background preloader

BlockChain

Facebook Twitter

KODAKCoin et KODAKOne - Kodak lance sa cryptomonnaie. Kodak, c’est un peu comme Nokia : ultra-leaders sur leurs secteurs respectifs avant de rater les virages de la tech et du numérique, les deux marques ont du mal, malgré quelques belles tentatives, à rattraper leur retard. Pourtant, avec son annonce du 9 janvier 2018, Kodak a fait bondir son action : en partenariat avec WENN Digital, l’entreprise instaure sa plateforme KODAKOne ainsi que KODAKCoin, une cryptomonnaie destinée aux photographes et aux agences afin de permettre un meilleur contrôle des droits d’auteurs. En utilisant la blockchain, KODAKOne permettra de générer un système de droits crypté afin que les photographes puissent enregistrer leur travail en toute sécurité.

Les photographes pourront, avec des KODAKCoins, participer à ce que la marque appelle « une nouvelle économie de la photographie ». Du côté des équipes, si on ne néglige pas « l’effet buzz » des cryptomonnaies, on voit avant tout un moyen de rendre justice au travail des photographes. La révolution de la blockchain : définition, fonctionnement et perspectives. La blockchain, ou chaîne de blocs, est indissociable du bitcoin, la monnaie virtuelle créée en 2008. C'est en quelque sorte un livre de comptes décentralisé et contrôlé de façon collective, sur le principe du pair à pair (peer-to-peer), à partir d'une base de données distribuée.

C'est la blockchain qui assure la sécurité des transactions en mutualisant la confiance. Un système réputé transparent et infalsifiable dont le champ d'application va bien au-delà de la seule monnaie. Qu'est-ce que la blockchain et pourquoi parle-t-on d'une révolution à son sujet ? Derrière ce système de sécurisation des transactions en bitcoin, se cache un concept qui base sa fiabilité sur la transparence et une mutualisation de la confiance. Certains pensent que la blockchain est amenée à jouer un rôle central dans notre existence en se substituant aux tiers de confiance centralisés comme les banques, les notaires, les assurances... La blockchain est née avec le bitcoin Cela vous intéressera aussi. Une infographie pour comprendre la blockchain. 1- La blockchain : un livre de comptes public La blockchain, ou chaîne de blocs, est un registre numérique public, un livre de comptes, consultable par toutes les personnes qui y sont inscrites, contenant toutes les transactions réalisées par ses usagers depuis sa création.

Toutes les transactions réalisées par ses membres sont contenues dans des blocs numériques horodatés, infalsifiables, reliés les uns aux autres, chacun représentant un maillon de la chaîne d’information. 2- Une origine inconnue La technologie blockchain a été créée en 2009, par une personne ou un groupe de personnes s’étant fait connaître sous le nom Satoshi Nakamoto, mais dont la véritable identité reste inconnue. Elle a été conçue pour permettre la circulation de la monnaie virtuelle bitcoin mais connaît depuis un grand nombre d’autres applications. 3- Des informations vérifiées et validées Avant d’être intégrée dans la chaîne d’information, chaque transaction doit être validée par un « mineur ».

AdCoin – Cryptocurrency for online advertisement. Uh Oh: Blockchain May Not Be as Secure as We Thought. In Brief In an analysis of one million smart contracts, a new analysis tool found that 34,200 had security vulnerabilities. Before we transition to a blockchain-based digital economy, we need to address the flaws in this system. Blockchain has the potential to transform our world. Experts insist the technology is “bigger than the internet,” but we may want to take a beat before we put everything from our money to our health records on blockchains. According to a new study, the technology isn’t nearly as secure as we thought. Back in 2009, Bitcoin set the blockchain revolution in motion giving any two parties, anywhere, a way to quickly and securely transfer money.

Some blockchains, most notably Ethereum, take the utility of Bitcoin to the next level by incorporating smart contracts, which automate the process. For example, say you want to buy 10 ether tokens, but only if the price drops below $600 per token. Their analysis tool flagged 34,200 contracts. Cars on the Blockchain? Six Ways Automakers Could Employ the New Technology. In Brief From Porsche to Toyota, automakers across the globe are exploring ways to use blockchain to improve personal transportation. In February, Porsche earned the distinction of being the first automaker to successfully test blockchain, the distributed ledger technology best known for supporting cryptocurrencies, in their cars.

However, they are far from the only carmaker exploring ways to integrate this promising technology into their vehicles. Nor are all manufacturers keen to do so in the same way. Here are six ways Porsche and other carmakers hope to use blockchain to power the future of personal transportation. Make Cars More User-Friendly Porsche explored several potential uses for blockchain through their case study with Berlin-based startup XAIN. After the researchers added the test vehicle, a Porsche Panamera, to the blockchain, the driver could communicate with it directly via an app — their instructions no longer needed to go through a third-party server. Le MIT utilise la blockchain pour certifier les diplômes obtenus par les étudiants.

Un candidat, ça trompe énormément : d’après une étude du Florian Mantione Institut, 75% d’entre eux mentent aux employeurs sur leur CV. Et selon Robert Half, 47% des DG ont déjà exclu un candidat d’un poste après avoir découvert « des informations fausses ou exagérées dans leur candidature ». Pour éviter aux recruteurs ce long travail de fact checking à chaque CV reçu, des universités expérimentent de nouvelles techniques pour certifier les diplômes.

C’est notamment le cas du MIT, qui vient d’enregistrer dans la blockchain tous les diplômes obtenus par les étudiants en février. Des diplômes certifiés grâce à la blockchain Les bitcoins ne sont que la partie visible de l’iceberg de la blockchain. Les 100 premiers certificats ont été publiés en octobre 2017, dans le cadre d’un programme pilote. Source : Blockcerts Un processus rapide et sécurisé pour les recruteurs L’ensemble du process est assuré par la technologie opensource Blockcerts et son application éponyme. Source : Learning Machine. Et si la Blockchain permettait de réinventer la Relation Client ? Tribune d’Eric Seulliet Président de La Fabrique du Futur La Relation Client peut s’analyser comme une zone où se développent des antagonismes – déclarés ou larvés – entre les entreprises et les consommateurs.

En effet, au-delà des discours quelque peu lénifiants sur les nécessaires relations de confiance et de transparence qui doivent caractériser la Relation Client, la captation et le partage de la valeur représentent un enjeu économique fondamental. Et cet enjeu génère une rivalité grandissante entre les entreprises et leurs clients. La bataille ne fait que s’accentuer sous la pression conjuguée de : Parallèlement, l’essor rapide des nouvelles technologies joue un rôle essentiel pour provoquer, accompagner et même accélérer les mutations de la Relation Client.

C’est là qu’entre en scène la blockchain Récapitulons ce que permet cette technologie. On le voit la Relation Client reste un domaine d’avenir qui ne demande qu’à se réinventer. Orange certifie les contenus de presse par la blockchain. Blockchain : de quoi parle-t-on ? "La Blockchain, c'est un peu comme le gluten : tout le monde en parle, mais personne ne sait vraiment de quoi il s'agit", ironisait récemment Tim Swanson, directeur d'études de marché chez R3CEV. Mais derrière la "hype" supposée, que se cache-t-il derrière cette -pas si- nouvelle technologie qui affole les milieux de la finance, du droit et du libre ? Hacktiviste, artiste et chercheuse entre le Cersa (département du CNRS) et le Berkman Center (rattaché à l'Université d'Harvard), Primavera de Filippi concentre ses travaux sur les enjeux du droit liés à la Blockchain.

Rencontre. Concrètement, comment définiriez-vous la Blockchain ? Primavera de Filippi : Une Blockchain, c’est une base de données décentralisée qui ne peut pas être rétroactivement modifiée et qui permet d’exécuter des logiciels. Bitcoin est l’une des applications les plus connues de cette technologie, mais il existe plein d’autres applications possibles. Pourquoi cette technologie est-elle jugée révolutionnaire ? Blockchain, la clé 'anglaise' de l'ubérisation. XEnvoyer cet article par e-mail Blockchain, la clé 'anglaise' de l'ubérisation XEnvoyer cet article par e-mailBlockchain, la clé 'anglaise' de l'ubérisation Innovation de rupture Les bouleversements sectoriels induits par la technologie du blockchain ne font que commencer Par Patrick Arnoux Les péripéties baroques et quelque peu sulfureuses de la monnaie virtuelle du nom de bitcoin ont jeté un certain discrédit sur la crypto-monnaie.

Rapide, sûr et moins cher Cette technologie devrait en effet susciter dans les mois qui viennent toute une série de nouveaux services et d’applications qui risquent de chambouler nombre de métiers – banques, commerce, enseignement, etc. – du fait de ses trois atouts innovants : une rapidité étonnante des transactions, leur coût sensiblement réduit, le tout assorti d’une sécurité théoriquement sans faille. “Trois atouts innovants : une rapidité étonnante des transactions, leur coût sensiblement réduit, le tout assorti d’une sécurité théoriquement sans faille”

La blockchain expliquée à un enfant de 5 ans. Pour mieux faire comprendre le fonctionnement et le potentiel de la technologie blockchain le Collectif Bam et Blockchain France ont utilisé la métaphore d’un scénario qui parle à tous : la corvée de vaisselle. Nous reproduisons ce texte avec leur aimable autorisation. Léo, Jules, Marie et Elsa sont 4 frères et soeurs vivant dans la même maison. Comme dans beaucoup d’autres familles, la corvée de vaisselle, imposée par les parents, est un sujet sensible et propice à de nombreuses discordes. Entre celui qui prétend avoir effectué sa corvée plus souvent, celle qui a oublié son tour, et le dernier qui affirme avoir plus travaillé il y a deux semaines, le cassetête est infini ; la confiance envers les uns et les autres disparaît peu à peu. Ainsi le dilemme prend souvent fin avec l’intervention autoritaire des parents, qui ont le dernier mot. Pour résoudre ce problème, le père a une idée. Malheureusement ce principe fonctionne bien si l’honnêteté est de mise dans la maison.

Les belles promesses de la technologie Blockchain. Alors que le mot "blockchain" est sur toutes les lèvres, la technologie doit pourtant encore évoluer et répondre à certaines interrogations primordiales d’ordre réglementaires ou techniques afin d’atteindre un seuil de maturité qui n’est pas encore suffisant. La technologie blockchain constitue en soi une vraie révolution, c’est désormais une certitude. Elle n’est d’ailleurs pas uniquement technologique. Gilles Babinet, serial-entrepreneur et "Digital Champion" de la France à la Commission Européenne parlait récemment d’une révolution anthropologique, qui va bien au-delà de la vague numérique qui submerge nos sociétés actuellement.

Comme Internet a bouleversé le monde de l’information, la blockchain a le pouvoir de transformer radicalement l’approche de la transaction. Le potentiel de bouleversement de la société de la blockchain est donc irréfutable. Mais la technologie est encore incomplète, bien que déjà éprouvée à plusieurs reprises. L’âge de la maturité : 2025. La blockchain pour les nuls. Il est des sujets qui peuvent soit passionner soit laisser complètement indifférent, la blockchain en fait sans aucun doute partie. Cette technologie n’est pourtant pas nouvelle mais elle déchaîne les foules sur son intérêt, ses arcanes, sa complexité (ou non) et ses applications concrètes.

D’ailleurs, le moindre article que vous lirez à propos de la blockchain utilisera au moins une fois l’adverbe « concrètement ». Pour les initiés la blockchain est devenu quelque chose de trivial, pour les novices cela reste un sujet qui peut paraître difficile d’accès. Mais alors qu’est-ce qui se cache derrière la blockchain ? La blockchain, un système qui vit en autonomie. Commençons par le début, la blockchain est avant tout une technologie. Le minage, une activité clé.

Pour réaliser cette opération de validation, les mineurs utilisent des machines onéreuses et énergivores, pour cette raison ils sont rémunérés en conséquence, à aujourd’hui un mineur gagne 12,5 Bitcoins par bloc. Gratuit ou presque ! Le réseau Bitcoin exposé à des attaques de mineurs « égoïstes » Le réseau Bitcoin serait vulnérable à certaines attaques. Crédit Photo: D.R Des chercheurs ont trouvé une méthode pour mener des attaques sur le réseau Bitcoin et avoir des effets dommageables.

Cependant, la faille peut être fixée avec une mise à jour logicielle. Emin Gun Sire, professeur de l'Université de Cornell et Ittay Eyal, doctorant en informatique ont mené une étude sur une méthode menant à des attaques sur la monnaie virtuelle Bitcoin. Cette méthode vise les mineurs qui effectuent avec leur matériel informatique des calculs mathématiques pour le réseau Bitcoin afin de confirmer des transactions et augmenter leur sécurité à travers le chiffrement.

Toutes les 10 minutes, les mineurs, qui collaborent souvent au sein de coopératives, sont récompensés avec 25 bitcoins pour leurs participations. Un groupe de mineurs égoïstes rompt le protocole Les mineurs sont censés suivre le protocole du logiciel de Bitcoin. Une modification de l'algorithme comme correctif. Ô! La jolie bulle… (ou: l’affaire Bitcoin) | Frogonomics. Bitcoin, qui avait fait parler de soi il y a deux ans, est de retour sur le devant de la scène. Le graphique ci-dessus montre pourquoi. Dans ce billet j’essaie de comprendre comment fonctionne le système bitcoin, avant de livrer quelques réflexions sur sa nature et son avenir. Les promoteurs de cette invention disent que c’est, plus qu’un système d’échange, une monnaie électronique ou virtuelle. Les autres monnaies que nous connaissons (euros, dollars, livres) ont une incarnation physique, pièces et billets, créé par une autorité étatique. Certes, beaucoup de transactions en dollars ou en euros sont immatérielles : un virement de mon compte au vôtre se fait par un message électronique.

Mais in fine ce message soustrait à mon compte en banque et rajoute au vôtre : or, un compte en banque n’est que le droit d’exiger de la banque des pièces et des billets émis par l’Eurosystème et le paiement entre les banques se fera sur les comptes tenus par l’Eurosystème. Voyons les ordres de grandeur.