Semences

Facebook Twitter

Verbalisé pour avoir vendu des tomates hors catalogue. Le 17 mai 2013, sur le marché de Lavelanet en Ariège, un maraîcher de Lavelanet, commune ariégeoise, a été contrôlé et verbalisé sur le marché.

Verbalisé pour avoir vendu des tomates hors catalogue

Son délit ? Avoir vendu des tomates « hors catalogue », c’est à dire des tomates non inscrites au catalogue officiel.Un agent de la répression des fraudes (DGCCRF) qui après lui avoir signifié qu’il devait avoir la carte du GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences) et ne vendre que des variétés inscrites au catalogue officiel, l’a verbalisé d’une amende de 450 euros.Il s’agit là d’un abus s’inscrivant complètement dans la logique d’un fichage généralisé de toutes les activités et de tous ceux qui, jusqu’à aujourd’hui, échappaient au contrôle des multinationales de la semence.Il faut savoir qu’entre 1954 et 2002, 80 % des variétés potagères ont été radiées de ce catalogue.

Agriculture : la réutilisation des semences sera sanctionnée. Le Parlement a adopté, lundi 28 novembre, une proposition de loi UMP sur "les certificats d'obtention végétale".

Agriculture : la réutilisation des semences sera sanctionnée

Il devrait simplifier l'utilisation de semences de variétés protégées. Une simplification contestée par certains syndicats professionnels, qui estiment qu'elle "bafoue" des pratiques agricoles ancestrales. Le texte du sénateur UMP Christian Demuynck a été adopté par le Sénat en première lecture le 8 juillet et transpose une convention internationale pour la protection des obtentions végétales de 1991.

Voté dans les mêmes termes par l'Assemblée, lundi soir, le texte est donc adopté par le Parlement définitivement. Il conforte les spécificités du "certificat d'obtention végétale", un droit de propriété intellectuelle original créé par la France pour les semences afin d'éviter le recours aux brevets mis en place notamment aux Etats-Unis pour le vivant. 450 euros d'amende pour diffusion de « légumes clandestins » - Biodiversité ?

Open Source Seeds Licence : une licence pour libérer les semences. Les principes de l’Open Source s’étaient déjà propagés à des domaines relativement éloignés du logiciel, comme celui de l’Open Hardware ou de l’Open Design.

Open Source Seeds Licence : une licence pour libérer les semences

Mais le projet Open Source Seeds propose un modèle de contrat pour placer des graines sous licence libre. Rice grains. Par IRRI Images. CC-BY. The Gift | Jean-Marc Abela. Presse. La filière Semences et Plants se mobilise pour les variétés anciennes 08 février 2013 Depuis quelques années, les consommateurs et les jardiniers amateurs se passionnent de plus en plus pour les variétés anciennes.

Presse

Dans les premiers temps, ils avaient des difficultés à retrouver ces variétés pour les cultiver, puisqu’elles avaient quasiment disparu des marchés. C’était sans compter sur les collections de ressources génétiques privées et publiques, qui ont toujours conservé ces variétés et permettent ainsi d’en relancer la production de semences. Encore fallait-il ajuster les conditions de commercialisation et donc d’inscription au catalogue sur le marché français. Lancement d'une campagne pour libérer les semences paysannes et fermières. Une coalition constituée d'organisations paysannes, rurales, de l'agriculture biologique, environnementales, alter-mondialistes, d'éducation populaire et d'artisans semenciers a lancé le 26 septembre une campagne à destination des élus et ''des candidats aux prochaines élections pour obtenir le vote d'une loi de reconnaissance positive des droits des agriculteurs et des jardiniers sur les semences.

Lancement d'une campagne pour libérer les semences paysannes et fermières

" Cette coalition regroupe notamment la Confédération paysanne, Attac, Agir pour l'environnement, les Amis de la Terre, la Fédération Nationale des Agriculteurs Biologique, Réseau Semences Paysannes ou encore ASPRO PNPP. Selon les organisations, "les droits des agriculteurs de conserver, ressemer, échanger et vendre leurs semences, les protéger de la biopiraterie et des contaminations par les OGM brevetés, et de participer aux décisions nationales concernant la biodiversité cultivée, sont reconnus par le Traité International sur les semences approuvé en 2005 par le Parlement français. | Campagne pour une loi de reconnaissance positive des droits des agriculteurs par la libération des semences paysannes et fermières.

Svalbard Global Seed Vault : une véritable « Arche de Noé verte » Selon la Bible, l’Arche de Noé était une grande embarcation construite sur ordre de Dieu pour sauver Noé, sa famille, et l’ensemble des espèces animales du Déluge.

Svalbard Global Seed Vault : une véritable « Arche de Noé verte »

C’est ce qui vaut le surnom « d’Arche de Noé Verte » au Svalbard Global Seed Vault : cette chambre forte a pour but de stocker et de protéger la biodiversité végétale (les graines de l’ensemble des cultures vivrières) menacée par le réchauffement climatique, les catastrophes naturelles, ou encore les guerres. Laissez un commentaire : Votre commentaire (min. 40 caractères) Inaugurée en février 2008 sur l’île du Spitzberg (après deux ans de travaux), l’installation très sécurisée totalise un volume de stockage de près de 1 500 m3. Agriculture : la réutilisation des semences sera sanctionnée.

Association Kokopelli. La semence dans tous ses états - une vidéo Expression Libre. MONSANTO / OGM. Santé : Monsanto en Argentine, un bilan accablant:: Novopress.info – arme de réinformation massive.

Novopress a traduit en français une enquête décapante de Micheal Warren et Natacha Pisarenko (Associated Press) datant du 20 octobre dernier et portant sur les effets secondaires dévastateurs des produits agro-chimiques de la firme Monsanto, multinationale spécialisée dans les pesticides et semences génétiquement modifiées.

Santé : Monsanto en Argentine, un bilan accablant:: Novopress.info – arme de réinformation massive

Source originale et nombreuses photos : www.concordmonitor.comPhoto ci-dessus : le 31 mars 2013, Camila Veron, 2 ans, née avec de multiples malformations et très malade, se tient devant la maison de sa famille à Avia Terai, dans la province de Chaco, en Argentine. (AP Photo/Natacha Pisarenko) L’ouvrier agricole Fabian Tomasi n’avait pas l’habitude d’utiliser des vêtements de protection lorsqu’il manipulait des pesticides sous forme pulvérulente.

Les producteurs d'OGM enrôlent des "ambassadeurs" en Europe. In Our Backyard (A Monsanto Introspective)