background preloader

Marché IOT

Facebook Twitter

Actility acquiert un spécialiste de la géolocalisation pour l'Internet des objets. Avec l'acquisition de la start-up grenobloise Abeeway, Actility devient un spécialiste des technologies et services de localisation destinés aux solutions IoT.

Actility acquiert un spécialiste de la géolocalisation pour l'Internet des objets

Actility, entreprise active dans le domaine des réseaux LPWA (faible consommation, longue portée), vient d'annoncer l'acquisition la start-up grenobloise Abeeway, spécialisée dans les systèmes de géolocalisation. En associant les logiciels de localisation brevetés et les produits innovants d'Abeeway, à la puissance de la plate-forme ThingPark d'Actility, l'acquisition procure à Actility un portefeuille optimal de services de localisation IoT destinés aux fournisseurs de services et de solutions IoT. Cette acquisition est la première réalisée par Actility après une levée de fonds de 75 millions de dollars auprès d'investisseurs, avec pour objectif d'optimiser son portefeuille de technologies et d'accélérer sa croissance mondiale.

Baromètre 2017 : les français et les objets connectés. More share buttons Share on Pinterest Dans le cadre du Salon Distree#Connect dédié à la distribution connectée, Opinionway a réalisé la 2éme édition de son baromètre sur les Français et les objets connectés.

Baromètre 2017 : les français et les objets connectés

L'IoT en milieu hospitalier, source d'innovation. D'ici 2019, 87% des établissements de santé auront adopté l'Internet des objets (IoT), selon une étude menée par Aruba(1).

L'IoT en milieu hospitalier, source d'innovation

À l'heure actuelle, 60% des acteurs de santé interrogés ont déjà introduits ces appareils dans leur organisation. Principale utilisation de l'IoT dans ce secteur: la surveillance des patients. En effet, l'appareil le plus répandu est le moniteur de patient. Les objets connectés B2B relais de croissance du marché selon le Gartner - ZDNet. 8,4 milliards d'objets seront connectés en 2017, un chiffre en croissance de 31% par rapport à 2016 affirme le Gartner.

Les objets connectés B2B relais de croissance du marché selon le Gartner - ZDNet

Ce volume devrait être de 20,4 milliards en 2020. Ce que propose la mission d'information parlementaire sur les objets connectés. Et de trois !

Ce que propose la mission d'information parlementaire sur les objets connectés

Les députées Laure de la Raudière (Les Républicains) et Corinne Erhel (PS) ont sorti leur troisième rapport commun en quelques années sur l'économie numérique. Le dernier, présenté le 12 janvier 2016, est le fruit d'une mission d'information sur les objets connectés. Il prend acte de l'avance française dans le secteur et préconise une vingtaine de mesures pour maintenir ce leadership. "La France peut prétendre à une position d'avant-garde dans la révolution des objets connectés", rappelle Corinne Erhel. Encore faut-il conforter un "environnement favorable à la création de start-up" et capitaliser sur l'expertise française en matière de "données et de mathématiques appliquées", estiment-elles.

Objets connectés et données à caractère personnel : les bons réflexes. Entre curiosité, appétence et crainte, les objets connectés suscitent de nombreuses interrogations s’agissant de leur impact sur la vie privée.

Objets connectés et données à caractère personnel : les bons réflexes

Pourquoi ? Parce que les technologies connectées ont vocation à collecter, traiter, stocker, partager, utiliser… massivement les données des utilisateurs. Et ce d’autant qu’il ne s’agit plus aujourd’hui de gadgets technologiques utilisés par seulement quelques « geeks ». Les objets connectés font désormais partie du quotidien de chacun : la maison et la voiture connectées sont une réalité, les « wearables » connectés sont démocratisés (par exemple : montres, lunettes, vêtements) et ils en disent long sur leurs utilisateurs.

Voici cinq réflexes à adopter en la matière… Réflexe 1 – Informer et recueillir le consentement Un traitement de données personnelles ne peut être mis en œuvre que s’il repose sur une collecte loyale, licite et transparente des données. Plan d’actions Réflexe 2 – Veiller à la proportionnalité du traitement (c) ill. IoT : 2016, l’année du décollage. Spécial Bilan 2016.

IoT : 2016, l’année du décollage

L’année qui s’achève restera comme celle de la confirmation pour le marché de l’IoT. Là où le RFID a bégayé pendant des années, handicapé par ses contraintes propres comme l’installation de portiques dédiés, ce qu’on appelle désormais l’Internet des objets – en réalité un cocktail de technologies assez variées – semble, lui, trouver rapidement sa vitesse de croisière. En milieu d’année, le cabinet d’études IDC relevait ainsi ses prévisions, anticipant désormais 145 milliards de dépenses dans l’IoT sur la seule année 2016. Et une croissance des investissements des entreprises en équipements, logiciels, services et connectivité au cours des 4 années qui viennent.

Plusieurs facteurs concourent à ce décollage. IOT et Big data, une étude de Cloudera. Objets connectés : sans services derrière, ils ne dépasseront pas le stade du simple gadget. Jeudi 8 Décembre 2016.

Objets connectés : sans services derrière, ils ne dépasseront pas le stade du simple gadget

Sigfox, Lora, Ingenu, Sensu et Telensa, les dieux de l'IoT en 2021. En matière d’Internet des objets (Iot), si l’immense majorité des objets seront connectés depuis des réseaux locaux (Wifi, Bluetooth, Zigbee), un volume non négligeable d’entre eux est appelé à utiliser les réseaux cellulaires classiques des opérateurs mobiles ainsi que les réseaux alternatifs dits « non cellulaires ».

Sigfox, Lora, Ingenu, Sensu et Telensa, les dieux de l'IoT en 2021

Il s’agit des réseaux généralement très bas débits et à longue portée (LPWA) dédiés aux objets connectés et déployés par des acteurs comme Sigfox, ceux réunis autour de la Lora Alliance, Ingenu, Sensu ou Telensa principalement, et qui s’appuie sur des fréquences ouvertes (non soumises à licence). Des acteurs très actifs puisque les réseaux LPWA « non cellulaires » sont appelés à regrouper la majorité du marché des objets connectés au cours des prochaines années. Le cabinet d’études ABI Research avance qu’ils surpasseront ainsi de 12% les réseaux cellulaires sur le marché de l’IoT en 2021 en nombre de connexions. Tendances et évolutions du marché de l’Iot à l’horizon 2020. Jeudi 1 Décembre 2016 L'internet des objets et les objets connectés constituent un vrai gisement économique qui touche tous les secteurs d'activités.

Tendances et évolutions du marché de l’Iot à l’horizon 2020

L'internet des objets est au cœur de la transformation numérique des entreprises qui font évoluer leurs offres et proposent même de nouveaux produits et services ; ce marché est l'évolution la plus importante, depuis l'ouverture d'internet puis l'arrivée du Web et de la téléphonique mobile. Nous sommes au début d'un changement sociétal et économique, directement lié aux services associés à ces objets connectés au sens large. Cette nouvelle voie impacte à la fois les entreprises traditionnelles mais aussi bon nombre de TPE, PME et de nombreuses start-ups voient le jour. Des phénomènes comme le BigData et l’Intelligence Artificielle, vont prendre une nouvelle dimension en collectant, rassemblant et analysant cette manne de données générées : ce qui va alimenter les services proposés pour les rendre de plus en plus pertinents. Les start-up IoT misent sur le boom du marché des économies d'énergie.

Grâce au déploiement des réseaux dédiés aux objets connectés et à la baisse des prix des capteurs, ce segment de l'IoT croît chaque année de 17% en moyenne en Europe. Avec ses lignes électriques jaunes, ses conduites de climatisation bleues et ses tuyaux d'eau verts, le Centre Pompidou à Paris rend visible aux yeux des passants la consommation d'énergie d'un bâtiment. Spectaculaire. La technologie qui permettra très prochainement au musée de devenir un smart building capable de réaliser jusqu'à 30% d'économies d'énergie est, elle, plus discrète.

La France, neuvième pays le plus avancé en matière d'IoT. Selon le cabinet IDC, auteur d'une étude sur le développement des objets connectés dans les pays du G20, l'Hexagone a "une marge de progression importante". La France se hisse à la neuvième place du classement des nations les plus avancées en matière d'IoT. Un palmarès réalisé par le cabinet d'analyse américain International Data Corporation (IDC) dans le cadre de son nouveau rapport intitulé "Les pays du G20 et l'IoT: évaluation comparative".

Les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Royaume-Uni occupent les trois premières marches du podium, suivis par l'Australie et le Japon. Cette étude a été publiée le 2 novembre.