background preloader

Liberté d'expression

Facebook Twitter

La liberté d'expression en France. Site Web indisponible. Liberté d'expression. "Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique Définition de la liberté d'expression La liberté d'expression est le droit pour toute personne de penser comme elle le souhaite et de pouvoir exprimer ses opinions par tous les moyens qu'elle juge opportun, dans les domaines de la politique, de la philosophie, de la religion, de morale... Considérée comme une liberté fondamentale, la liberté d'expression est inscrite dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (ONU, 1948, article 19) : "Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

" La liberté d'expression a comme corollaire la liberté de la presse, la liberté d'association, la liberté de réunion, la liberté de manifestation mais aussi le respect d'autrui. >>> Terme connexe : Devoir de réserve. « Parler, écrire, imprimer librement... » : la liberté d’expression mise en cause. «Oui, mais… » Les masques sont tombés. La publication de Charlie Hebdo, hier, a fait voler en éclats l’unanimisme de façade et les tartufferies politiques.

C’est dire si la une dessinée par Luz, représentant un prophète la larme à l’œil arborant une pancarte « Je suis Charlie », a visé dans le mille, réplique habile aux tentatives d’intimidation et de pression sur la liberté d’expression. Le spectacle indécent du bal des puissants, dont d’éminents fossoyeurs de la liberté de la presse, orchestré dimanche par François Hollande, a repris hier, accueillant fraîchement la publication de l’hebdomadaire satirique.

L’État iranien dénonce une couverture « insultante ». « L’abus de la liberté d’expression, qui est répandu actuellement en Occident, n’est pas acceptable et doit être empêché », a fait savoir la porte-parole de la diplomatie iranienne. Les fanatisations bousculent l’édifice de la liberté d’expression La liberté de la presse dans le viseur des extrêmes droites françaises. Esprit(s) de mai 68. De « Charlie » à Dieudonné, jusqu'où va la liberté d'expression ? « Pourquoi Dieudonné est-il attaqué alors que Charlie Hebdo peut faire des “unes” sur la religion » ? La question est revenue, lancinante, durant les dernières heures de notre suivi en direct de la tuerie à Charlie Hebdo et de ses conséquences. Elle correspond à une interrogation d'une partie de nos lecteurs : que recouvre la formule « liberté d'expression », et où s'arrête-t-elle ?

La liberté d'expression est encadréeLa particularité des réseaux sociauxLe cas complexe de l'humourCharlie, habitué des procèsDieudonné, humour ou militantisme ? 1. La liberté d'expression est un principe absolu en France et en Europe, consacré par plusieurs textes fondamentaux. « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi », énonce l'article 11 de la Déclaration des droits de l'homme de 1789.

Cependant, elle précise : Liberté d'expression : peut-on tout dire en France ? Après l'émotion, les questions. L'attentat commis à Charlie Hebdo mercredi a relancé un débat cher aux dessinateurs du journal satirique : le droit au blasphème. Plusieurs fois poursuivi pour avoir caricaturé le prophète, Charlie Hebdo n'a toutefois jamais été condamné, et ce notamment en raison du droit à la liberté d'expression. Mais tout un arsenal législatif vient toutefois restreindre ce droit fondamental. S'il n'existe pas de délit de blasphème, les tribunaux français sanctionnent "l'injure", "la diffamation", "l'incitation à la haine raciale ou religieuse", ou encore "apologie du terrorisme".

C'est notamment pour ce dernier motif que Dieudonné fait l'objet de poursuites, à la suite de son message écrit sur Facebook : "Je me sens Charlie Coulibaly". Europe 1 vous résume les limites législatives en matière de liberté d'expression. >> LIRE AUSSI - Charlie Hebdo : "C'est notre Une" Existe-t-il un délit de blasphème en France ?

Existe-t-il des limites à la liberté d'expression ? La liberté d’expression : un concept paradoxal (?) Dans presque tout le monde occidental on défend la liberté d’expression comme un des symboles des plus précieux de notre démocratie, quoique, de temps à autre, une bonne partie de la population se scandalise à juste titre parce que quelqu’un a fait des affirmations dans les médias qu’on juge avoir outrepassé la limite de l’acceptable. Rappelons-nous des moments les plus polémiques des Marine Le Pen, Zemmour, etc, pour comprendre que tout en faisant la promotion de la liberté d’expression, il demeure que pour la majorité de la population, dont je fais partie, il existe une limite implicite qui ne doit pas être franchie. Dans n’importe quel dictionnaire, on définit la liberté comme l’absence d’obstacle ou de n’importe quelle forme de contrainte ou d’empêchement pour que puisse se réaliser quelque chose. On peut donc traduire toutes les libertés de l’homme en termes de libertés de penser (ou d’opinion), et d’action.

Tous et chacun avons la liberté de penser (à moins d’être inconscient). La liberté d'expression en France. Liberté d'expression. Liberté d'expression. Avec vous, nos actions ont pour but de : 1) défendre des prisonniers d’opinion. Des personnes sont détenues pour avoir fait état pacifiquement de leurs convictions, de leurs revendications politiques, de leur identité sexuelle, de leur croyance religieuse... Amnesty International demande leur libération immédiate et sans condition. 2) soutenir les défenseurs des droits humains : militants associatifs, avocats, leaders autochtones… En première ligne pour la défense des droits, ces militants sont souvent l’objet de représailles pour avoir osé parler au nom des plus vulnérables.

Amnesty International les soutient dans leurs activités de promotion des droits, donne de l’écho à leurs actions. 3) faire campagne contre des législations excessivement restrictives. Des états mettent en place des législations et des pratiques visant à faire taire toute critique : contrôle des associations, restrictions des manifestations, censure. Medias, liberté d´expression, semaine de la presse.