background preloader

Economie

Facebook Twitter

La formule magique d'Apple pour payer 0,005% d'impôt en Europe. Historique !

La formule magique d'Apple pour payer 0,005% d'impôt en Europe

En contraignant l'Irlande à récupérer auprès d'Apple 13 milliards d'euros d'aides illégales, la Commission européenne a frappé un grand coup dans la fourmilière de l'optimisation fiscale. Au-delà de ce montant spectaculaire, Bruxelles a aussi révélé les détails du montage financier établi entre le géant américain et Dublin, qui va beaucoup plus loin qu'on pouvait le penser au départ puisqu'il a permis à la firme à la Pomme de ne payer quasiment aucun impôt dans l'Union pendant plus de 20 ans… >> VIDEO. La machine à évasion fiscale en Europe ! Le secret d'Apple pour réaliser ce tour de passe-passe ? Deux entités d'Apple basées en Irlande sont concernées: "Apple Sales International", chargé de vendre les produits du groupe en Europe, en Afrique, au Moyen-Orient et en Inde, générant des milliards d'euros de profit, et "Apple Operations Europe", qui fabrique certaines gammes d'ordinateurs, à l'activité beaucoup moins importante.

Puis, entre en scène l'Etat irlandais. Christophe Alévêque et Vincent Glenn. On marche sur la dette. Après la cinglante Horreur économique (1996) de l’écrivaine Viviane Forrester, voici un petit ouvrage roboratif, une sorte de capitalisme pour les Nuls, rédigé avec le plus grand sérieux par l’humoriste et comédien Christophe Alévêque (qui ne l’a jamais vu faire tonner « Bella Ciao » avec ses musiciens n’a rien vu) et le cinéaste Vincent Glenn, auteur de films documentaires qui prennent le contre-pied du libéralisme obligé (« Davos, Porto-Alegre et autres batailles », « Ralentir Ecole »).

Christophe Alévêque et Vincent Glenn. On marche sur la dette.

La thèse centrale de ce livre éclate de simplicité : « Quel est le pays le plus endetté du monde ? Les Etats-Unis d’Amérique. Quel est la seule puissance au monde ? Les Etats-Unis d’Amérique. » La France n’a pas à rougir, avec sa dette publique de 2 000 milliards d’euros. Le problème n’est pas le problème mais le bout par lequel on prend le problème. Selon les auteurs, les premières dettes remonteraient à 3 500 ans avec notre ère, en Egypte, donc avant l’invention de la monnaie, du temps du troc. Placements retraite - Les stratégies à suivre… et celles à éviter. Petit guide de résistance à l'Europe austéritaire. Depuis l’éclatement de la crise, les gouvernements européens et la Troïka - la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international - mettent en œuvre des coupes budgétaires dans les programmes sociaux (austérité) et des politiques au service des multinationales et investisseurs privés (compétitivité).

Petit guide de résistance à l'Europe austéritaire

Mais ces mesures suscitent de fortes résistances sociales dans de nombreux pays européens. Le rouleau compresseur des mesures d’austérité et de compétitivité est placé sous le signe de TINA, le surnom de Margaret Thatcher : There Is No Alternative (« il n’y a pas d’alternative »). Ainsi partout en Europe, les gouvernements issus de la droite ou de la gauche appliquent le même programme, inévitablement présenté comme « douloureux mais nécessaire ». Et ce alors même que ses résultats sont catastrophiques : aggravation du chômage, de la crise économique, tensions sociales… et retour en force de l’extrême-droite. Pourtant, des alternatives existent. Débat des Atterrés : ce qu’il y a derrière les négociations Europe - Etats-Unis. Revenus-Salaires. Et si l’on se refaisait une crise financière? De l’argent qui coule à flots tandis que la montagne de la dette grandit: la croissance mondiale dont la zone euro commence à bénéficier elle aussi ne repose-t-elle pas sur des bases très fragiles?

Et si l’on se refaisait une crise financière?

Si l’on en croit le Fonds monétaire international, la croissance mondiale devrait accélérer doucement pour passer de 3,3% en 2013 et 2014 à 3,5% cette année et à 3,7% en 2016. La baisse du prix du pétrole explique une partie de ce regain de vigueur, mais l’essentiel vient de la politique extrêmement stimulante menée par les grandes banques centrales. Aux Etats-Unis, cela fait près de sept ans que la Réserve fédérale mène une politique de taux zéro et la croissance semble solidement établie à plus de 2,5% l’an. Ne serait-il pas temps de revenir à une politique plus tempérée?

Déjà, la banque centrale a arrêté ses injections massives de liquidités; elle s’apprête maintenant à remonter ses taux directeurs, mais elle avance avec beaucoup de précautions. Vers de nouveaux excès Ce n’est pas gagné! Des tribunaux pour détrousser les Etats, par Benoît Bréville et Martine Bulard (Le Monde diplomatique, juin 2014) Il a suffi de 31 euros pour que le groupe français Veolia parte en guerre contre l’une des seules victoires du « printemps » 2011 remportées par les Egyptiens : l’augmentation du salaire minimum de 400 à 700 livres par mois (de 41 à 72 euros).

Des tribunaux pour détrousser les Etats, par Benoît Bréville et Martine Bulard (Le Monde diplomatique, juin 2014)

Une somme jugée inacceptable par la multinationale, qui a porté plainte contre l’Egypte, le 25 juin 2012, devant le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi), une officine de la Banque mondiale. Realité moderne.