background preloader

35 heures

Facebook Twitter

La Suède teste la journée de 6 heures. Et ça fonctionne ! Réduire le temps de travail pour augmenter la productivité... et le bonheur des salariés.

La France et ses 35 heures si critiquées... Pourtant la productivité chez nous n'a rien à voir avec celle d'autres pays. Un ministre Anglais (dont j'ai malheureusement oublié le nom) avait affirmé que pour comparer noes deux pays en terme de production industrielle, les Français pourraient arrêter de travailler le jeudi midi par rapport aux Anglais pour la même productivité ! Le problème est que chez nous le patronat n'a jamais intégré cette donnée. En signant des accords de branche permettant de passer outre les 35 heures (soit-disant pour sauver des emplois) c'est la santé des ouvriers qui est en jeu, d'autant que le deal est souvent de travailler plus pour gagner pareil ! Travailler 4 à 5 heures de plus par semaine en gardant la même productivité ne se fera pas sans pots cassés. Cela pourrait se payer très cher en terme d'absentéisme notamment et, à terme, faire que la productivité chute fortement, annulant ainsi l'augmentation du temps de travail ! – nrr67
Ceci résume bien le gouffre qui nous sépare des pays scandinaves en matière sociale et économique. Le plus drôle, c'est de mettre tout ceci en perspective en examinant l'économie de ce pays, et leur rang mondial en matière de qualité de vie. Et, cerise sur le gâteau, la Suède a été le premier pays européen à accorder, en 2013, un permis de séjour à tous les réfugiés syriens. Proportionnellement à sa population, elle reçoit aujourd’hui plus de demandeurs d’asile que tout autre pays de l’Union européenne. Pour mémoire, la Suède tient le 7ème rang mondial en PIB par habitant (la France est 20ème) Dingue, non ? – nrr67

Et si c'était cela la clé de la réussite d'une entreprise ?

La Suède teste la journée de 6 heures. Et ça fonctionne !

Depuis le mois de février, la mairie de Göteborg teste la semaine de 30 heures dans plusieurs établissements publics de la ville. Pour le même salaire, les employés travaillent désormais six heures par jour à la place de huit.

Il faut bien comprendre que si elle revient à 39 heurs hebdo , une entreprise de 100 employés devra trouver une charge de travail supplémentaire de 1.600 h par mois ou supprimer 10 postes ! – nrr67
Les entreprises ne le veulent pas car : - il faudra tout renégocier, y compris l'annualisation du temps de travail - passer aux 39 heures implique d'augmenter la masse salariale de 11,50% Impossible, et d'ailleurs même le Medef ne réclame pas l'abrogation des 35 heures, c'est dire.. ! – nrr67

Qui travaille vraiment 35 heures ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Samuel Laurent Le temps de travail hebdomadaire officiel restera-t-il à 35 heures ?

Qui travaille vraiment 35 heures ?

Il pourrait être modulé dans les entreprises par « des accords majoritaires », a déclaré le ministre de l’économie, Emmanuel Macron, vendredi 22 janvier en mage du forum de Davos, en Suisse. En septembre, un sondage, publié dans Libération, montrait un pays divisé autour de la question du temps de travail, une courte majorité (52 %) souhaitant rester à 35 heures hebdomadaires, quand 40 % se disent prêts à y renoncer. Smart prépare son retour aux 39 heures. VIDÉO - Les salariés de l'usine d'Hambach, en Moselle, doivent se prononcer ce vendredi sur une augmentation de leur temps de travail pour maintenir la compétitivité du site.

J'espère qu'au niveau des dividendes un effort sera fait aussi, sinon ils risquent de l'avoir mauvaise les ouvriers (et attendez le départ du patron avec la belle enveloppe pour service rendu, se sera encore plus marrant) Le taux moyen de distribution des dividendes qui était de 40 % en 2006 a pris 15 à 20 points de plus depuis. Autrement dit la part de ceux qui ne font rien et s'enrichissent en dormant est en constante augmentation. Alors évidemment c'est les employés qui trinquent pour rattraper le manque à gagner. Et c'est pas fini, les écarts riches/pauvres s'accroissent encore et encore. – nrr67

Un référendum sous tension.

Smart prépare son retour aux 39 heures

Ce vendredi 11 septembre, les quelque 800 salariés de l'usine Smart d'Hambach, en Moselle, doivent se prononcer sur une augmentation du temps de travail. La direction du site souhaite qu'ils passent de 35 heures à 39 heures travaillées par semaine. En contrepartie, ils bénéficieront d'une augmentation de salaire de 120 euros brut par mois et d'une prime de 1/000 euros versée sur deux années. Les Français opposés aux 35 heures, vraiment ? Les Français pour la fin des 35 heures ?

En ce qui me concerne, nous avons fermé la ligne de production belge et réduit de moitie celle en Allemagne. Le rendement est bien meilleurs en France grâce au 35H et nous avons engagé une 5° équipe pour travailler en feu continu. Le présentéisme a augmenté de 9%, le nombre d'accidents de travail a été divisé par quasiment 2. Le bien être au au travail et le respect de l'individu sont primordiales. Raisonner sur des hommes comme s'il était question de machines, c'est complétement hors sujet. Avec le même matériel, nous avons gagné en sécurité, proactivité et cela nous permettait même de faire des opérateurs, des intervenants de premier niveau en maintenance préventive. Il faut éviter de faire de la démagogie, il faut mettre les chiffres sur la table. Un rapport récent a indiqué que les 35h ont créés 800 000 emplois directs. – nrr67

C’est le résultat fracassant d’un sondage publié ce vendredi par les Echos.

Les Français opposés aux 35 heures, vraiment ?

Ou du moins son interprétation. Ainsi, selon le quotidien économique, «il n’y a pas d’équivoque», 71 % des personnes interrogées souhaitent «revenir sur la durée légale du travail, les fameuses 35 heures». Pas d’équivoque ? Justement, si… Car à aucun moment, dans ce sondage, n’est mentionnée la «durée légale», et encore moins «les 35 heures». La question commandée par les Echos se limite en effet à demander : «Selon vous, faut-il laisser les entreprises fixer librement le temps de travail, par accord avec leurs salariés ?» Mais à aucun moment, donc, le quotidien ne suggère de supprimer la durée légale. La France, pays où l'on travaille le moins ? Revoilà le temps de travail.

La France, pays où l'on travaille le moins ?

Le Medef s'apprête à rendre publiques une série de propositions pour relancer l'économie, très commentées avant même leur publication. C'est ainsi qu'Hervé Mariton, député UMP de la Drôme et candidat à la présidence de son parti, a été amené lundi 15 septembre à évoquer la durée de travail des Français, sur i-Télé. Avec une « jolie » formule, qui emprunte de gros raccourcis. Où en est-on des 35 heures ? INFOGRAPHIE - L'augmentation de la durée du travail permettrait d'améliorer la compétitivité.

J'ai des fournisseurs Anglais et Allemands. Ils me préviennent lorsqu'il y a des jours fériés, des congés,... Je n'ai vraiment pas l'impression qu'ils bossent beaucoup plus que nous. Idem pour leurs horaires d'ouverture/fermeture d'ailleurs ! (essayez d'appeler une boîte allemande après 16h30 pour voir...). – nrr67
Depuis les années 80 les Français font des efforts de productivité qui, de ce fait, a considérablement augmenté. Depuis les années 80 les Français acceptent une modération salariale dont le résultat est capté par une frange de grands patrons. Et on vient encore et toujours les culpabiliser en les accusant de ne pas assez travailler : c'est inique et injuste, c'est un manque total de considération et de reconnaissance! – nrr67
La durée légale (35 heures/semaine) n'est ni une durée minimale (18 % de salariés à temps partiel travaillent moins), ni une durée maximale. Le constat reste identique avec un décompte annuel : en 2011, les salariés à temps complet ont travaillé 1.683 heures par an, soit plus que 1.607 heures annuelles correspondant aux 35 heures. Et plus que les 1.621 heures effectuées en 2003 ! – nrr67

À condition de faire sauter quelques verrous juridiques.

Où en est-on des 35 heures ?

Et revoilà les 35 heures! Trois et ans et demi après la déclaration choc de Manuel Valls qui avait fait grand bruit - «Est-ce que, dans le monde tel qu'il est aujourd'hui, avec la concurrence que nous connaissons, pouvons-nous nous permettre d'être sur des idées des années 1970, 1980, 1990?» -, le débat refait surface.