background preloader

LA TEMPETE DE 2013 SUR LE LITTORAL ACQUITAIN

Facebook Twitter

Risques naturels. La prévention des risques Le saviez-vous ?

Risques naturels

Le massif dunaire assure une protection contre les risques naturels que sont les érosions marine et éolienne. Cette protection, nous la devons à la forêt et aux travaux quotidiens menés par les équipes de l’ONF en Aquitaine pour l’entretenir. Qu’en est-il des risques encourus par la dune ? Tout au long du littoral, la dune non boisée est soumise à l’action de la houle et du vent. ⭐Observatoire de la Côte Aquitaine. Lacanau et le risque d érosion Lacanau et le risque d érosion Laurent Peyrondet Maire de Lacanau Martin Renard Chargé de mission urbanisme et aménagement 28 avril 2015 1 Sommaire 1 La commune de Lacanau 2 Le risque érosion 3 Les tempêtes Plus en détail Indemnisation - Cadre général Indemnisation - Cadre général Dans la mesure où la plupart des déversements accidentels peuvent occasionner des préjudices de toute nature aux autorités locales, les dimensions juridiques et financières.

⭐Observatoire de la Côte Aquitaine

Rp 64884 fr oca 2014. Bilan des tempêtes de l’hiver 2013-2014 sur la dynamique de recul du trait de côte en Bretagne. Ce travail a bénéficié d'une aide de l'Etat gérée par l'Agence Nationale de la Recherche dans le cadre du LabexMer au titre du programme « Investissements d'avenir » portant la référence ANR-10-LABX-19-01, et de l’ANR COCORISCO au titre du programme : Changements Environnementaux Planétaires & Sociétés (CEP&S) 2010, portant la référence ANR-10-CEPL-0001.

Bilan des tempêtes de l’hiver 2013-2014 sur la dynamique de recul du trait de côte en Bretagne

Il a aussi bénéficié d’un soutien financier de l’INSU dans le cadre de l’observatoire du domaine marin de l’IUEM (Observatoire du Domaine Côtier), et du Service National d’Observation – SNO –DYNALIT, et de AllEnvi (l'alliance nationale de recherche pour l'environnement qui regroupe le Ministère de l’Enseignement Supérieur et Recherche et la Direction Générale Recherche et Innovation) dans le cadre du SOERE trait de côte, aménagements littoraux (Système d’Observation et d’Expérimentation à long terme pour la Recherche en Environnement). Source : Source : Les tempêtes de l'hiver 2013-2014 sur le littoral aquitain : un bilan. Les missions de l'Observatoire de la Côte Aquitaine Missionné par ses membres fondateurs, l'Etat et la Région Aquitaine, auxquels se sont joints les trois départements côtiers et le syndicat Mixte du bassin d'Arcachon (SIBA), l’Observatoire a suivi sur le littoral aquitain ces événements tempétueux.

Les tempêtes de l'hiver 2013-2014 sur le littoral aquitain : un bilan

Ils ont été à l’origine de fortes vagues, de vents importants ou encore de surcotes, qui ont occasionné des érosions de plage et de dune, des mouvements de terrain, des submersions marines... Ces évènements ont provoqué d'importants dégâts et ont fortement traumatisé le littoral, avec de très vives inquiétudes parmi les populations et les responsables. L'Observatoire a donc été chargé d'étudier ce phénomène et a tiré les premiers enseignements de ces intempéries sur la stabilité du trait de côte. L'érosion du littoral aquitain pour les nuls. Es plages médocaines de Soulac, Montalivet et Lacanau, situées en Gironde, au nord du littoral aquitain, figurent parmi les premières victimes de l'érosion marine.

L'érosion du littoral aquitain pour les nuls

D'où l'addition particulièrement salée des dégâts causés dans ces communes par les vagues monstres que nous a envoyées la tempête Hercules, début janvier. A Soulac, la plage a reculé de près de 7 mètres. Les trois stations balnéaires estiment le montant des dégâts à environ 4 millions d'euros. Pourquoi et comment ? Littoral. Zone de contact entre l’hydrosphère, l’atmosphère et la lithosphère.

Littoral

Au sens physique du terme, le littoral est la bande comprise entre le niveau des plus basses mers et celui des plus hautes mers, donc ce que couvre et découvre la mer : il correspondrait dans ce cas à l'estran. Mais c'est une définition beaucoup trop réductrice pour rendre compte du rôle d'interface que joue le littoral entre son avant-pays maritime et son arrière-pays terrestre. Quoi qu'il en soit, c'est un espace d'étendue limitée, donc un "bien rare" et de plus en plus convoité, dont la législation cherche à encadrer l'occupation, à organiser la protection. Les juristes se sont donc efforcés de cerner les spécificités du littoral. Rapport public 2014 littoral aquitain 63182 fr. RP 63797 FR.

Littoral aquitain : bilan des tempêtes de l'hiver 2013-2014. L’Observatoire de la Côte Aquitaine a suivi les tempêtes qui ont touché les côtes atlantiques françaises, de la Bretagne aux Pyrénées, entre décembre 2013 et mars 2014.

Littoral aquitain : bilan des tempêtes de l'hiver 2013-2014

Un bilan pour expliquer les phénomènes climatiques et l'érosion de la côte Ces événements climatiques ont été à l’origine de fortes vagues, de vents importants ou encore de surcotes, qui ont occasionné des érosions de plage et de dune, des mouvements de terrain, des submersions marines. Évaluation de l’impact des tempêtes de l’hiver 2013-2014 sur la morphologie de la Côte Aquitaine.

Le recul moyen annuel du trait de côte sableux aquitain, généralement d’environ 1 à 3 m, a été beaucoup plus important au cours de l’hiver 2013-2014, atteignant régulièrement 20 m, voire 40 m pour certains secteurs, conjugués à des abaissements de plage supérieurs à 2,5 m.

Évaluation de l’impact des tempêtes de l’hiver 2013-2014 sur la morphologie de la Côte Aquitaine

En conséquence, des dégâts importants ont été occasionnés sur de nombreux équipements urbains. Les missions de suivi et d’expertise assurées par l’Observatoire de la Côte Aquitaine ont permis de caractériser ces tempêtes et les érosions consécutives, et d’apporter les éléments de connaissance indispensables pour la mise en œuvre des stratégies de gestion adaptées. Recul du front de mer au Nord de l’immeuble Le Signal. Les tempêtes ont fait reculer la côte aquitaine jusqu'à 40 mètres. La nature n’est pas près de réparer les conséquences de l’épisode exceptionnel des huit fortes tempêtes qui ont frappé en un temps record le littoral d’Aquitaine pendant l’hiver 2013-2014.

Les tempêtes ont fait reculer la côte aquitaine jusqu'à 40 mètres

Non seulement la côte a globalement reculé de plus de 10 mètres et les plages se sont affaissées, s’érodant de 2 à 4 mètres, mais l’été suivant, les vagues n’ont pas rapporté de sable comme à l’ordinaire. Résultat: la façade atlantique va devoir affronter les prochaines intempéries sans la protection de nombreuses dunes gommées par les « coups de cuiller » des vagues comme disent les experts. De décembre 2013 à mars 2014, les tempêtes qui ont frappé la côte sur toute sa longueur ne se sont pas distinguées par des vagues record mais par une cadence si rapide que cet épisode est considéré comme historique. « L’énergie produite par la houle a été plus de deux fois supérieure à celle des hivers précédents.

Plus d’un quart du littoral français subit une érosion sensible actuellement. Tempêtes hivernales : l'érosion du littoral a été la plus forte en Gironde. Ubliée jeudi 20 novembre par l’Observatoire de la côte Aquitaine une étude complémentaire (1) apporte des précisions sur les conditions météo-marines survenues lors des tempêtes de l’hiver 2013-2014 et analyse leur impact sur la morphologie de la côte aquitaine.

Tempêtes hivernales : l'érosion du littoral a été la plus forte en Gironde

Une première étude à la fin de l'hiver affirmait déjà le caractère hors-normes de ces tempêtes hivernales. "Le caractère exceptionnel des tempêtes de l’hiver 2013-2014 provient de leur durée cumulée", indique ce nouveau rapport qui souligne aussi "la puissance de la houle" durant ces épisodes, très nettement supérieure aux données historiques (200 kW) ce qui est plus du double de la puissance de la plupart des hivers précédents. Tempêtes de décembre 2013 et janvier 2014 : quels effets sur le littoral aquitain ? — Observatoire de la côte aquitaine. Entre le 23 décembre 2013 et le 7 janvier 2014, plusieurs tempêtes ont touché les côtes atlantiques françaises, de la Bretagne aux Pyrénées.

Elles ont provoqué des phénomènes d’érosion (recul du trait de côte et abaissement du profil de plage) et de submersions marines (inondation temporaire par la mer), des dégâts matériels en front de mer (destruction d’accès de plage, fragilisation d’enrochements par chutes de blocs, endommagement de bâtiments, etc.), ainsi que 2 décès sur le pays basque. Après ces événements, le réseau d’observateurs de l’Observatoire de la Côte Aquitaine (ONF? Bilan des tempêtes atlantiques de l’hiver 2013-1014. 1. L’Observatoire de la Côte Aquitaine Le BRGM et ses partenaires, réunis au sein de l’Observatoire de la Côte Aquitaine, publient un bilan complet des tempêtes survenues entre décembre 2013 et mars 2014 sur les littoraux aquitains, entre décembre 2013 et mars 2014. Un premier rapport public a été réalisé le 6 février 2014 sur l’impact des tempêtes survenues en décembre et janvier 2014.

Le BRGM et l'ONF alertent sur le recul exceptionnel du littoral aquitain. Les tempêtes successives de l'hiver 2013-2014 ont fait reculer le trait de la côte sableuse aquitaine de 20 m. Une situation inédite qui laisse le littoral en situation de vulnérabilité, compte tenu de la faible reconstitution estivale des plages. Les tempêtes de l'hiver 2013-2014 "ont provoqué d'importants dégâts et ont fortement traumatisé le littoral, avec de très vives inquiétudes parmi les populations et les responsables". La répétition des tempêtes, une vingtaine en quatre mois, et le cumul d'énergie généré par les vagues, "plus du double de la puissance de la plupart des derniers hivers", ont engendré "un recul du trait de côte évalué à plus de 20 m sur de nombreux sites".

Habituellement, le trait de côte aquitain recul de 1 à 3 m par an sur le littoral sableux. Le phénomène est d'autant plus inquiétant que la "recharge" naturelle des plages durant l'été n'a, semble-t-il, pas été au rendez-vous en 2014, laissant un littoral fragilisé à l'approche de l'hiver et de ses tempêtes.