background preloader

Eco

Facebook Twitter

Mais qui sont donc ces économistes. La théorie économique en débat Avant-propos par Wojtek Kalinowski La crise financière a ébranlé quelques certitudes et déclenché une vague de critiques à l’encontre des économistes qui, comme on le dit souvent, n’auraient « rien vu venir ».

Mais qui sont donc ces économistes

On peut cependant s’interroger sur les résultats concrets de cette agitation médiatique : au bout du compte, quels enseignements ont été tirés ? Seattle récolte les fruits de la marijuana. L'OCDE dénonce les dérives de la finance - Les Echos. Accueil.

L'OCDE dénonce les dérives de la finance - Les Echos

Pour une économie juste: de la parole aux écrits. Organisée par la Fondation Singer-Polignac, le CNRS (ENS/CIRID) et l'Institut islamique de recherche et de formation ((IRTI-BID, Djeddah), la conférence internationale Ethique et religions pour une économie juste s'est déroulée les 23 et 24 janvier 2014.

Pour une économie juste: de la parole aux écrits

Et Actes pour une économie juste, sous la direction de Dominique de Courcelles, en est le fruit. Quelques titres de chapitres donnent une idée de la richesse du propos : « D'Aristote à l'Espagne commerçante du Nouveau monde » (Christoph Strosetzki), « La lutte contre la corruption pour une économie juste » (Claude Mathon), « Géopolitique de l'eau dans quelques pays arabo-musulmans » (Pierre Berthelot)...

Start-ups : pourquoi les jeunes quittent la France. FIGAROVOX/ANALYSE - Malgré des dispositifs financiers avantageux, un nombre croissant de jeunes entrepreneurs quittent la France pour monter leur business.

Start-ups : pourquoi les jeunes quittent la France

Guillaume Sarlat analyse les raisons de cette situation paradoxale. Guillaume Sarlat est polytechnicien et inspecteur des Finances. Il est l'auteur d'En finir avec le libéralisme à la française paru en avril 2014 aux éditions Albin Michel. L'émigration française au Royaume-Uni a changé de nature. On n’en a pas fini avec les inégalités. Un rapport de l’OCDE montre que le revenu des 10 % les plus riches est aujourd’hui 9,6 fois plus élevé que celui des 10 % les plus pauvres.

On n’en a pas fini avec les inégalités

LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Claire Guélaud Les écarts de revenus et de richesses continuent de se creuser de par le monde. « Les inégalités dans les pays de l’OCDE n’ont jamais été aussi élevées depuis que nous les mesurons », a déclaré, jeudi 21 mai à Paris, le secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques, Angel Gurria, en présentant le rapport In it together : Why Less Inequality Benefits Alls (« Tous concernés : pourquoi moins d’inégalité bénéficie à tous »). « Nous avons atteint un point critique », a-t-il ajouté. Ce rapport montre que les écarts de revenus et de richesses se sont creusés depuis le milieu des années 1980 dans de nombreux pays, pendant les années fastes et pendant les crises. Les banquiers millionnaires se comptent en centaines dans les groupes français - Les Echos. Accueil BNP Paribas , la Société Générale et Natixis comptent 277 banquiers régulés gagnant plus de 1 million d'euros.Ils sont cependant moins nombreux et moins bien rémunérés que leurs pairs européens.(...)

Les banquiers millionnaires se comptent en centaines dans les groupes français - Les Echos

La Bourse en excès de vitesse. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Alain Constant Le « trading haute fréquence », nouveau danger pour l’économie mondiale ?

La Bourse en excès de vitesse

(mercredi 29 avril, à 20 h 50 sur Canal+). Les grands projets de recrutement et les métiers les plus demandés en 2015. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne Rodier 1,7million : c’est le nombre de projets de recrutements déclarés par les employeurs pour l’année 2015 et recensés par l’enquête annuelle Pôle emploi-Credoc.

Les grands projets de recrutement et les métiers les plus demandés en 2015

Le volume d’embauches prévues pour 2015 est en hausse de 2,3 % par rapport à celui de 2014. Plus d’un tiers sont des projets saisonniers. Hors emplois saisonniers, les métiers les plus demandés, en nombre de projets, concernent les agents d’entretien, les aides à domicile, puis les aides, apprentis dans la restauration. Les métiers pour lesquels les employeurs ont du mal à trouver de la main-d’œuvre demeurent malgré la crise, même si la part des projets difficiles à réaliser recule. 32,4 % des employeurs prévoient des difficultés de recrutement pour l’année 2015. « Cette évolution à la baisse est constante depuis 2012 » souligne Pôle emploi.

Au niveau cadre, les ingénieurs et cadres d’étude sont toujours les plus recherchés en particulier dans l’informatique. Quatorze start-up qui font bouger l’Afrique. L’Afrique numérique est en effervescence.

Quatorze start-up qui font bouger l’Afrique

Au Kenya, en Afrique du Sud, au Nigeria, au Ghana… des start-up se créent dans l’agriculture, le commerce, l’informatique, l’éducation, les énergies renouvelables, la santé… Des initiatives dans le sillon de certaines entreprises déjà phare, telle la plate-forme d’alerte Ushahidi ou M-Pesa utilisée par 12 millions de Kényans pour leurs paiements par téléphones mobiles interposés. Pour stimuler cette croissance, le Nigérian Tony Elumelu, 26e fortune africaine, a annoncé, lundi 23 mars, la liste des 1 000 entrepreneurs qui seront financés par sa fondation.

Entre 2013 et 2014, les capitaux investis dans des start-up africaines ont plus que doublé (26,9 millions de dollars contre 12 millions) selon la société VC4Africa, une croissance due notamment à l’augmentation des montants placés dans chaque structure (130 000 dollars en 2013 contre 200 000 dollars en 2014). Philippe Meyer : « Il faut stopper la dérive de Radio France » Par Philippe Meyer Les informations publiées semaine après semaine par Le Canard enchaîné ne sont pas pour rien dans la grève de Radio France, mais on aurait tort de croire qu’elles en sont la cause unique ou même principale.

Philippe Meyer : « Il faut stopper la dérive de Radio France »

D’ailleurs, lorsque, il y a un an, le même hebdomadaire révéla que le premier geste du PDG fraîchement nommé à l’unanimité par le CSA avait été de réclamer à sa tutelle une substantielle augmentation de salaire, aucune vague d’indignation, de réprobation ou même de simple déception ne parcourut la Maison ronde. C’est qu’en 2014, après cinq ans d’une gouvernance médiocre, à la fois indolente et brutale, confiée par Nicolas Sarkozy à des amis ou à des complaisants, les personnels de Radio France n’accordaient d’importance qu’à une chose : avoir enfin un projet et un patron. Lors de l’arrivée de leur nouveau président, la plupart des collaborateurs avaient, comme ils l’ont aujourd’hui, conscience de l’importance des défis à relever.

Pourquoi choisir la franchise ? La franchise pour créer son entreprise en limitant les risques, voilà certainement l'argument le plus largement cité par les créateurs lorsqu'on leur demande pourquoi ils ont opté pour ce mode de développement. Dans les faits, s'il n'existe pas de statistiques récentes et vérifiées, on estime que 80% des entreprises créées en franchise sont toujours actives après cinq ans de fonctionnement. Pour réussir en franchise, il faut avant tout s'assurer du sérieux de son franchiseur et de la pertinence du concept tout en évaluant sa capacité à évoluer. Regards croisés sur le futur de l’économie collaborative.

Inégalités sociales

Paradis fiscaux : les banques françaises toujours frileuses sur la transparence. La Fed pointe des valorisations "très exagérées" : faut-il craindre une nouvelle bulle Internet ? Sans les citer nommément, la Fed, la banque centrale américaine, a estimé mardi, dans un rapport sur la politique monétaire que « la mesure de la valorisation boursière dans certains secteurs semble fortement exagérée, en particulier pour de petites entreprises dans les réseaux sociaux et l’industrie des biotechnologies, malgré un retournement du prix des actions de ces entreprises ces dernières années ». Une tendance qui s’inscrit à contre courant de celle observée dans les autres secteurs : « la mesure de la valorisation est, pour l’ensemble du marché, à des niveaux peu éloignés de leur moyenne historique, suggérant que les investisseurs ne sont pas exagérément optimistes ». Faut-il voir dans le rapport de la Fed un clin d’oeil à Twitter ? En novembre 2013, le réseau social s’était introduit en bourse avec un prix par action à 26 dollars, levant 1,8 milliard de dollars.

. « La Fed veut certainement alerter pour éviter tout phénomène de bulle. Plusieurs avertissements.