background preloader

Consommation collaborative

Facebook Twitter

La consommation collaborative désigne un modèle économique où l'usage prédomine sur la propriété :
l'usage d'un bien, service, privilège, peut être augmenté par le partage, l'échange, le troc, la vente ou la location de celui-ci.



la France, c'est ici ;)
. Outils d'intelligence collective. OUTILS COLLABORATIFS. Financement participatif. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le financement participatif (en anglais crowdfunding) est une expression décrivant tous les outils et méthodes de transactions financières qui font appel à un grand nombre de personnes pour financer un projet. Ce mode de financement se fait sans l'aide des acteurs traditionnels du financement, il est dit désintermédié. L'émergence des plates-formes de financement participatif a été permise grâce à internet et aux réseaux sociaux.

Cette tendance s'inscrit dans un mouvement plus global : celui de la consommation collaborative et du crowdsourcing. Avantages[modifier | modifier le code] Le financement participatif est un service en ligne qui reprend la pratique du terrain de la plupart des associations et des créateurs d'entreprises : un moyen de se faire entourer, conseiller et soutenir. Inconvénients[modifier | modifier le code] Typologie[modifier | modifier le code] Histoire[modifier | modifier le code] Les domaines[modifier | modifier le code] ESSENTIEL, le magasin des produits locaux - Essentiel. Et si l'action locale pouvait changer le monde ? A Bristol, à Fukushima, en France, des héros ordinaires se battent pour rendre la vie meilleure. Et inventer une autre ère énergétique et économique. Ils sont français, brésiliens, allemands ou canadiens.

Ils créent des monnaies locales, des jardins communautaires, des parcs éoliens citoyens, des entreprises coopératives. Ces « lanceurs d'avenir », comme les appelle Marie-Monique Robin dans son dernier documentaire, Sacrée Croissance ! , s'aventurent dans de nouvelles façons de vivre, consommer ou produire, à l'heure où les promesses de l'abondance capitaliste s'évanouissent. Ils préfèrent le « mieux » au « plus », sèment les graines de ce que pourrait être une société « post-croissance », et revitalisent les questions de l'écologie, de la démocratie et de la politique. . « Partout en France, dans l'angle mort des médias, des gens ordinaires prouvent que la transformation sociale n'est pas le privilège des puissants, analyse Emmanuel Daniel, auteur du Tour de France des alternatives. Un réseau social pour les permaculteurs francophones. La permaculture est un art de vivre. Elle associe l’art de cultiver la terre, pour la rendre fertile indéfiniment, avec l’art d’aménager le territoire.

Des bonnes volontés de Wallonie ont décidé de partager la permaculture et les secrets des bons légumes. Cette technique de culture potagère, qui prend en considération la biodiversité des écosystèmes, possède donc désormais sa page et son site. La démarche est désintéressée, partageuse et n’a pour but que d’améliorer le quotidien des gens: «La grande ouverture du site (en bêta) a lieu ce mardi 2 décembre. Elle fait déjà l’objet d un engouement certain sur Facebook avec plus de 1 000 likes en très peu de temps. Le site sera disponible à l’adresse:

Comment fabriquer des biens communs en open source ? Il y a aujourd’hui une vraie déferlante selon les secteurs. Voiture, vélo, alimentation / semences /AMAP sont déjà en place, après le logiciel libre. Comment cela peut-il s’élargir en prenant appui sur les vagues du hacking, de la consommation et l'économie collaborative ? Elinor Ostrom prouve qu'une autre logique économique est possible. Peut-on appliquer ses principes à l'économie de la connaissance ? Pouvons-nous documenter ce qui s'est fait dans le logiciel libre (Wikipedia, RERS, Tela Botanica) et les logiciels de vie (p.ex. les semences paysannes) ? Peut-on généraliser la logique Creative Commons et Open source à l'habitat (Airbnb, couchsurfing), aux véhicules (Zipcar) aux objets (FabLabs, Etsy, Interface, Freecycle) ? Pages liées : * Quelles alternatives en termes de modes de vie durables ? Repères et définitions Tous publics : En visionnant ces 2 vidéos de Monsieur Bidouille vous devriez rapidement vous faire une idée de quoi nous allons parler dans cette page : Libre Open source.

La révolution collaborative. Technologies méconnues pour la vie en autarcie. Nombre de personnes souhaite avoir au cas où, de quoi s’en sortir un peu si quelque chose arrive, n’importe quoi: conflit majeur, grosse panne d’électricité, catastrophe naturelle, krach financier, n’importe quoi qui puisse changer notre manière de vivre de manière radicale, et en cette période d’instabilité sur la planète, toutes les options sont envisageables… Pour d’autres, le simple fait de vivre de manière plus simple et plus traditionnelle n’est pas une option, c’est devenu un but.

Pourtant, qui dit sortir de ce système (volontairement ou non) dit rencontrer des difficultés, et de ce côté, chaque piste est intéressante et mérite d’être explorée. C’est pour cela que je vous relaie cette liste, peut-être certaines idées vous paraîtront intéressantes et exploitables, et peut-être même trouverez-vous des solutions auxquelles vous n’avez jamais pensé! Allez savoir… Autarcie énergétique, source de l’illustration: Retrouversonnord.be Sur le même thème dimanche 13 décembre 2015 Impensable? Economie Collaborative. 100 sites pour consommer sans posséder. Voici une première tentative (à ma connaissance) de création d’une liste d’initiatives françaises (ou ayant des activités en France) sur la consommation collaborative (voir la définition au bas de cet article).

Dans cette liste, le parti pris a été d’indiquer les initiatives relevant des formes nouvelles d’échange entre particuliers (partage, troc, échange, location) ainsi que les nouveaux styles de vie collaboratifs (crowdfunding, coworking, colunching ...) mais aussi des initiatives se situant aux limites du sujet mais qui méritaient d’être mises en avant pour l’innovation sociale qu’elles représentent. N’hésitez pas à apporter vos contributions à cette liste collaborative ! Alimentation Achat groupé direct au producteur * * * * Don / Vente de produits issus de son jardin * * Colunching Livres. Consommation collaborative : les meilleurs sites de partage.

Comme un Olivier: Economie Collaborative : définition. Les urbains et la consommation collaborative. Favorisées par l'essor d'Internet et du Web 2.0, les pratiques dites de consommation collaborative (cf dossier dans Marketing Magazine) se sont multipliées et intensifiées au cours des dernières années. Locations entre particuliers, achats groupés, troc, partage de biens ou de services : autant de pratiques qui se répandent dans la société française, et notamment dans ses grandes villes. Pour mieux comprendre l'émergence et le sens de ces nouveaux modes de consommation, iligo a choisi d'interroger un échantillon représentatif d'urbains (*). Comment les urbains perçoivent-ils la consommation collaborative ? Quelles motivations, quelles valeurs fondent, selon eux, ces pratiques ? Parmi les différentes pratiques dites de consommation collaborative, quelles sont celles qui suscitent le plus l'intérêt des urbains ?

Selon eux, ces logiques sont-elles appelées à se développer à l'avenir ? 63% des urbains manifestent quant à eux leur intérêt pour le covoiturage. Lafermeadomicile.be 1er site locavore en région liégeoise. Lieux de vie, bases nomade, collectifs, squat, ecolieux. The Dharma House,Route de St. Sauveur de Cruzières,Mallemontade,30500 St. Brès,France.SITE OFFICIEL Bienvenue à la Maison du Dharma - une petite communauté, qui s’inspire des enseignements du Bouddha et de l’idéal de vie en connection avec d’autres, proches de la nature.

Notre objectif est d’explorer un mode de vie centré autour d’une éthique écologique et durable, en mettant un accent sur l’intégration d’une prise de conscience attentive aux activités du quotidien. La Maison du Dharma se situe dans les Cévennes, au cœur du Parc National, avec vue sur la Cèze. La propriété se trouve au sommet d’une colline, et couvre 4 hectares de terres agricoles avec une grande diversité de plantes et d’arbres (oliviers, amandiers, pruniers, mimosas, figuiers,…). Nous sommes inscrit comme une association, sous le loi du 1er Juillet 1901. "Il nous faut apprendre à pratiquer la pleine conscience ensemble - en tant que famille, ville, nation ou communauté de nations.

. - Thich Nhat Hanh Pour visiter S’inscrire. We Share vs Oui cher : faut-il avoir peur de l’économie collaborative ?  — Chroniques de la transition numérique. L’explosion des modèles collaboratifs, également appelés P2P (peer-to-peer) ou C2C (consumer-to-consumer), est probablement un des phénomènes les plus intéressants de la transition numérique. L’économie collaborative contourne les acteurs habituels d’un secteur en mettant en relation directement des internautes et en leur permettant d’échanger grâce à une plate-forme numérique. L’exemple le plus emblématique est bien sûr la société AirBnB qui met en relation des internautes disposant de chambres ou d’appartement à louer avec d’autres internautes qui cherchent un hébergement temporaire à l’occasion d’un déplacement personnel ou professionnel.

En l’espace de 5 ans, la société a développé une offre de plus de 600 000 logements qui ont permis de loger plus de 11 millions de voyageurs. AirBnb est en passe de devenir le premier « groupe hôtelier » du monde avec une valorisation estimée à 10 Mds$ ! Qu’en est-il réellement ? L’économie collaborative, un gisement inépuisable. L'économie collaborative s'invente en France : gardons notre avance. Consommation collaborative, production distribuée, finance participative, éducation et savoir ouverts: ces mouvements nés de la rencontre de l'innovation numérique et sociale sont les piliers d'une nouvelle économie : l'économie collaborative dont la France est pionnière.

Consommation collaborative, production distribuée, finance participative, éducation et savoir ouverts. Ces mouvements nés de la rencontre de l'innovation numérique et sociale sont les piliers d'une nouvelle économie : l'économie collaborative. La France est un pays pionnier en la matière. « Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde », prophétisait le philosophe Michel Serres. Cela fait plus de cinq ans que dure la crise, et l'économie française ne semble montrer aucun signe d'amélioration.

Et s'il était temps de tout réinventer ? A la croisée de l'innovation sociale et de la culture numérique, l'économie collaborative est à la fois un secteur dynamique, un modèle de transition et un choix de société. 1. 2. 3. "Il faut changer notre vision pour une approche économique plus globale" Partage de Jardins. A Paris, un supermarché collaboratif veut rendre les bonnes choses accessibles à tous. Ce n'est pas un loup, mais une louve qui est aux portes de Paris. Venue d'outre-Atlantique, elle couve une jolie portée d'idées coopératives pour développer un modèle de distribution alternatif pour bons produits locaux et pas chers. Rencontre avec ses instigateurs.

La passion des bonnes choses Tom, Brian et Maëlanne - 5 novembre 2013 - Photo: @SoAnn Brian Horihan vient du Minnesota, et Tom Boothe de l’Indiana. Brian a lui aussi fait du cinéma, tout en s'intéressant au jardinage, à l’agriculture, aux potagers urbains, aux coopératives... « Ni Tom ni moi ne venons de familles riches, on vient des lower middle class, on ressentait le besoin de trouver un lieu où l'on peut acheter les produits bons et pas chers », souligne-t-il pour expliquer comment a germé en eux l'idée de créer à Paris un supermarché coopératif.

Trouver un bon équilibre de valeurs L'idée, simple, consiste à créer un espace de vente de bons produits pas chers. A Paris, La Louve ouvrira ses portes dans le 18e arrondissement.