background preloader

Culture humaniste

Facebook Twitter

Géographie CM1 séquence 1 : les grands types de paysages. 15/01/14 : Ajout d'un document d'appui concernant la région lyonnaise et un autre sur les DROM.

Géographie CM1 séquence 1 : les grands types de paysages

Merci à Elisaclaire Première séquence : Les grands types de paysages et la diversité des régions françaises Fiche de séquence : Séance 1 : les reliefs et fleuves en France document d'appui : Séminaire « Acquis des élèves et pratiques d'enseignement en histoire-géographie et éducation civique » - Comment l'histoire et la géographie sont-elles enseignées à l'école primaire ? Constat et évolution en cours. Philippe Claus, inspecteur général de l'Éducation nationale, groupe du premier degré Au cours des dernières années scolaires les inspecteurs généraux et les inspecteurs de l'Éducation nationale ont observés la mise en œuvre, au cycle 3, des programmes de 2002.

Séminaire « Acquis des élèves et pratiques d'enseignement en histoire-géographie et éducation civique » - Comment l'histoire et la géographie sont-elles enseignées à l'école primaire ? Constat et évolution en cours

Les lignes qui suivent dressent le bilan de ces observations et proposent quelques perspectives. L'histoire et la géographie ne sont enseignées, comme telles, qu'au cours des trois années du cycle 3. Les enseignements dispensés dans le cadre du domaine "connaissance du monde", au cours du cycle 2 et à l'école maternelle qui préparent bien à la compréhension de l'histoire et de la géographie, ils ne sont pas analysés ici. Un constat en demi-teinte Tous les observateurs ont pu constater que ces disciplines étaient enseignées plus systématiquement que par le passé, même si les horaires et les programmes n'étaient pas totalement respectés.

L'histoire et la géographie sont-elles des disciplines difficiles à enseigner à l'école primaire ? Des supports pour visualiser et verbaliser le temps qui passe et qui dure (...) Cet article développe des pistes pour favoriser l’acquisition des indicateurs temporels linguistiques et la prise de conscience des différents éléments constitutifs de la notion du temps comme les notions d’ordre de succession, de durée, de cycle et d’irréversibilité.

Des supports pour visualiser et verbaliser le temps qui passe et qui dure (...)

L’auteure souligne le rôle important des instruments de chronologie et de mesure et de la médiation verbale 1. Activités pour favoriser l’acquisition de la notion d’ordre de succession L’enfant doit apprendre à organiser les événements les uns par rapport aux autres (début, étapes, fin ; avant, après, pendant). Afin de favoriser l’intégration de la notion d’ordre, il est intéressant de multiplier les activités d’ordination ou de sériation chronologique comme la construction d’une ligne du temps restreint ou l’arrangement d’images. En biologie ou en jardinage, il est intéressant de faire accompagner l’observation des plantations par la mise en ordre d’une série d’images distinctes qui associent ordre temporel et causal. 2. Séminaire « L'enseignement du fait religieux » - Le "fait religieux" : définitions et problèmes.

Régis DEBRAY, professeur à l'université Lyon III L'expression " fait religieux " s'est imposée depuis quelques années dans le vocabulaire scientifique et public.

Séminaire « L'enseignement du fait religieux » - Le "fait religieux" : définitions et problèmes

Quand on y réfléchit bien, sa sobriété tranquille, qui cache un certain nombre de confusions, exprime la raison d'être de notre présence ici. Un fait a trois caractéristiques. Premièrement, il se constate et s'impose à tous. Que cela plaise ou non, il y a depuis mille ans des cathédrales dans les villes de France, des œuvres d'art sacré dans les musées, du gospel et de la soul musicà la radio, des fêtes au calendrier et des façons différentes de décompter le temps à travers la planète.

Deuxièmement, un fait ne préjuge ni de sa nature, ni du statut moral ou épistémologique à lui accorder. Troisièmement, un fait est englobant. Le fait est observable, neutre et pluraliste. Tout d'abord, un tel enseignement ne saurait être un enseignement religieux. L'existence du paradis n'est malheureusement pas attestée. D’une réalité vécue à une réalité reçue : la construction du récit scolaire de la Préhistoire (séminaire “récits nationaux et fabrication du commun”)

Rédacteur : Pascal SEMONSUT Introduction : un récit profane André Leroi-Gourhan, l’un des préhistoriens les plus marquants du XXe siècle, l’affirme : « l’homme préhistorique ne nous a laissé que des messages tronqués »[1].

D’une réalité vécue à une réalité reçue : la construction du récit scolaire de la Préhistoire (séminaire “récits nationaux et fabrication du commun”)

Les préhistoriens ne peuvent donc appréhender la réalité préhistorique que par fragments pour élaborer un récit des premiers âges de l’humanité. Ce récit, qui prend donc appui sur une partie, certainement infime de la réalité, en est de plus une interprétation. Il n’est donc pas cette réalité, mais une image de cette réalité. Cette image est ensuite reprise par les historiens, auteurs des programmes et manuels scolaires, pour en faire une image scolaire. Cette image scolaire, ce récit scolaire, mise en abîme du récit préhistorien, est ainsi une œuvre non première, mais seconde, l’image d’une image, une œuvre non de spécialistes, mais de profanes. On le voit : les filtres s’additionnent entre la réalité vécue des préhistoriques et la réalité reçue des élèves. L’hominisation. Accueil - Enseigner l'histoire de la Shoah.