background preloader

Datajournalisme

Facebook Twitter

Collecter pour mieux analyser : les bases de données et le journalisme. Collecter les notifications de décès des migrants aux portes de l’Europe, courir les salons d’armement pour cataloguer les instruments de torture chinois, répertorier les créations et suppression d’emplois ou cartographier les frappes de drones américains.

Collecter pour mieux analyser : les bases de données et le journalisme

Au delà des bases de données déjà existantes dans l’administration ou le monde scientifique, des projets journalistiques ou humanitaires ont choisi de constituer leurs propres bases de données sur des sujets particuliers. L’entreprise n’est pas nouvelle. En 1985, au Monde, le correspondant en Russie Michel Tatu a informatisé SOVT, une base de données répertoriant les personnalités et les événements liés au régime soviétique.

Cette base de données, en plus d’alimenter les articles du correspondant, était proposée par Minitel, facturée en fonction de la durée de connexion. Les dix enseignements d’un an de Décodeurs. Il y a un peu plus d’un an, le 10 mars 2014, nous lancions la rubrique « Les Décodeurs » sur LeMonde.fr, dédiée à un travail sur les données, le contexte, les vérifications.

Les dix enseignements d’un an de Décodeurs

Saluée par les uns, contestée par d’autres, notre méthodologie a – souvent nous l’espérons – permis de belles réalisations éditoriales. Avec parfois des déceptions. Surtout, nous avons beaucoup expérimenté. Et on s’est bien amusés, j’avoue. En fait, je voulais ici partager un retour d’expérience : comment on déploie une cellule et une pratique quotidienne en « data ». 1. Le point de départ de la réflexion autour des Décodeurs est simple : les questions que se pose l’audience ne sont pas celles que se posent les journalistes. DataHarvest 2015 : quelques exemples de projets de datajournalisme. Données librement accessibles ou cachées et agrégées peu à peu par les journalistes ; révélations de fraude fiscale, de détournement de fonds ou bien recherche d'informations sur la guerre contre l'Etat islamique ; collaboration internationale ou travail en petite équipe...

DataHarvest 2015 : quelques exemples de projets de datajournalisme

Le « DataHarvest », la conférence européenne de datajournalisme qui s'est tenue les 8, 9 et 10 mai, a été l'occasion de présenter la diversité des acteurs et des thématiques abordées par ce genre journalistique qui connaît un engouement croissant. Voici quelques exemples de projets récents abordés lors des conférences. Enquête sur la Banque mondiale... en utilisant ses propres données Le Huffington Post a révélé à la mi-avril que 3,4 millions de personnes dans le monde ont été déplacées sans solution de relogement ou de compensation, à cause de projets soutenus par la Banque mondiale entre 2004 et 2014. Immanquablement, la Banque mondiale n'a pas accueilli cette enquête à bras ouverts.

Le journalisme de données. Le journalisme de données consiste à exploiter des bases de données, pour en extraire de l’information intelligible et pertinente, présentée de façon attractive.

Le journalisme de données

Il vise à donner du sens à d’obscures séries statistiques, à faire émerger des histoires dans de longues séries de données éparses. En cela, il s’inscrit pleinement dans la tradition journalistique consistant à aller chercher de l’information brute pour la présenter de manière adéquate au public. Seulement, il envisage différemment le rôle médiateur du journaliste. Ecole des Données. Bienvenue sur la page des cours de l’Ecole des Données.

Ecole des Données

L’Ecole des Données produit deux types de contenus : Des cours : vous expliquer pourquoi quelque chose est important et vous aider à comprendre les décisions de base impliquées dans le choix des outils ou des approches particulières et où il est intéressant d’investir votre temps. Des recettes : vous expliquer comment faire quelque chose. Peut préconiser l’aide d’un outil ou une méthode particulière pour le faire. Journalism++ - L'investigation par les données - MediaType. SERIE : Peu nombreuses et souvent petites, les agences web spécialisées dans l'info sont rares et discrètes.

Journalism++ - L'investigation par les données - MediaType

Composées de bidouilleurs de talents, d'amoureux des données et du storytelling, leur travail enrichit l'info. - Les quatre agences choisies ont en commun d’être jeunes, dynamiques et surtout de faire un pari, celui du journalisme de qualité. Avec des propositions fortes, parfois militantes, elles participent aux renouvellements des pratiques grâce à la mise en scène de l'info. - De la plus grande Ask Media à la plus petite The Pixel Hunt, en passant par Wedodata et Journalism++, voici une série de quatre entretiens pour découvrir les coulisses de ces fabriques artisanales de l'info.

Ils sont trois, Anne-Lise Bouyer, Nicolas Kayser-Bril et Pierre Romera. Ils ont une passion commune, faire parler les bases données pour créer des récits journalistiques pointus et inédits. 5 questions à 6 datajournalistes. Ils sont datajournalistes et travaillent pour le le site du Guardian, Owni, Lemonde.fr, AskMédia ou J++.

5 questions à 6 datajournalistes

Leur point commun : ils sont jeunes et ils ont un goût immodéré pour les données qu’ils aiment manipuler et décortiquer. Ces ventriloques de la data font parler chiffres et statistiques dans leurs articles, leurs applications ou leurs visualisations. Cinq mêmes questions leur ont été posées pour en savoir un peu plus sur le datajournalisme, ce buzzword qui résonne dans toutes les rédactions. 1. Quelle est ta définition du datajournalisme ? Le data-journalisme ne va tuer les journalistes, enfin, pas tous? Nicolas Kayser-Bril au Figaro le 18 janvier 2013 Le “data-journalisme”, plus qu’un mot à la mode, n’est pas non plus la solution miracle aux problèmes de monétisation de la presse.

Le data-journalisme ne va tuer les journalistes, enfin, pas tous?

Cette innovation bouleverse les métiers et contraint les rédactions à plus de polyvalence et de collaboration. Nicolas Kayser-Bril animait vendredi 18 janvier une conférence au Figaro présentant le data-journalisme et sa présentation a suscité intérêt, scepticisme et crainte tout à la fois. Des réactions qui résument assez bien la palette des sentiments qui émergent quand on évoque le “journalisme de données”. Mais, avec le “journalisme de données”, de quoi parle-t-on exactement ? L'infographie dans la production du savoir. En lisant un journal ou un magazine, peut-être avez-vous déjà eu l’impression que cartes et graphiques illustraient profusément les informations ?

L'infographie dans la production du savoir

Sur Internet, peut-être avez-vous remarqué que diagrammes et animations – nouveaux outils incontournables pour présenter des données – surgissaient un peu partout sur l’écran ? Peut-être avez-vous lu dans le dernier manuel de journalisme que la recherche, « l’extraction de données » et leur visualisation, étaient les armes les plus affûtées du kit du journaliste post-moderne ? Illustration : © James Sillavan, 2012. Si tel est le cas, ou encore si vous avez ressenti, ne serait-ce qu’une fois dans votre vie, un attrait particulier pour des données présentées dans un graphique, c’est que vous êtes d’ores et déjà engagé dans la course frénétique à la production et à la consommation de ces nouveaux envahisseurs du monde de l’information : les infographies. L'infographie expliquée en images. Comment les graphistes définissent-ils aujourd'hui l'infographie et la datavisualisation?

L'infographie expliquée en images

La réponse, visuelle, de 81 auteurs dans le livre "Infographics, a Visual Definition", paru en 2012 et à feuilleter ici. "L'infographie est un genre de journalisme, au même titre que les interviews, les articles, ou les photographies, c'est même plus que cela c'est un genre qui combine tous les genres", écrit Javier Errea (qui a réalisé la nouvelle formule de Courrier international en octobre 2012), en préface du livre "Infographics, a Visual Definition", publié en 2012 par la SND (Society for News Design) espagnole, qu'il préside. Chaque année depuis 1992, se tient à Pampelune un sommet mondial de l'infographie, les rencontres de Malofiej. En 2014, la 22e edition se tiendra du 23 au 28 mars. LAB / Datajournalism apps. Carte participative sur les mairies et les rythmes scolaires - 02/13 Publiée sur le site de la Gazette des Communes, cette petite carte ultra simple, réalisée en moins de 15 minutes, permet de connaître le choix des villes dans la mise en place de la réforme des rythmes scolaires.

Les internautes participent à son enrichissement. Art & Money : le marché de l'art dans le monde - 07/12 Picasso, Warhol, Bacon... Cette data-visualisation permet de mieux comprendre, à travers une série de filtres, le marché de l'art mondial. The Upshot - Politics, Policy, Economics and Everyday Life From The New York Times. The UpShot géolocalise son lecteur pour lui proposer un article personnalisé. Julien Le Bot Journaliste itinérant, réalisateur pour ARTE/Premières lignes. Co-fondateur de @Yakwala, agence conseil & data, consultant pour des projets en coopération. Data Driven Journalism. Data journalism awards 2013. Datajournalisme et presse locale : 7 exemples made in USA. Dernier volet de cette petite série sur le datajournalisme et la presse locale que j’ai trouvé passionnante à écrire.

Si vous aviez raté les épisodes précédents, ça se passe par ici : Episode 1 : Datajournalisme : 7 idées de projets pour la presse locale. Zoomer ou dézoomer? Les enjeux politiques des données ouvertes. Pour Dominique Cardon, le journalisme de données doit apprendre à se dézoomer lui-même: c'est la condition pour que la libération des données publiques soit véritablement pertinente.

Afin que tout un chacun puisse se retrouver dans les chiffres. Dominique Cardon, sociologue au Laboratoire des usages d’Orange Labs, est l’auteur de “La démocratie Internet” (Seuil/République des idées). Le mouvement qui s’est constitué autour des “données ouvertes” et du “journalisme de données” ouvre un nouveau terrain au dialogue, déjà ancien, entre journalisme et sciences sociales. Du big data et de l’info sont dans un bateau. Des chercheurs de l'université de Bristol et de l'école de journalisme de l'université de Cardiff ont utilisé des algorithmes basés sur l'intelligence artificielle afin d'analyser 2,5 millions d'articles tirés de 498 médias en ligne en anglais pendant 10 mois. Si les conclusions de cette étude [pdf] très "big data" enfoncent un peu des portes ouvertes, l'initiative est à saluer : on peut se réjouir que la science confirme l'intuition, l'observation et les analyses de ceux qui pratiquent le métier au quotidien. - Comme attendu, les mesures de lisibilité montrent que les tabloids en ligne sont plus lisibles que les journaux sérieux, et utilisent un langage plus sentimental et affecté.

Parmi 15 journaux anglais et états-uniens, The Sun est le plus facile à lire, au niveau des programmes d'actu pour enfants de la BBC (Newsround), tandis que The Guardian est le plus difficile à lire. Bienvenue. Le guide en un clin d'oeil. Qu’est-ce que le datajournalisme ? Quelques exemples du genre.

Quelques exemples du genre. Pourquoi les journalistes doivent utiliser des données. Pourquoi les journalistes doivent utiliser des données. Créations d’applis à Rue89. Créations d’applis à Rue89. L'Equipe Explore - Brasil 70. Hackathon Data+Foot L’Équipe – 7 au 9 mars 2014. Hackathon Data+Foot. La coupe du monde des données. Le football professionnel à l'heure du big data - Les Echos. L'impossible calcul de la Woman Tax. SwissLeaks: l'enquête data s’importe lentement en France. Comment nous avons travaillé avec les données de SwissLeaks. World of Work. [APP] Mémorial des morts aux frontières de l’Europe. The Wealth & Health of Nations. Data Gueule. Le monde sous toutes ses cartes. Open Data en France.

L'open data : fiche synthétique Savoirs CDI. Elles sont partout. Data Stories : ces innovations françaises qui mobilisent l'open data. NosDéputés.fr : Observatoire citoyen de l'activité parlementaire. La première plateforme Open Data ministérielle. Open Data : les 5 projets primés au concours Dataconnexions.

L’« open government » : quand numérique et citoyens modernisent l’Etat. Souriez, vous êtes cybersurveillés !