ou évolutive. Elle s'intègre aux autres pathologies dys- auxquelles elle est fréquemment associée (dyslexie, dyspraxie, dysorthographie). La dysgraphie est plus ou moins sévère, mais c'est le plus souvent un trouble durable et persistant. " Source : " Tous à l'école". Site du Conseil de l'Ordre des Médecins . Suggestions d'aménagements pour tous. Votre élève, souffre d’un trouble dys, dyslexie, dysphasie, dyspraxie ou TDA/H ? Il est dit qu’il faut individualiser les aménagements, chaque enfant étant « dysfférent ».

Il y a de quoi se décourager si dans sa classe on a plusieurs élèves concernés, car certains aménagements représentent un réel temps de travail à leur consacrer en amont du cours (et durant la leçon ou le contrôle) . Pas de panique, voici vers vous des pistes d’aménagement qui pourront tous les aider et qui conviendront en fait à tous les élèves, dys ou non dys !

Par étapes, ils sont réalisables. Et vous pouvez choisir des priorités avec les parents pour peu à peu mettre en place certains d’entre eux. Avant tout, ce sera votre bienveillance qui importera pour établir une relation de CONFIANCE. Et si possible, expliquer à la classe le pourquoi de ces aménagements pour tel élève sera un plus certain. Pour tous ces élèves dys, la tâche d’écriture, de copie, de retranscription est dévoreuse d’énergie. Régine Salvat. Les dysgraphies. Idées reçues dyspraxie. Il voudrait…Il voudrait écrire, joliment, aisément. Il y parvient, durant une ligne. Mais ses doigts gourds, ses doigts crispés, sa main malhabile, ne veulent plus. Il en ressent des crampes, ne peut plus écouter le cours. Il s’efforce encore, toute sa concentration placée dans l’écriture. Ce geste que d’autres maîtrisent. Sa main, ses yeux, lui jouent des tours, les boucles s’emmêlent, il oublie des morceaux de mots.

Votre élève est dyspraxique, le diagnostic est posé par un médecin neurologue et l’information est communiquée à tous ses enseignants. …« Il faut qu’il écrive, c’est nécessaire dans la vie »…« Je crains, s’il n’écrit plus, qu’il ne puisse plus rédiger un texte »… « Avec de l’entrainement, il progressera »...« Son professeur exige qu’il écrive »… « Elle écrit parfaitement, juste lentement, elle ne peut être dysgraphique. »…« Je ne vois pas le rapport entre des gestes maladroits et une dyslexie » La personne dyspraxique ne pourra pas automatiser ses gestes.

Régine Salvat. Prise du crayon : révisons nos positions - Le Blogue de l'ergothérapie de la maison à l'école. Prise du crayon : révisons nos positions En visite dans les écoles, les enseignants nous demandent souvent comment ils devraient aborder la prise du crayon. Est-ce une notion à enseigner? La prise instinctive devrait-elle être respectée ? Est-ce que seulement la prise traditionnelle à trois doigts devrait être favorisée? La fonction de la prise du crayon La prise à trois doigts avec le crayon en appui sur le majeur, qu’on appelle la prise tripode, a longtemps été considérée comme la prise la plus mature et efficace pour la manipulation du crayon. Une liberté de mouvements de l’index, du majeur et du pouce;une stabilité de la main;un contrôle du crayon pour des traits arrondis et fluides. Mais qu’en est-il de la fonction?

Ainsi, un questionnement surgit : existe-t-il un lien entre la prise du crayon et l’écriture fonctionnelle, c’est-à-dire l’écriture rapide et de bonne qualité? Ces prises du crayon permettraient un contrôle équivalent du crayon et l’atteinte d’une écriture comparable. Dysgraphies. Qu'est-ce que la dysgraphie? La dysgraphie est un trouble qui affecte l'écriture et son tracé (du grec dus- difficulté et graphein - écriture). L'écriture manuelle est soit trop lente, soit illisible, soit fatigante, demandant dans tous les cas un effort cognitif majeur. Le plus souvent la dysgraphie est isolée, sans déficit ni neurologique ni intellectuel, en l'absence de troubles psychologiques, chez un enfant évoluant dans un milieu socio-culturel normalement stimulant et suivant une scolarisation ordinaire. La dysgraphie peut parfois être secondaire à une pathologie neurologique présente dès la naissance ou évolutive.Elle s'intègre aux autres pathologies dys- auxquelles elle est fréquemment associée (dyslexie, dyspraxie, dysorthographie).

La dysgraphie est plus ou moins sévère, mais c'est le plus souvent un trouble durable et persistant. Pourquoi ? Quels symptômes et quelles conséquences ? Quelques chiffres Traitement Conséquences sur la vie scolaire Quand faire attention ? L'avenir. ORTH 2015 VAROQUEAUX MAUD.