background preloader

Acrimed

Facebook Twitter

Les chiens de garde « interviewent » les opposants à la « réforme » des retraites (en vidéo) Par Florent Michaux, Kilian Sturm, Pauline Perrenot, lundi 16 décembre 2019 Dès le soir du 5 décembre et jusqu’à la veille des « annonces » d’Édouard Philippe, journalistes et éditorialistes ont excellé dans l’art d’« interviewer » les opposants à la « réforme » des retraites.

Les chiens de garde « interviewent » les opposants à la « réforme » des retraites (en vidéo)

Sommations à négocier, procès en archaïsme, instrumentalisation à outrance des « usagers en détresse » et rappels à l’ordre : comme à chaque mobilisation sociale, syndicalistes et personnalités politiques opposés à la contre-réforme pâtissent de dispositifs hostiles et d’une violence médiatique qui va crescendo, incarnée par des chiens de garde assurant le service après-vente des décisions du gouvernement. Gilets jaunes : il y a un an, Ruth Elkrief paniquait. Personne n’exprime mieux le rôle social et politique actif que jouent les éditocrates en temps de conflit social que… les éditocrates eux-mêmes.

Gilets jaunes : il y a un an, Ruth Elkrief paniquait

La presse française s’égare autour de deux événements (SIPMCS-CNT) Nous publions un communiqué du SIPMCS-CNT (Acrimed).

La presse française s’égare autour de deux événements (SIPMCS-CNT)

Nous, travailleurs de la presse, des médias, de la culture et du spectacle, tenons à dénoncer les atteintes à l’indépendance qu’ont connu la presse et les médias français, en particulier au cours de ces dernières 48 heures. Deux faits d’actualités ont en effet agité les gros titres de la très grande majorité des médias français ces lundi 20 et mardi 21 octobre. La politique dans « C dans l’air », c'est le vide. L’émission « C’dans l’air » du lundi 25 août était logiquement consacrée à la démission du gouvernement, intervenue le matin même.

La politique dans « C dans l’air », c'est le vide

Laurent Joffrin : copinages, connivences et renvois d'ascenseur. Depuis 37 ans Laurent Joffrin travaille dans les médias (successivement : l’AFP, Libération, Le Nouvel Observateur, Libération, Le Nouvel Observateur et, depuis juin 2014, Libération) et est devenu un invité permanent des médias (IPM) en tant qu’éditocrate pouvant discourir à propos de tout et surtout de rien [1].

Laurent Joffrin : copinages, connivences et renvois d'ascenseur

Il a ainsi accumulé un capital social dont un des effets est d’assurer une large et complaisante réception médiatique à son dernier livre paru le 1er avril 2015. Les amis éditocrates Le 28 mars 2015, Franz-Olivier Giesbert (ancien directeur de la rédaction du Nouvel Observateur) consacre une partie de son éditorial du Point au livre de Laurent Joffrin (ancien directeur de la rédaction du Nouvel Observateur) : « un livre iconoclaste et plus dérangeant qu’il n’y paraît (...) Léa Salamé : vaillante garde-frontières (sociales) sur France Inter. Depuis le 25 août 2014, Léa Salamé produit et présente, du lundi au jeudi sur France Inter, l’émission « L’invité de 7h50 », qui consiste en une interview d’une durée de 7 à 9 minutes.

Léa Salamé : vaillante garde-frontières (sociales) sur France Inter

L’analyse de certaines des caractéristiques des invités de la saison 2014/2015 (c’est-à-dire de la période allant du 25 août 2014 au 2 juillet 2015) montre qu’une logique sociale de soutien à la perpétuation de l’ordre établi est à l’œuvre dans les invitations que lance Léa Salamé. Une intervieweuse pas vraiment féministe. « Des paroles et des actes » et ses « deux France » (1) : le scénario était presque parfait. Une figurante invitée à figurer Après plus de 40 minutes de discussion entre les deux invités, David Pujadas donne la parole à Wiam Berhouma. - David Pujadas : Avant que vous repreniez la parole Alain Finkielkraut, il y a justement quelqu’un, on parle des jeunes femmes, je voudrai donner la parole à quelqu’un qui souhaite s’adresser à vous, une jeune femme, une jeune femme de confession musulmane, elle est ici, dans le public, avec nous, Wiam Berhouma, vous avez 26 ans, bonsoir.

« Des paroles et des actes » et ses « deux France » (1) : le scénario était presque parfait

C’est « dans le public » en effet que se trouve Wiam Berhouma. Loi travail : matraquages médiatiques sur les manifestations. Matraquage Ce jeudi 28 avril 2016, difficile de passer à côté du « bilan » de la manifestation contre la loi travail, aussi succinct qu’un bandeau de BFMTV : « 124 interpellations et 24 policiers et gendarmes blessés, dont trois grièvement et un en urgence absolue » annoncent à l’unisson les sites des grands titres de presse, reprenant les chiffres du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve (lemonde.fr, lefigaro.fr, leparisien.fr, l’Express, lepoint.fr).

Loi travail : matraquages médiatiques sur les manifestations

Un bilan ressassé dans la presse papier, en continu sur France Info et qui font les titres des journaux télévisés de France 2 et de TF1. Pour en savoir plus sur le déroulé des événements, le lecteur ou le téléspectateur curieux pourra consulter les reportages sur place, sous forme de « directs », de diaporamas ou de vidéos, sur les sites de presse ou dans les 20h des grandes chaînes (liberation.fr, lemonde.fr, lefigaro.fr, leparisien.fr, lexpress.fr, francetvinfo.fr et TF1).

Mais sans doute est-ce de l’humour... TF1 et France 2 au secours des mal-aimés de la police. I) Sur TF1 : « remonter le moral des forces de l’ordre » À tout seigneur tout honneur, c’est par le 13h de Jean-Pierre Pernaut que nous commencerons cette étude.

TF1 et France 2 au secours des mal-aimés de la police

Le JT s’ouvre par deux sujets consacrés aux routiers et aux cheminots mobilisés. Amuse-bouche À propos des routiers, TF1 a choisi un angle… original : s’intéresser, non aux motifs de la grève, mais à ses conséquences. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : sur les 1’25 de reportage, 1’15 (soit près de 90% du temps) sont consacrées aux répercussions de la grève des routiers au Havre, avec entre autres les embouteillages et le début de pénurie de carburant.

Puis, vient le tour des cheminots. L’éditocratie unanime : haro sur les grèves ! « Une radicalisation tous azimuts » Le lundi 23 mai, le sujet fait la « Une » du journal télévisé de TF1 : des pénuries de carburant ont frappé de nombreuses stations-services dans le pays.

L’éditocratie unanime : haro sur les grèves !

L’occasion de revenir en long et en large sur les « galères » des automobilistes (4 minutes 35). L’accroche de Gilles Bouleau donne le ton : « Chantage, prise d’otage, un vocabulaire rarement employé par un gouvernement de gauche [...] Evo Morales « corrompu » : François Lenglet ne ment pas, c’est la vérité qui se trompe. Au cours de la dernière édition de « Des paroles et des actes », le 26 mai 2016 [1], dont l’invité principal était Jean-Luc Mélenchon, François Lenglet, journaliste économique et éditocrate accompli, a déclaré : « Evo Morales, président de la Bolivie, est aujourd’hui empêtré dans des scandales de corruption considérables. […] C’est un corrompu. […] La petite amie de M. Morales, qui est la mère de son fils, a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques, allez m’expliquer que tout cela est normal ! » Dans cette déclaration, tout est faux, excepté le fait que Evo Morales est effectivement le président de la Bolivie.

Loi Travail : un mouvement qui n’en finit pas de « s’essouffler. État d’urgence : confortable entre-soi policier dans « C dans l’air. Le 21 juin dernier, Yves Calvi recevait, sur RTL, Sophie Binet, de la CGT, pour l’interviewer au sujet de l’hypothèse de l’interdiction de la manifestation du 23 juin. Le Figaro à Saint-Denis : Désinformation-sur-Seine. « Molenbeek-sur-Seine » Samedi 21 mai 2016, Le Figaro Magazine publiait l’enquête de Nadjet Cherigui sur la ville de Saint-Denis renommée pour l’occasion « Molenbeek-sur-Seine ». Attentats d’Istanbul : médiatisation à géographie variable. Selon que vous serez , ou non, occidental… Dimanche 3 juillet 2016, plus de 200 Irakiens étaient tués dans un attentat-suicide commis à l’aube à Bagdad et revendiqué par l’organisation État islamique.

Des livres et des films pour s'occuper à la rentrée. En Amérique latine : un « journalisme de guerre » contre les gouvernements progressistes. Au Venezuela en avril 2002, un putsch est organisé contre Chávez. Or ce coup de force, qui a échoué sous la pression de millions de Vénézuéliens réclamant le retour au pouvoir de leur président élu, présente une singularité : il a été largement fomenté par les médias privés. Les bacchanales de la vertu : retour sur l’entre-deux tours de la présidentielle. Nul besoin d’être devin pour prédire l’évidence : dès l’annonce des résultats du premier tour, les éditocrates et médiacrates allaient s’unir dans la lutte contre l’abstention ou le vote blanc et nul. Avec un seul mot d’ordre durant deux semaines : voter Macron.

Ou plutôt : votez Macron ! Dupont de Ligonnès. Jour 1 : le naufrage médiatique. Météo des neiges, télévision de riches. Alors pourquoi la météo des neiges est-elle programmée à une heure de grande écoute ? C’est parce que la télévision montre beaucoup plus de membres de la classe supérieure que de gens des classes populaires. Mobilisations étudiantes : les éditocrates face au péril jeune. Difficile d’échapper à cette interview de Georges Haddad, président de l’Université Paris 1, dont les propos ont fait les titres de nombreux articles de presse, et ont été repris dans les journaux télévisés des grandes chaînes et sur les chaînes d’info en continu.

Hôpital Pitié-Salpêtrière : désinformation générale et mensonges médiatiques. Les médias audiovisuels ont piétiné l’information. Chirac partout, Lubrizol nulle part. Yves Calvi, ou la panoplie du chien de garde. « Dessine-moi un gilet jaune », le mépris selon Xavier Gorce (Le Monde) Par Pauline Perrenot, mardi 29 janvier 2019. Action Critique Médias.

Acrimed Vidéos. Cadeau : 32 Médiacritique(s) en accès libre ! Lexique médiatique pour mauvais temps politique. La question des médias dans Le Monde diplomatique (2014) Journée de la critique des médias : « À quoi sert la critique des médias ? Qui veut la peau de la presse libre. La fausse agression du RER D : un journalisme de meute. Cécile Duflot agressée par Elkabbach et autres chiens de garde ? « Aucun problème », dit le CSA. Jean-Michel Aphatie est-il un chien. Merci patron ! Europe 1 déprogramme François Ruffin.

Tribunaux médiatiques pour syndicalistes « radicalisés. Servitude volontaire de la presse (et de l’État) face aux géants du numérique. Venezuela 2002 : retour sur un « coup d'État médiatique planifié. En direct sur France Culture : les aboiements de Laurent Joffrin contre Acrimed. Lire : Pour une socioanalyse du journalisme, d’Alain Accardo.