background preloader

Géopolitique

Facebook Twitter

En Equateur, Rafael Correa danse sur un volcan. Les chefs d'Etat latinos opportunément sous le charme du pape François. L'Iran à la recherche d’une issue politique en Syrie ? Au Danemark, la solidarité avec les réfugiés rassemble des milliers de personnes. Le Cachemire, un casse-tête cartographique. Sans titre. Pas plus à Pékin qu’à Paris, « la politique ne se fait pas à la Bourse », comme disait le général de Gaulle.

sans titre

La chute des bourses de Hongkong, Shanghai ou Shenzhen n’est donc guère plus représentative de la faiblesse chinoise que leur flambée ces douze derniers mois (+ 152 % entre juin 2014 et juin 2015) ne reflétait l’éclatante santé présumée de l’économie… N’oublions pas que les places financières de Paris, Londres ou Berlin grimpaient au moment même où l’Allemagne, la France ainsi que leurs porte-flingues de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international (FMI) imposaient un plan inique et notoirement inefficace à la Grèce [1].

Comme signe de dynamisme économique, il y a mieux que les places financières. L’accord de libre-échange avec l’Europe : le nœud gordien du Mercosur. Que le Marché commun du Sud (Mercosur) ne passe pas par son meilleur moment n’est une nouveauté pour personne.

L’accord de libre-échange avec l’Europe : le nœud gordien du Mercosur

Aux turbulences économiques qui affectent quelques un de ses pays centraux – en particulier le Brésil et le Venezuela – s’ajoute la fatigue manifeste de ses membres les plus modestes : l’Uruguay et, dans une moindre mesure, le Paraguay. Ces pays cherchent désormais de nouveaux horizons. S’additionne à cela le fait qu’un désaccord persiste entre tous sur plusieurs questions centrales, parmi lesquelles celle de la négociation de l’accord de libre-échange, sans cesse retardée, avec l’Union européenne (UE).

L'exode sans fin des déplacés colombiens. Le système Poutine (1/6) : argent sale et effondrement de l’État. New York et Shanghai noyées d'ici 2100 ? Cartographier le monde pour le changer, par Paul Vannier. Un accord qui ouvre le champ des possibles en Iran, par Shervin Ahmadi (Le Monde diplomatique, mai 2015) Avant tout, la conclusion d’un accord sur le programme nucléaire iranien représente une victoire pour Téhéran.

Un accord qui ouvre le champ des possibles en Iran, par Shervin Ahmadi (Le Monde diplomatique, mai 2015)

Certes, le régime a dû reculer sur certains points auparavant présentés comme non négociables : le nombre de centrifugeuses et le taux d’enrichissement de l’uranium. Mais il obtient en échange le statut d’interlocuteur reconnu de l’Occident, en particulier des Etats-Unis. La République islamique voit ainsi se dessiner la perspective de nouvelles coopérations avec ses détracteurs d’hier, d’abord sur le plan économique puis, peut-être, à plus long terme, dans les domaines militaire et politique. Une Europe contre les peuples et la démocratie. Le parlement européen s'accorde sur le traité transatlantique. L’Europe face à l’hégémonie allemande, par Perry Anderson. En voyant les noms de récipiendaires du prix Nobel de la paix — Menahem Begin, MM.

L’Europe face à l’hégémonie allemande, par Perry Anderson

Henry Kissinger et Barack Obama —, on songe au mot du romancier Gabriel García Márquez, pour qui cette récompense serait plus justement nommée prix Nobel de la guerre. Cette année-ci, s’il est un peu moins belliqueux, il offre tout autant prise à la satire. Heureuse Union européenne gratifiée de ce qui pourrait être appelé le prix Nobel du narcissisme. Srebrenica : vivre ensemble après le génocide. Des milliers de migrants s'entassent à la frontière Macédoine-Serbie. Rafael Correa, une nouvelle fois dans la cible. « Dehors Correa.

Rafael Correa, une nouvelle fois dans la cible

Non à plus d’impôts ! ». C’est avec ces slogans que l’opposition continue de manifester, notamment dans les villes de Quito et de Guayaquil, contre les projets de lois du gouvernement visant à modifier la redistribution des richesses en Equateur. De son côté, à quelques jours de l’arrivée du pape François dans le pays, le président Rafael Correa a lancé un « dialogue national » sur cette question de la redistribution des richesses. Il a, dans ce cadre, reçu des représentants du monde des entreprises. A quelques semaines de l’arrivée du pape François en Equateur [1], le gouvernement de Rafael Correa fait face à la mobilisation de ses opposants. Le lundi 15 juin fut la journée clé. Depuis sa première élection en 2007, Rafael Correa a dû affronter de nombreuses protestations destinées à saper son pouvoir.

L’arrivée du pape François, début juillet, mobilisera des millions des personnes qui seront dans les rues pour le saluer. Au Guatemala, le réveil des indignés de la corruption. Comment la Chine change-t-elle le monde ? La Chine est aujourd'hui la 2ème puissance mondiale après les Etats-Unis.

Comment la Chine change-t-elle le monde ?

Sa place dans les relations internationales est de plus en plus centrale et l'empire du milieu travaille activement, en particulier en Asie et en Afrique, à accroitre sa pénétration. Jusqu'où vont ses ambitions ? Fuir la Syrie par le trou d’une aiguille. Limites et potentialités d’une Europe-puissance. Dans la plupart des pays, l’Union européenne (UE) est perçue comme une puissance.

Limites et potentialités d’une Europe-puissance

Mais pas comme une puissance au sens traditionnel du terme, qui englobe toutes les dimensions – économique, politique, culturelle et militaire – des relations entre Etats ou entités supra-étatiques. Hors de ses frontières, il est un seul domaine où l’UE en tant que telle dispose d’un poids mondial avec ses quelque 500 millions d’habitants, et où elle parle véritablement d’une seule voix : c’est celui du commerce international.

La politique commerciale européenne n’est pas en effet du ressort des Etats pris individuellement, elle leur est commune [1]. Elle est définie au niveau de l’UE et conduite par une institution supranationale, indépendante des gouvernements : la Commission européenne. En fait, sur quelques-uns des grands dossiers du moment, les Européens sont divisés. Le principal élément nouveau est cependant l’érosion de l’atlantisme comme dénominateur commun des politiques européennes. La Russie et le système-monde : la peur de la panique. Visiter la Russie, comme je l’ai fait il y a peu, est une expérience singulière lorsque l’on vient du monde occidental.

La Russie et le système-monde : la peur de la panique

Nous savons que la plupart des Russes ont une lecture de l’histoire mondiale récente aux antipodes de celle de la plupart des Occidentaux. Les leçons de la révolution territoriale japonaise. A l'heure où la France, pays aux 36.000 communes, vient de réduire le nombre de ses régions, intéressons-nous à la façon dont le Japon a divisé par 40 le nombre de ses communes en un siècle.

Les leçons de la révolution territoriale japonaise

Si la France a (enfin) réussi à attaquer le tabou de la réduction du nombre de régions et de départements avec l'adoption du redécoupage territorial, le totem des «36.000 communes» (36.681 au 1er janvier 2014, pour être plus précis) semble inattaquable, tant les Français restent attachés à la collectivité territoriale qui a pourtant le moins de pouvoir. Chine, vers la puissance financière. A l’encontre d’un avis répandu, la Chine est encore loin de représenter un vrai rival pour Washington.

Chine, vers la puissance financière

En 2015, les Etats Unis exercent toujours une incontestable domination hégémonique sur la planète. Autant dans le domaine militaire (fondamental) que dans bien d’autres secteurs clés : en particulier le technologique (Internet) et celui du soft power (culture de masse). Ce qui ne veut pas dire que la China n’a pas accompli de prodigieux progrès ces trente dernières années. Aucun pays n’a jamais connu un tel essor en si peu de temps. Proche-Orient : Incohérences françaises. Jean-Pierre Filiu : « Le régime syrien ne tient que grâce à l’Iran.