background preloader

Système carcéral

Facebook Twitter

The New Slave Revolt. A nationwide prison work stoppage and hunger strike, begun on Sept. 9, the 45th anniversary of the Attica uprising, have seen over 20,000 prisoners in about 30 prisons do what we on the outside should do—refuse to cooperate.

The New Slave Revolt

“We will not only demand the end to prison slavery, we will end it ourselves by ceasing to be slaves,” prisoners of the Free Alabama Movement, the Free Ohio Movement and the IWW Incarcerated Workers Organizing Committee wrote in a communique. This round of prison strikes—there will be more—has had little outside support and press coverage. Inmates Are Planning The Largest Prison Strike in US History - by Sofie Louise Dam. The New Jim Crow. This story first appeared on the TomDispatch website.

The New Jim Crow

Ever since Barack Obama lifted his right hand and took his oath of office, pledging to serve the United States as its 44th president, ordinary people and their leaders around the globe have been celebrating our nation's "triumph over race. " Obama's election has been touted as the final nail in the coffin of Jim Crow, the bookend placed on the history of racial caste in America. Obama's mere presence in the Oval Office is offered as proof that "the land of the free" has finally made good on its promise of equality. There's an implicit yet undeniable message embedded in his appearance on the world stage: this is what freedom looks like; this is what democracy can do for you.

If you are poor, marginalized, or relegated to an inferior caste, there is hope for you. Perhaps greater lies have been told in the past century, but they can be counted on one hand. Most people don't like it when I say this. Excerpt from the Introduction. © Robert Gumpert 1996 Jarvious Cotton cannot vote.

Excerpt from the Introduction

Like his father, grandfather, great-grandfather, and great-great-grandfather, he has been denied the right to participate in our electoral democracy. Masked Racism: Reflections on the Prison Industrial Complex. Surpopulation carcérale : la France pointée du doigt. La privatisation rampante des prisons françaises. Cela doit devenir la plus grande prison de Belgique.

La privatisation rampante des prisons françaises

Près de 1 200 détenus dans un « village » pénitentiaire à proximité de Bruxelles, avec trois unités pour hommes, deux unités pour femmes, un établissement d’enfermement psychiatrique et un pour les jeunes. Surdimensionné, trop cher, construit sur des terres agricoles : le méga-projet suscite des oppositions. Cette nouvelle prison est aussi controversée parce qu’elle doit être bâtie et gérée en partenariat public-privé (PPP). Le marché a été confié à un consortium composé de deux entreprises de BTP et d’une banque d’investissement australienne (Macquarie).

Un champ d’activité comme un autre pour cette banque qui investit dans les transports, les infrastructures d’eau, les hôpitaux… et les cellules. Incarcération totale. Un soir du printemps 2010, alors qu’il rentrait chez lui après une fête, Kalief Browder est interpellé par la police dans la rue.

Incarcération totale

On l’accuse d’avoir volé un sac à dos. Il jure qu’il n’a rien fait. On fouille ses poches, rien. On l’emmène au poste. Kalief est noir, il est pauvre, il a dix-sept ans, il ira en prison dans l’attente du procès. Kalief Browder during an interview with ABC (Source : ABC) Le cas de Kalief Browder est un cas extrême de dysfonctionnement du système judiciaire américain, mais il dit beaucoup sur la facilité avec laquelle on incarcère aux États-Unis.

Un rapport dévastateur du procureur général de Manhattan, rendu public à l’été 2014, dénonçait la violence endémique des prisons de Rikers Island et en particulier le recours excessif aux quartiers d’isolement de haute sécurité dans lesquels des adolescents sont placés en régime d’inactivité forcée et de privation de tout contact humain pendant des périodes de plusieurs mois. Une incarcération de masse. Theconversation. Un récent rapport de l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch, le mois dernier, a alerté sur les difficultés actuelles de prise en charge des pathologies psychiatriques dans les prisons françaises.

theconversation

Cette ONG dénonce la « double peine »que subissent les personnes souffrant de troubles psychiatriques en détention : l’incarcération, et également l’impossibilité d’accéder à des soins adaptés à leur pathologie. Des troubles psychiatriques très fréquents en prison La réalisation d’études épidémiologiques rigoureuses se heurte à de nombreuses contraintes logistiques et d’organisation en milieu pénitentiaire. Cependant, plusieurs travaux internationaux ont pu mettre en évidence, chez les personnes incarcérées, une fréquence des troubles psychiatriques, bien supérieure à celle retrouvée en population générale.

"C'est un fort sentiment d'exploitation qu'éprouvent les personnes détenues" Le Monde.fr | | Propos recueillis par Propos recueillis par Simon Piel La tenue mardi 7 février d'une audience prud'hommale opposant une détenue de la maison d'arrêt de Versailles à son ancien employeur vient rappeler que le droit du travail ne s'applique pas en prison.

"C'est un fort sentiment d'exploitation qu'éprouvent les personnes détenues"

A qui profite la taule ? #DATAGUEULE 47. Le trou noir du droit du travail en prison. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Franck Johannès Ce n’est pas trop dans leurs habitudes, mais il y avait urgence.

Le trou noir du droit du travail en prison

Lundi matin, quelque 249 universitaires, pour l’essentiel des professeurs de droit, avaient signé une pétition pour que le droit du travail s’applique enfin en prison. « En prison, il y a des détenus qui travaillent. Il n’y a pas de droit du travail, constatent les signataires. Faut-il encore une fois rappeler que, dans la peine d’emprisonnement, la seule punition prévue par la loi est la privation de liberté ? » Cette pétition a été rendue publique lundi 14 septembre, à la veille de l’audience du Conseil constitutionnel, saisi par une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) de l’Observatoire international des prisons (OIP). Suicide en prison: la France comparée à ses voisins européens. Discriminations : en prison, les femmes n'y échappent pas. Un avis rendu par la contrôleure des prisons jeudi 18 février 2016 dénonce les conditions dans lesquelles sont détenues les femmes en France.

Discriminations : en prison, les femmes n'y échappent pas

Il fait état de nombreuses discriminations, notamment en ce qui concerne le maintien des droits familiaux. Comme n'importe quel citoyen, les détenus ont des droits, qui ne disparaissent pas du seul fait de leur incarcération. Ceux des femmes emprisonnées, qui représentent une minorité de la population carcérale (3,2 %), sont pourtant souvent bafoués. C'est le constat alarmant dressé par Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, dans un avis rendu jeudi 18 février 2016. Le texte liste les discriminations dont sont victimes les prisonnières et assure que la première d'entre elle est géographique.

Le rapport déplore aussi une répartition des activités qui contribue à reproduire certains stéréotypes. Voir aussi : Amedy Coulibaly : « La prison, c’est la putain de meilleure école de la criminalité » Le travail en prison, une délocalisation sur place. Le Monde.fr | | Propos recueillis par Propos recueillis par Aline Leclerc Les cinquièmes assises de la prison se tenaient vendredi 12 février à Paris autour de la question "Réformer la prison".

Le travail en prison, une délocalisation sur place

Enquête sur le coût de la vie en prison. Des tarifs de haut vol.