background preloader

Sortir de l'euro ou le changer ? TINA :p

Facebook Twitter

Melenchon face à Jacques Sapir sur la sortie de l'euro. Jacques Généreux : la priorité, c’est de sauver l’Europe, pas l’euro. Jean-Luc Mélenchon et Jacques Généreux, lors d’un meeting pour les européennes, à Paris le 7 avril 2009 (BORIS HORVAT/AFP) Si le gouvernement français est dans une telle nasse, pensent de nombreuses personnes à gauche, c’est parce qu’il est prisonnier des règles de la zone euro, qui le privent de toute marge de manœuvre.

Jacques Généreux : la priorité, c’est de sauver l’Europe, pas l’euro

C’est la conviction d’Arnaud Montebourg, de Jean-Pierre Chevènement, ou encore de Jean-Luc Mélenchon. Pourtant, sur la scène politique, seule Marine Le Pen apparaît comme celle qui pointe ouvertement le rôle de la monnaie unique dans cette crise qui se prolonge. Frédéric LORDON : « J'ai peur que Podemos finisse aussi mal que Syriza » Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné… L’abonnement c’est maintenant !

Frédéric LORDON : « J'ai peur que Podemos finisse aussi mal que Syriza »

(et c’est très simple) Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas, sur lesquels nous comptons beaucoup dans cette nouvelle aventure. Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. L’abonnement de lancement coûte 60 €. Les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...) Clarté. La question de l’euro échappera-t-elle un jour à la malédiction du FN ?

Clarté

Sans doute tout la destinait-elle à y tomber, spécialement en une époque où se mêlent toutes les confusions et toutes les hystéries, au point de rendre presque impossible le moindre débat rationnel. Mais que dire quand ce sont certains des avocats mêmes de la sortie de l’euro qui ajoutent au désordre intellectuel et, identifiés à gauche, en viennent à plaider d’invraisemblables alliances avec l’extrême-droite ? Le FN, ce terrible fléau, cette bénédiction Sauf à vivre dans le monde des rêves habermassien, l’expérience élémentaire enseigne l’improbabilité du débat ordonné – qui appelle des prérequis institutionnels très particuliers, comme ceux des institutions scientifiques, pour avoir sa chance.

Mutatis mutandis le FN est, pour le débat de l’euro, l’équivalent fonctionnel de la Corée du nord pour celui de la démondialisation. Par bonheur, quand il n’y a plus rien, il y a encore le FN. Des signifiants disputés. Plaidoyer anti FN pour la sortie de l'euro et la souverainté populaire Frédéric Lordon. Déchiffrage - Quel futur pour l’euro ? L’euro est-il condamné ?

Déchiffrage - Quel futur pour l’euro ?

En usage depuis 1999 pour les transactions financières, et depuis le 1er janvier 2002 pour sa mise en circulation générale, l’euro n’est plus aujourd’hui le symbole d’une Europe sur la voie du rassemblement. L’élan fédérateur des débuts a été freiné par une mauvaise gestion des crises récentes, dont les conséquences sociales ont fait douter les peuples européens des bienfaits supposés de la monnaie unique. Qui sont les responsables de ce désamour ? Les États, la Banque centrale européenne, les banques privées ? Declaration of trade unionists to Greece. The political landslide in Greece is an opportunity, not only for that crisis-ridden country but also for a fundamental reassessment and revision of EU economic and social policy.

Declaration of trade unionists to Greece

We highlight once again the criticism already voiced on many occasions in the past by the trade unions: right from the outset, the key conditions under which Greece receives financial assistance did not deserve the label ‘reform’. The billions of euros that have flowed into Greece have been used primarily to stabilise the financial sector. At the same time, the country has been driven into deep recession by brutal cutbacks in government spending that at the same time have made Greece the most heavily indebted country in the entire EU. The consequence is a social and humanitarian crisis without precedent in Europe. All this had nothing to do with reforms designed to address Greece’s actual problems.

This initiative must be supported now in the interests of the Greek people. Dominique Méda: «Une autre voie que le modèle libéral ou la sortie de l’euro» « L’Europe est une machine à inaction. » - Entretien avec Emmanuel Todd (1) Dans son n°61, Fakir publiait « Ce qui mine, c’est le sentiment d’impuissance », une longue interviou d’Emmanuell Todd, sur son désenchantement du « hollandisme révolutionnaire », le libre-échange, la nation, la monnaie unique, le passivisme.

« L’Europe est une machine à inaction. » - Entretien avec Emmanuel Todd (1)

Autant de thèmes que le démographe évoquait dans « L’Illusion économique », il y a quinze ans, déjà. Contre l'impuissance - Entretien avec Emmanuel Todd. La BCE : «Baissez les salaires pour préserver l'euro» Stiglitz : les premiers qui quitteront l'euro s'en sortiront le mieux. Stiglitz : une autre politique pour l'euro. Joseph Stiglitz : une autre politique pour l'euro. Arguments pour en finir avec l'euro - Page 3.

Frédéric Lordon : «Revenir aux monnaies nationales, pour refaire une monnaie commune» Frédéric Lordon.