background preloader

BigData

Facebook Twitter

Panama Papers: Linkurious, la start-up qui a aidé à éplucher les données. Comment trouver des pistes dans la masse des 11,5 millions de documents des "Panama papers" ?

Panama Papers: Linkurious, la start-up qui a aidé à éplucher les données

La start-up Linkurious a fourni aux journalistes son logiciel de visualisation pour les aider à mener leur enquête sur de complexes montages financiers offshore. Depuis la publication de l'enquête par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) qui a révélé un vaste système d'évasion fiscale à l'échelle du globe, la petite équipe de cette start-up parisienne est sur un nuage et espère que ce bon exemple de traitement du "big data" (les méga-données) appliqué au journalisme d'investigation fera des émules.

"On est comme des gamins, c'est un rêve pour des créateurs de logiciels (...) quand des gens s'approprient la technologie et améliorent les choses...et c'est magique pour nous", explique à l'AFP Sébastien Heymann, le PDG de cette jeune pousse. Sir Tim Berners-Lee speaks out on data ownership. The data we create about ourselves should be owned by each of us, not by the large companies that harvest it, the Tim Berners-Lee, the inventor of the world wide web, said today.

Sir Tim Berners-Lee speaks out on data ownership

Berners-Lee told the IPExpo Europe in London’s Excel Centre that the potential of big data will be wasted as its current owners use it to serve ever more “queasy” targeted advertising. By gaining access to their own data, people could use it with information about themselves from other sources in order to create “rich data” – a far more valuable commodity than mere “big data”, he said. Berners-Lee said that “people only look at one angle” of big data. “When you read big data pieces in a magazine, it’s about how big companies are spying on you.

A lot of the marvel of big data is a threat to me. “What are these people going to do with that data? Instead, users should own their own data and be free to merge it with other sets as and when it could provide them useful insight, he said. Partager ses données de santé : pour quels bénéfices et à quelles conditions ? L’irruption du numérique dans notre quotidien et dans l’organisation des soins génère des masses de données.

Partager ses données de santé : pour quels bénéfices et à quelles conditions ?

Ces données, produites et stockées pour une raison précise (gestion des soins, des dossiers médicaux, suivi d’indicateurs…), peuvent également permettre de répondre à d’autres questions, servir d’autres usages : mises ensemble, ces données peuvent révéler des phénomènes jusque-là non observés sur les soins dispensés, détecter plus tôt l’émergence de maladies ou les réactions aux traitements, mieux comprendre les liens entre santé et activité physique ou environnement, etc.L’analyse de vastes ensembles de données d’origines et de natures variées, c’est ce qu’on appelle le « big data ».

Mises ensemble, ces données sont également des révélateurs de la vie privée, de nos habitudes et choix de vie, certains neutres et d’autres plus intimes. Open data : le moteur du projet de loi Lemaire. Vous n'avez toujours rien compris au Big Data ? Voici l'événement qu'il vous faut. Attention, il n’y a absolument rien de condescendant dans la question en titre !

Vous n'avez toujours rien compris au Big Data ? Voici l'événement qu'il vous faut

Le Big Data peut aider une majorité d’entreprises (toutes ?) De tellement de manières différentes… que les experts ont décidé d’évangéliser l’intégralité des bénéfices du Big Data, et tous en même temps. Cela a produit un discours cacophonique dont vous êtes peut-être ressorti avec un sentiment : « c’est probablement le nouveau « buzzword », je vais laisser passer 5 ans… si ça existe encore, je vais essayer d’écouter quelqu’un d’intelligible sur le sujet ». Mon conseil : n’attendez pas 5 ans ! Libérez votre mardi 3 Novembre pour l’événement « Les PME à l’assaut du Big Data » qui aura lieu au Hub Bpifrance. Car le Big Data est véritablement une révolution… et il a (ou va) changé la donne sur votre marché tôt ou tard. Si J. Et si vous hésitez encore, sachez que le Big Data en France, ce sera 9 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2020, soit une croissance de 40% avec la création de 130.000 emplois.

L’open data est-il un leurre politique ? Evelyn Ruppert - MyScienceWork.com Notre partenaire MyScienceWork a choisi d’interroger Evelyn Ruppert, maître de conférence en sociologie au Goldsmith College de Londres et spécialiste des données.

L’open data est-il un leurre politique ?

L’open data tel qu’il est orchestré par le gouvernement britannique depuis 2010 ne permet pas aux pouvoirs publics de renouer avec la confiance : sous sa forme actuelle, l’Etat ne dévoile jamais tout ce qu’il renferme. Dans un effort d’ouverture, ces informations sont mises à disposition et réutilisées via des outils numériques, ce qui favorise l’émergence d’une nouvelle classe de spécialistes, intermédiaires nécessaires entre les données et le public. Big Data et mobilité : de nouveaux métiers apparaissent, les e-jobs ont la cote.

Le secteur de l’Internet prend le pouvoir et son essor est considérable ces dernières années.

Big Data et mobilité : de nouveaux métiers apparaissent, les e-jobs ont la cote

Les consommateurs veulent surfer de plus en plus, cela a donc donné naissance à une nouvelle branche, les e-jobs. En effet, les internautes veulent de la mobilité, les Smartphones et les tablettes sont donc de plus en plus perfectionnés. Pour faciliter la navigation sur la toile et optimiser son temps, certains ont décidé de développer des applications. D’autres ont compris que le net est devenu la première source pour les internautes. Ces derniers n’hésitent pas à tapoter sur le clavier pour obtenir les dernières actualités, les produits high-tech, les tests… Ainsi, de plus en plus de sites Web sont conçus, le design est soigné, la navigation est optimisée… La salle des marchés.

Big Data : un ADN utilisateur séquençable pour moins de 1000 $ (par Pierre Delort) - La revue "Nature" a popularisé en 2008 le terme « Big Data(1) », le traitement massif des données générées en quantités croissantes par les capteurs (Internet des objets), les machines (séquenceurs ADN(2)…), les logs Internet… Le Big Data se trouve, schématiquement, au confluent de quatre perspectives, de nature : - technique avec l’effondrement continu des coûts de réseau et de stockage ; - commerciale avec la généralisation de l’offre de bases de données « innovantes » (Datawarehouse(3)...) ; - économique ; l’institut de recherche d’un conseil en entreprise, présentant le Big Data comme le futur de l’innovation et de la compétition ; - et éventuellement politique avec l’open data.

Big Data : un ADN utilisateur séquençable pour moins de 1000 $