background preloader

Popoide

Facebook Twitter

VIDEO 1 Joie, peur, tristesse, colère... QUE D'EMOTIONS ! L'intelligence emotionnelle dans les organisations. L’émotion crée le mouvement Les émotions, souvent considérées comme malvenues dans les entreprises, font pourtant intrinsèquement partie de la nature humaine.

L'intelligence emotionnelle dans les organisations

Elles sont utiles car elles ont un rôle important pour la compréhension et l’appréhension de nos environnements. Antonio Damasio a démontré qu’elles ont une fonction centrale dans la prise de décision. Notre culture a dévalorisé les émotions, en tentant de les domestiquer au travers de l’éducation, sans en diminuer les effets. La volonté de maîtrise des risques psycho-sociaux les met sur le devant de la scène. Je vous propose d’évoquer leurs rôles pour le management à partir de quatre émotions de base telles que Jaak Panksepp les a définies dans les années 80. Le désir : fait aller de l’avant. La colère : a le pouvoir de déclencher des gestes d’agression et de défense. La peur : conduit à la fuite et à l’évitement. La détresse : déclenche le repli sur soi exprimant ainsi le besoin de réconfort.

Bernadette LECERF-THOMAS Retour. La roue des émotions. La roue des émotions inventée par Robert Plutchik met en relation des émotions humaines. 8 émotions de base, opposées deux à deux, avec de multiples nuances.

La roue des émotions

[Donner votre avis sur cet article] La roue de Plutchick Le sentiment opposé au sentiment exprimé et ressenti est un sentiment comprimé, étouffé. Un rapprochement peut être tenté avec les « sentiments parasites » que nous trouvons en Analyse Le sentiment parasite est un sentiment qui se substitue à un sentiment non autorisé. Sans titre. Il est interdit de se tromper Même si cette règle n’est pas explicite, nous l’avons tous intégrée.

sans titre

Nous savons qu’il est préférable d’éviter le mot « faute » qui est chargé de culpabilité alors que l’erreur se corrige et permet l’apprentissage, mais malgré cette prise de conscience, nous n’avons toujours pas le droit à l’erreur. Combien d’enfants et d’adultes préfèrent ne pas faire plutôt que de mal faire ? Rendre l’erreur constructive et même heureuse est un réel défi.

Nous fuyons l’erreur, trop souvent synonyme d’échec car c’est trop douloureux d’en assumer la responsabilité. Face à la douleur de l’erreur, « c’est pas moi, c’est les autres » Notre culture est aussi celle de la culpabilité. Et si évaluer, c’était donner de la valeur ? Dès la maternelle, des bonhommes pas contents ou contents viennent souvent évaluer les productions des touts petits. La boutique de Jack Koch L’impuissance acquise Ne pas réussir c’est mal et ça fait mal. L’effet miroir du sentiment d’incompétence Commentaires. "Les paroles humiliantes peuvent détruire des neurones chez les enfants" - L'Express Styles. Pourquoi les nouvelles connaissances sur le cerveau devraient-elles changer la manière d'éduquer notre progéniture?

"Les paroles humiliantes peuvent détruire des neurones chez les enfants" - L'Express Styles

Les chercheurs du XXIe siècle nous disent ce qui favorise le bon développement de l'enfant: une relation bienveillante, empathique, soutenante. Car cette attitude permet à son cerveau, très fragile, d'évoluer de façon optimale. L'empathie des enseignants améliorerait la motivation et les compétences des élèves (étude finlandaise) - Recherches et publications. L'empathie des enseignants améliorerait la motivation et les compétences des élèves (étude finlandaise) Les bons résultats de la Finlande au programme PISA sont-ils liés aux interactions entre les enseignants et les élèves ?

L'empathie des enseignants améliorerait la motivation et les compétences des élèves (étude finlandaise) - Recherches et publications

Une étude de longue haleine menée par trois universités finlandaises explore actuellement cette question, rapporte l'une d'entre elles (l'université de l'Est de la Finlande), le 2 novembre sur son site. Depuis 2006 et jusqu'en 2016, les chercheurs suivent les parcours de plusieurs milliers d'enfants, l'évolution de leur motivation et de leurs compétences en lecture, écriture et arithmétique, ainsi que les coopérations entre les parents et les enseignants.

Ils tentent notamment de définir les mécanismes qui conduisent un enfant à avoir confiance en ses capacités et à se fixer des objectifs. Empathie de l'enseignant : davantage d'impact sur les résultats scolaires que la taille des classes Cette recherche est présentée ici (en anglais) « Retour. Apprentissage, motivation, émotion : comment apprenons-nous.

Le cerveau est l'objet le plus complexe de l'univers connu, et c'est de sa compréhension que dépendra l'avenir de nos technologies futures et singulièrement l'intelligence artificielle et la robotique.

Apprentissage, motivation, émotion : comment apprenons-nous

A l'Inria, Frédéric Alexandre dirige le projet Mnémosyne, chargé de développer des modèles computationnels de notre fonctionnement cérébral, dans le but de développer à terme des agents autonomes, robotiques ou logiciels, qui soient physiologiquement crédibles. Autrement dit, dont l'architecture sera analogue à celle du cerveau humain. Au cours d'une conférence à Bordeaux, lors d'un atelier organisé conjointement par l'expédition Bodyware de la Fing et l'Inria, Frédéric Alexandre nous a présenté quelques fondamentaux concernant les mécanismes de notre mental.

Les sciences de l'esprit, sciences cognitives et neurosciences, ont fait des progrès ces dernières années et s'attaquent à des sujets de plus en plus difficiles, a-t-il expliqué en préambule. Comment garder l’information importante.