background preloader

ANC

Facebook Twitter

5 principes issus des neurosciences pour favoriser l'apprentissage en formation. Quels sont, à votre avis, les avantages et inconvénients des pédagogies actives, ludiques et participatives ?

5 principes issus des neurosciences pour favoriser l'apprentissage en formation

Si les entreprises semblent conscientes de la nécessité d’amorcer un virage pédagogique dans leurs formations, elles sont parfois réticentes à l’idée de passer à l’action : est-ce vraiment utile et pertinent ? De mon point de vue, la réponse est indéniablement : OUI ! Et les recherches scientifiques menées ces dernières années vont clairement dans ce sens. Suite à la présentation que j’ai eu l’occasion de réaliser au forum, je vous invite donc à découvrir ci-dessous 5 principes essentiels issus des recherches en neurosciences pour mieux former et apprendre : Découvrez 5 principes essentiels issus des recherches en neurosciences pour mieux favoriser l’apprentissage dans vos formations. 1. Tous les êtres humains disposent d’une mémoire de travail. De plus, les recherches montrent que l’attention des apprenants chute naturellement au bout d’environ 10 minutes. Curiosphères Découverte des sciences Ixelles. Les CURIOSPHÈRES, c’est chaque samedi de septembre à mai, un moment de découvertes, d’expériences et de curiosité dans une ambiance fun.

Curiosphères Découverte des sciences Ixelles

En petits groupes, tu pourras réaliser de nombreuses expériences et jeux pour découvrir les sciences. Et à partir de janvier, vous choisirez un projet que vous développerez ensemble pour le présenter lors de l’EXPOsciences. 6-12 ans (1ère à 6e primaire)Samedi, de 14 à 17hIxelles, Rue Sans Soucis 11420 séances/an (le calendrier est disponible en permanence sur euros* (réduction de 10% pour l’inscription d’un 2e enfant d’une même famille ou familles nombreuses) *Le prix ne peut être un frein à la participation. MEMOIRE ET CONCENTRATION. Les recherches en neurosciences, ont donné naissance à la neuropsychologie.

MEMOIRE ET CONCENTRATION

Cette nouvelle discipline établit désormais la passerelle entre la neurologie, science de la matière vivante, et la psychologie, science de l’esprit. Elle est riche d’applications dans le domaine du travail intellectuel. D’autre part, les recherches ont abouti à une découverte fondamentale : Le cerveau humain est malléable à vie. Une stimulation régulière du cerveau permet de développer une excellente mémoire et de garder une bonne forme mentale. Stimuler sa mémoire, ce n’est pas seulement apprendre par cœur des colonnes de chiffres ou passer des heures à résoudre des problèmes épineux. Éviter de stresser et de surcharger le cerveau La plupart des gens qui souffrent d’une faible mémoire présentent des organes sains et capables de fonctionner correctement. Etre motivé L’enthousiasme et l’envie de découvrir permettent d’obtenir de meilleurs résultats. Comprendre le fonctionnement de la mémoire.

Chantal-Vander-Vorst-complexite-serenite-neurosciences-approche-neurocognitive.pdf. Atelier.etude.efficace.pdf. Alain Lieury, chercheur à Rennes 2 : "Apprendre par cœur n'est pas bête". Dominant ou dominé ? Nous adoptons tous des attitudes qui révèlent notre tempérament plutôt dominateur ou plutôt soumis.

Dominant ou dominé ?

D'après les études de neurosciences, notre style de domination ou de soumission serait en partie imprimé dans le cerveau. S'il est difficile d'en dévier, des méthodes thérapeutiques peuvent aider à surmonter les formes les plus extrêmes de dominance ou de soumission. Jacques Fradin et Camille Lefrançois Les sociétés de grands singes sont fondées sur les rapports de domination, qui garantissent la stabilité des hiérarchies. © Karen Givens/Shutterstock L'auteur Jacques FRADIN est docteurs en médecine, cognitiviste et comportementaliste, membre de l'Association française des thérapies cognitives et comportementales, directeur de l'Institut de médecine environnementale à Paris.

Camille LEFRANCOIS est doctorante en psychologie cognitive, au Laboratoire cognitions et usages, à l'Université Paris viii. Compléments La « peur sociale » Le positionnement grégaire. _done_20090216_184018_cerveau_et_psycho-2007-mars_avril_20-psychologie-synthese9-cp_20_p036041_encadres1. _done_20090216_184018_cerveau_et_psycho-2007-mars_avril_20-psychologie-synthese9-cp_20_p036041_encadres2. LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Certains de nos comportements sont très primitifs et incapables d'adaptations.

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX!

Ils nous font réagir de façon automatique à une stimulation externe ou interne. Ils correspondent aux besoins fondamentaux de consommation : boire, manger, copuler. Sur le plan neurophysiologique, c'est l'activation des structures "reptiliennes" mettant en jeu l'hypothalamus et le tronc cérébral. D'autres, plus sophistiqués, des sensations plaisantes ou déplaisantes provoquées par nos expériences antérieures ainsi que les moyens pris pour les déclencher.

Ils correspondent à la plupart des apprentissages socioculturels. Enfin, certains comportements impliquent une planification plus élaborée. LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX!