background preloader

Economie (un peu)

Facebook Twitter

Bibibliotèque virtuelle Jéco manifestation. Conférence organisée le 09/11/2011 Présentation de la conférence En pleine phase d'interrogation sur les mérites du développement économique mondialisé, face notamment aux crises grecque et irlandaise, la figure de l'économie de proximité apparaît de plus en plus souvent chez les éditorialistes, les acteurs politiques ou simplement les citoyens.

Bibibliotèque virtuelle Jéco manifestation

Qu'elle soit perçue comme une économie résidentielle, centrée sur la consommation des résidents d'un territoire, ou comme une économie de proximité, visant à raccourcir les distances au maximum entre producteurs et consommateurs, l'économie du local reprend du galon. Capitalisme, économie de marché et libéral. Ce texte est un « article presslib’ » (*) Capitalisme, économie de marché et libéralisme, voici trois termes qui sont devenus quasi synonymes aux yeux du public.

Capitalisme, économie de marché et libéral

L’avenir du capitalisme : une lecture de la Prospérité du Vice d. Naissance (et mort ?) du capitalisme. Un peu de recul. Pour remettre l'économie à sa place, rien de plus efficace que de l'observer avec les lunettes de l'histoire Abstraite", "désincarnée", la science économique telle qu'elle s'est développée ces dernières années appelle souvent ce type de commentaires de la part du public.

Un peu de recul

A juste titre. L'une des façons à la fois les plus simples et les plus efficaces de remettre l'économie à sa place, de réintégrer les problématiques économiques dans la dynamique d'ensemble de nos sociétés consiste à l'observer avec les lunettes de l'histoire. Quand bien même cette mise en perspective fait apparaître des régularités ou des permanences, celles-ci ne peuvent jamais être enfermées dans les lois mathématiques immuables qui font le quotidien des économistes orthodoxes. Ruptures comme continuités de l'histoire économique nécessitent immanquablement, pour être comprises et expliquées, le recours à tous les autres champs des sciences sociales: anthropologie, géographie, psychologie… Donner à voir et à penser.

Quand Proudhon critiquait la spéculation - La vie des idées. Recensé : Pierre-Joseph Proudhon, Manuel du spéculateur à la bourse.

Quand Proudhon critiquait la spéculation - La vie des idées

Une anthologie, introduction de Vincent Bourdeau, Edward Castleton, Georges Ribeill, postface de Paul Jorion, Alfortville, è®e Éditions, coll. « Chercheurs d’è®e. Documents », 2009, 15 €. Il faut remercier Vincent Bourdeau, Edward Castleton et Georges Ribeill d’avoir exhumé cette référence classique : la lecture de Proudhon donne à réfléchir sur la situation critique de la finance contemporaine. Les injustices réparables selon Amartya Sen. "L'Idée de justice", d'Amartya Sen : le plaidoyer d'Amartya Sen. L'idée de justice. Voici le livre "senissime" par excellence, à la fois stimulant et casse-pieds.

L'idée de justice

Casse-pieds, ce règlement de comptes avec l'approche de la justice sociale privilégiée par Rawls qui occupe le premier tiers du livre. N'accusons pas trop vite le marché. Amartya Sen pointe du doigt le service public et les inégalités provoquées par la mauvaise gestion du pays.

N'accusons pas trop vite le marché

Le monde de la finance n'est pas coupable de tous les maux, estime le Prix Nobel d'économie. TEHELKA Quels sont les principaux défis auxquels l'Inde sera confrontée cette année ? AMARTYA SEN Le principal défi que nous aurons à relever au cours de l'année 2009 sera sans conteste l'impact de la crise économique, qui ne s'est pour l'instant pas fait sentir dans toute son ampleur en Inde. Je pense que notre taux de croissance pourra descendre jusqu'à 5 % ou 6 %. Or, même si une croissance de cet ordre reste une performance satisfaisante, le point important est que ce sont les Indiens les plus déshérités qui vont le plus souffrir de ce ralentissement.

Vous avez déclaré que c'est la foi excessive dans le marché qui a provoqué l'effondrement économique actuel. Introuvable justice - La vie des idées. Recensé : Amartya Sen, L’idée de justice, traduit de l’anglais par Paul Chemla.

Introuvable justice - La vie des idées

Flammarion, 2010, 558 p., 25 euros. Depuis sa parution en 1971, la Théorie de la Justice de John Rawls est une référence incontournable pour celui qui s’interroge sur la justice et sur l’éthique. L’ouvrage d’Amartya Sen, L’idée de Justice, qui vient de paraître dans sa version française, prend clairement position dans le débat initié par Rawls. Sen se limite cependant à ce qu’il appelle « une théorie de la justice au sens large » qui consiste non pas « à proposer des réponses à des interrogations sur la nature de la justice parfaite » mais à « déterminer comment procéder pour promouvoir la justice et éliminer l’injustice » (p. 13).

L’ouvrage reprend, en fait, un certain nombre d’arguments que Sen a développés au cours des trente dernières années. Une prise de distance envers l’approche rawlsienne Le refus d’une définition explicite du juste. Galbraith: la maîtrise sociale de l'économie. Contre l'Etat prédateur. Economie L'Etat prédateur.

Contre l'Etat prédateur

Comment la droite a renoncé au marché libre et pourquoi la gauche devrait en faire autant Éditeur : Seuil Comme l’avait déjà remarqué David Harvey , la pratique des gouvernements conservateurs ne s’est pas toujours conformée aux principes de la doctrine néolibérale, laquelle a plutôt été instrumentalisée pour légitimer les réformes entreprises. Théoriquement en retrait de la vie économique, "l’Etat néolibéral" ferait même preuve, en réalité, d’un certain activisme lorsqu’il s’agit de défendre les intérêts des élites économiques et financières.

Trois parties structurent cet ouvrage. Tueur de mythes. Dans un livre remarquable d'intelligence, James K.

Tueur de mythes

Galbraith défait un par un les mythes de la pensée économique conservatrice. Et propose quelques pistes alternatives. Il faut laisser faire le marché, baisser les impôts des riches, contrôler les prix par la quantité de monnaie, équilibrer le budget, etc., toutes les idées qui fondent la pensée économique des gouvernements conservateurs datent d'il y a trente ou quarante ans.

Mais qui sont donc ces économistes ? - La vie des idées. La théorie économique en débat Avant-propos par Wojtek Kalinowski La crise financière a ébranlé quelques certitudes et déclenché une vague de critiques à l’encontre des économistes qui, comme on le dit souvent, n’auraient « rien vu venir ».

Mais qui sont donc ces économistes ? - La vie des idées

On peut cependant s’interroger sur les résultats concrets de cette agitation médiatique : au bout du compte, quels enseignements ont été tirés ? Au tournant de l’année 2008/2009, l’échec de la théorie des marchés « autorégulateurs » était patent et ses effets désastreux décriés à l’unisson par les hommes politiques, les journalistes et les experts.

Vers un changement de paradigme en économie ? - La vie des idées. L’État de l’après-crise - La vie des idées. La faillite de l’idéologie du marché libre ne date pas de 2008, affirme l’économiste James K. Galbraith. Il faut remonter aux années 1980 pour comprendre comment les conservateurs américains ont livré l’État à l’appétit des intérêts privés. Une analyse revigorante, quoique non directement transposable au cas français. CR - L'économie politique n'est pas une scienc. L'information boursière comme bien public: «Le libre accès au savoir tient du bien public mondial» - Libéra. Le dernier ouvrage de Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie 2001, est un livre contre le «fanatisme du marché».Un autre monde (1) est un nouveau réquisitoire contre une mondialisation déséquilibrée.

Illustration avec l'enjeu des droits de propriété intellectuelle (PI). La propriété intellectuelle est-elle la face cachée de la mondialisation ? Les déséquilibres de ce régime de droits exclusifs sont parmi les pires déviances du capitalisme actuel. Parce qu'il est question de vie ou de mort, comme on le voit dans la lutte pour des copies de médicaments à bas prix. Economie présentielle - Olivier Bouba-Olga : Blog d'un économist. Jeudi 4 mars 4 04 /03 /Mars 06:40 Laurent Davezies a popularisé la notion d’économie résidentielle. Christophe Terrier lui préfère la notion d’économie présentielle. Simple détail de vocabulaire ? Non, car Christophe Terrier souhaite insister sur le rôle des touristes dans le développement des territoires, touristes qui ne sont que temporairement présents. La notion d’économie présentielle permet également de se doter d’un schéma plus dynamique, en insistant sur la circulation des personnes.

Voir ici pour des données, cartes, références, etc. Intro: nos phobies économiques.

Utilitarisme

La construction institutionnelle de la conc. Le marché selon la sociologie économique.