background preloader

Suffisante ou pas l'AB ?

Facebook Twitter

La bio peut-elle vraiment nourrir le monde ? - Changeons d'agriculture. Il est temps de développer ici un thème qui est au cœur de mes deux derniers ouvrages : l'agriculture biologique est-elle vraiment une solution à grande échelle, capable de répondre autant aux enjeux alimentaires qu'environnementaux ?

La bio peut-elle vraiment nourrir le monde ? - Changeons d'agriculture

Les bénéfices environnementaux de l'agriculture biologique ne font pas de doute. Mais ils sont souvent opposés à ses supposés moindres rendements. How the Great Food War Will Be Won. L'agriculture biologique peut-elle nous nourrir tous ? Jacques Caplat affirme que l'agriculture biologique peut «nourrir l'humanité» L'idée que l'agriculture biologique pourrait suffire à nourrir toute la planète est-elle seulement l'apanage des idéalistes, des écologistes, voire des hippies ou des bobos (diront les plus acerbes) ?

Jacques Caplat affirme que l'agriculture biologique peut «nourrir l'humanité»

Pas si sûr si l'on se réfère à plusieurs [...] Pas si sûr si l'on se réfère à plusieurs experts, et notamment ceux de la FAO (L'Organisation des Nations-Unis pour l'alimentation et la culture), qui publiaient déjà en 2007 un rapport vantant les méthodes biologiques pour les exploitants agricoles. Rendement compris. Cette vision écologique de l'agriculture, qui rejette l'usage des engrais synthétiques et autres pesticides de l'agriculture traditionnelle, mais aussi tous types de semences OGM (organisme génétiquement modifié), peut-elle être une solution pour répondre aux problèmes de la faim dans le monde ?

L-agriculture-biologique-pour-nourrir-l-humanite.pdf (Objet application/pdf) « On peut nourrir 10 milliards d’humains en bio sans défricher un hectare » Reponse d'une lectrice suite a l'article du Nouvel Observateur "Utopie du bio" Réponse de Bénédicte Delloye, à la suite de l'article "L'utopie du bio", paru dans le Nouvel Observateur en novembre 2012.

Reponse d'une lectrice suite a l'article du Nouvel Observateur "Utopie du bio"

Bénédicte est maraîchère bio et ancienne stagiaire à la ferme de Sainte Marthe.Contact : bdelloye@gmail.comSon site : www.benedictealacampagne.com Bruxelles, le 12 novembre 2012 Cher Monsieur Gruhier, Permettez-moi de vous envoyer quelques mots à propos de votre article « L’utopie du bio » paru dans le Nouvel Obs du 1er novembre dernier. Sa lecture m’a à la fois mise en colère et attristée tant par son contenu, son angle de vue, son argumentaire que par l’impact néfaste qu’il peut avoir sur le public.

Alors que ce même Nouvel Obs se faisait il y a quelques semaines le défenseur de Gilles Séralini et de l’étude sur les OGM, voilà qu’aujourd’hui, on peut lire dans vos colonnes des choses sur le/la bio – on s’en fiche un peu non ? Je ne connais pas votre niveau de maîtrise et d’intérêt sur le sujet, ni même votre motivation à écrire sur le bio. Non, le bio n’est pas une utopie ! Démonstration en 8 points. Des produits bio issus d'une coopérative alimentaire (B.

Non, le bio n’est pas une utopie ! Démonstration en 8 points

COUTIER/SIPA) Nous avons lu avec stupeur l’article "Utopie bio" dans votre numéro du 1er novembre. Nous n’attendions pas du "Nouvel Observateur" un article à ce point rempli de contre-vérités, et qui ne cite comme sources bibliographiques que les écrits des adversaires notoires du bio que sont Gil Rivière-Wekstein – qui est membre de l’Afja (Association Française des Journalistes Agricoles), organisme qui a pour membre associé Bayer, ou encore le lobby des pesticides, l’UIPP –, Léon Guéguen – un adversaire déclaré de l’agriculture biologique depuis des décennies – et Gérard Pascal – favorable aux OGM et très critique de l’agriculture biologique. Ils font tous les deux partie de l’AFIS, l’Association française pour l’information scientifique, souvent prompte à défendre les pesticides et les OGM. Il nous semble important de souligner que ces chercheurs sont donc pro-OGM et pesticides. 1- Les fraudes 2- Le blé bio d’Ukraine ?

4. 8. CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE. Agriculture biologique et sécurité alimentaire : conférence de la FAO. Communiqués > Agriculture biologique et sécurité alimentaire : conférence de la FAO L’intérêt de la bio se confirme au niveau mondial !

Agriculture biologique et sécurité alimentaire : conférence de la FAO

La FAO a organisé une conférence sur la bio et la sécurité alimentaire (Rome, 3-5 mai 2007). Envoyé spécial, Jacques Caplat. C’était extrêmement intéressant, car la conférence ne s’est pas limitée à la question de savoir si la bio peut produire suffisamment de volume (et ne s’est pas attardée à ce serpent de mer), mais a vraiment posé la question globale du développement agricole et humain. Pour la FAO, la sécurité alimentaire se décline en quatre dimensions : 1) Disponibilité alimentaire.Sur ce point, même s’il y a encore quelques débats et même si des études complémentaires seront sans doute nécessaires, il était globalement admis que la question est réglée : oui, la bio peut permettre de produire un volume suffisant pour nourrir l’humanité. 2) Accès à la nourriture. 3) "Résilience" et pérennité environnementale. 4) Qualité de l’alimentation.

Imprimer. Agriculture biologique et sécurité alimentaire mondiale. Par Léon Guéguen - SPS n° 280, janvier 2008 Après avoir relevé dans les conclusions de l’article de Léon Guéguen sur l’agriculture biologique (Science et pseudo-sciences n° 276, mars 2007) que ce mode de production resterait « de niche » et « ne permettrait pas de nourrir l’humanité », un lecteur signale opportunément qu’une Conférence internationale de la FAO sur l’agriculture biologique et la sécurité alimentaire vient d’avoir lieu à Rome (3-5 mai 2007) et aboutit à des conclusions très différentes.

Agriculture biologique et sécurité alimentaire mondiale

Léon Guéguen revient ici sur ce sujet. Toutefois, en ce qui concerne le communiqué de presse de la FAO, et après l’écriture du texte ci-dessous, un nouveau communiqué de presse de l’organisation internationale (10 décembre 2007), signé de son directeur général, dément l’essentiel des conclusions optimistes exprimées dans le communiqué précédent (juin 2007). Conférence internationale de l'agriculture bio à Paris. Lundi 19 mars 2012 dans le cadre du salon Vivre autrement à Paris, la Fédération nationale de l'agriculture biologique (Fnab) vous invite à une conférence intitulée "productivité agricole, accessibilité des produits: les alternatives existent!

Conférence internationale de l'agriculture bio à Paris

". Elle s'inscrit dans la campagne Osons la bio! Non, l'agriculture biologique ne peut pas nourrir l'humanité. Mercredi 14 octobre 2009 3 14 /10 /Oct /2009 22:28 En 2007, Antoine Compagnon, professeur au Collège de France, écrivait à propos de l’ouvrage de Roland Barthes, Mythologies : « Relisant aujourd’hui ces vignettes avec un peu de nostalgie pour un temps qui n’est plus – en cinquante ans, presque tout a changé –, on en vient à oublier presque la thèse qui servait de prétexte à leur réunion, puisqu’il s’agissait de dénoncer l’aliénation du peuple par l’idéologie. » Si Antoine Compagnon ne se trompe pas et si Roland Barthes revenait parmi nous pour mettre à jour ses Mythologies, alors il ne pourrait faire autrement que d’ajouter l’agriculture biologique à la liste de ses mythes.

Non, l'agriculture biologique ne peut pas nourrir l'humanité

Encore que ce sont plus les classes moyennes que le peuple que ce mythe aliène ! Les partisans de l’agriculture biologique prétendent qu’elle est la seule façon de produire qui respecte l’environnement, ce qui est fort contestable, mais c'est ce qu'ils ont réussi à faire croire à l'opinion publique. Bibliographie.