background preloader

6. Bilan de la 1GM

Facebook Twitter

Le Traité de Versailles, juin 1919. Avec le Traité de Versailles signé en 1919, les puissances victorieuses de la Première Guerre mondiale (les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l'Italie et leurs alliés) imposaient des limitations territoriales, militaires et économiques à l'Allemagne vaincue.

Le Traité de Versailles, juin 1919

Aucun délégué ne fut autorisé à participer aux réunions précédant la signature du traité dont les clauses n'étaient pas négociables. L'Allemagne signa à contre-coeur le Traité de Versailles, le 28 juin 1919, quoique les dirigeants allemands en aient publiquement rejeté le contenu. Les clauses du traité imposaient à l'Allemagne des concessions territoriales, la réduction de ses effectifs et de ses installations militaires et le paiement de lourdes réparations. Selon les stipulations territoriales du traité, les frontières nationales allemandes étaient réduites. A l'est, les partitions de la Pologne datant du dix-huitième siècle furent annulées. La géographie des « morts pour la France » LE MONDE | | Henri Gilles, Jean-Pascal Guironnet et Antoine Parent Le sentiment que des régions ont été plus sacrifiées que d’autres durant la Grande Guerre, bien présent dans la mémoire collective, en particulier en Bretagne et en Corse, est-il fondé ?

La géographie des « morts pour la France »

En étudiant la répartition géographique des « morts pour la France », nous avons cherché à mesurer les écarts entre les pertes humaines des régions françaises métropolitaines. Nous avons tenté de les expliquer à partir de variables testables empiriquement, dans le but d’identifier et de « reconstruire » une rationalité, au sens économique, des choix du haut commandement. Par son exploitation exhaustive de la base de données « Mémoire des hommes » du ministère de la défense, et par les techniques économétriques employées, cette recherche cliométrique se démarque d’une grande partie des travaux antérieurs des historiens. Comment avons-nous procédé ? Fiche de révision : Une nouvelle Europe. Fiche de révision : Une nouvelle Europe. mardi 14 avril 2015, par Christophe Clavel Voici une fiche de révision sur la 1re Guerre mondiale : Une nouvelle Europe..

Fiche de révision : Une nouvelle Europe.

Les surlignements correspondent à des codes : JAUNE pour les mots-clés, le vocabulaire spécifique ; VERT pour les dates et les chiffres ; BLEU pour les acteurs et les lieux. Vous pouvez télécharger cette fiche de révision en PDF : 3H2 : La carte de l'Europe transformée par la guerre. Centenaire de la Première Guerre mondiale: combien de «poilus» de votre département parmi les victimes? [CARTE INTERACTIVE] Ou comment sont nés les mythes des 240.000 morts bretons, des 40.000 morts corses ou de la «chair à canon» des troupes coloniales.

Centenaire de la Première Guerre mondiale: combien de «poilus» de votre département parmi les victimes? [CARTE INTERACTIVE]

Sur la plaque, deux soldats, un fantassin et un fusilier-marin, regardent vers un horizon espéré radieux: l'oeuvre date de 1935, dix-sept ans après la «Der des Ders», dont les deux bornes, «août 1914-novembre 1918», encadrent leurs visages. En dessous, on peut lire: «Les anciens combattants bretons à leurs 240.000 morts» Ce chiffre qui orne la grande galerie de la cour d'honneur des Invalides, on le trouve aussi dans la basilique de Saint-Anne d'Auray (Morbihan), sous la plume d'un député ou dans des ouvrages grand public.

Extrait du guide touristique Le Petit Futé consacré à la Bretagne. 240.000 Bretons tués sur un total de plus de 1,3 million de soldats morts pour la France durant la Première Guerre mondiale? Où habitaient les morts? En Corse, ce taux se monte à 3,6%, légèrement plus que la moyenne nationale. Les départements ruraux plus touchés. Première Guerre Mondiale – Le Traité de Versailles. Vidéo : 3ème, 1918 le nouveau visage de l'Europe. Présentation du dossier « L'armistice du 11 novembre 1918 » - Pour mémoire - CNDP. Pourquoi fêter le 11 novembre? Bilan de la première guerre mondiale. Le bilan de la première guerre mondiale. 1918 : la fin de la Première Guerre mondiale ?

1En modifiant un peu la citation la plus connue de Clausewitz, on pourrait dire que : « la paix, c’est la poursuite de la guerre par d’autres moyens ».

1918 : la fin de la Première Guerre mondiale ?

Cette formule s’applique en tout cas très bien à la période qui commence le 11 novembre 1918. Théoriquement, un armistice est une suspension d’armes, qui ne met pas fin à l’état de guerre mais permet d’ouvrir des négociations, et qui reste politiquement neutre. En fait, l’Armistice de 1918 préjugeait d’entrée de jeu un certain nombre de questions essentielles pour la paix future. On pourrait d’ailleurs en dire autant des autres armistices de l’automne 1918, conclus avec la Bulgarie, la Turquie, l’Autriche-Hongrie, sans doute moins connus mais fort importants aussi. Il s’agissait non pas d’armistices militaires, mais politico-militaires. 2Cette politisation des armistices, et en particulier de celui de Rethondes, tient à deux facteurs essentiels. 4L’Allemagne était vaincue sur le terrain. 13Les Français s’en rendaient compte. MémorialGenWeb - Accueil portail. La guerre de 1914-1918 (Première Guerre mondiale) - A l'heure des t...