background preloader

IOT

Facebook Twitter

Offres et process internes optimisés, Total est transformé par l'IoT. Programme d'excubation concours internes, incubateur... Le géant tricolore des hydrocarbures a développé une boite à outils complète pour digitaliser sa production. Total surveille ses plateformes de forage et d'extraction de pétrole comme de lait sur le feu avec des objets connectés depuis belle lurette. "Mais ces capteurs étaient filaires. L'émergence du sans fil et des réseaux IoT qui transportent les données collectées par ces appareils pour des coûts très faibles ouvrent tout un champ de nouvelles opportunités pour un groupe comme Total. La valorisation des données prises par ces capteurs est un des piliers de la transformation digitale de nos industries", se félicite Juliette de Maupeou, digital officer industrie du géant tricolore des hydrocarbures. Depuis un an, Total pose des capteurs dans certaines de ses cuves de lubrifiant industriel pour surveiller à distance leur niveau de remplissage.

Full Up | LE NIVEAU DE VOTRE CUVE À MAZOUT EN TEMPS RÉEL SUR VOTRE TÉLÉPHONE. Total jauge les cuves de fioul à distance. Pour les professionnels, une panne de fioul peut coûter cher ! Arrêt des machines, de la production et au bout du compte perte financière. Pour éviter une telle extrémité, Total propose depuis l'an dernier un service de téléjaugeage de leurs cuves. Ainsi, à tout moment, les agences du groupe pétrolier en charge des livraisons peuvent consulter la quantité de fioul restante chez leurs clients.

Mieux encore, si le niveau passe sous un seuil critique, les équipes de maintenance sont directement alertées via leurs PC. « Les clients ne font pas de relevés réguliers de leurs cuves. Et c'est généralement lorsque leur activité tourne à plein régime qu'ils ont le moins de disponibilités pour s'en occuper ! Le service VisioStock, au catalogue des huit agences couvrant tout le territoire national, correspond aussi à un besoin de rationalisation et d'amélioration des process, notamment face aux revendeurs indépendants. Trouver la bonne solution technique n'a pas été une sinécure. Concevoir les objets connectés des autres, le nouveau métier de l'IoT.

Rares sont les entreprises capables de fabriquer un appareil intelligent de A à Z. Pour les aider, des sociétés de conseil d'un nouveau genre apparaissent. Electronique, mécanique, télécommunication, vente… Les entreprises sont rarement des couteaux suisses capables de trouver en interne l'ensemble des compétences nécessaires à la production et à la commercialisation d'un objet connecté lorsque ce n'est pas leur métier de base. "Pour parvenir au bout de leur projet, certaines contactent un par un les spécialistes de chaque branche métier dont elles ont besoin.

Cela leur demande de jongler avec de multiples interlocuteurs et elles perdent du temps. Cette holding orléanaise est née en 2012 de la fusion des deux sous-traitants industriels PDCI et Technochina (qui ont respectivement vu le jour en 1987 et 2000). Altyor a réalisé 37 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2015, dont 25% sont liés à ses activités de conseil IoT. E.L.M. Leblanc s’échauffe avec l’Internet des objets, Big Data.