background preloader

Communs

Facebook Twitter

HOME - Les communs, la vraie idée révolutionnaire. Biens communs, ou communs, voilà un concept nouveau, à l'intersection des sciences politiques et de l'économie. Un concept à la mode, qui génère moult publications, autant de colloques et de livres. Mais de quoi s'agit-il ? Ce concept vient de loin, des communaux, d'une époque où l'Etat n'existait pas encore. Il remonterait à la révolution néolithique, à cette première révolution agricole. Les charges contre les communs sont très violentes jusqu'à une époque récente. On a l'impression que c'est la fin. Très tôt, quasiment seule au début, l'Américaine Elinor Ostrom résiste. En 2009, pour ce travail, Elinor Ostrom va devenir la première femme à recevoir le prix Nobel d'économie.

Avec la crise du système libéral, sur ces bases, les communs reviennent d'actualité à partir des années 2000. L'idée est très séduisante. Le concept se décline aussi en vert, et ce n'est pas du green washing ! Comment résister à une idée si généreuse ? Mais les communs ont du mal à intéresser en France. Open Knowledge France. TEDxLaDéfense - Geneviève BOUCHE - Un scénario pour le futur.

Ressources

(22) Des communs et des hommes - #DATAGUEULE 42. Notion en débat : les communs. Bibliographie | citer cet article | conditions de partage Le débat sur les communs se développe depuis la parution du célèbre article du biologiste américain Garrett Hardin qui, à partir de l’exemple d’un pâturage partagé, décréta la tragédie des communs (1968). Elinor Ostrom, « prix Nobel d’économie » en 2009, proposa dans les années 1990 une réponse originale à ce propos. Grâce à l’analyse d’expériences repérées partout dans la planète, elle montre que la surexploitation des communs préconisée par Hardin comme issue nécessaire de l’accès collectif à une ressource limitée, qu'il s'agisse de pâturages, de pêcheries ou de nappes phréatiques, peut être évitée dès lors que des utilisateurs s'organisent pour gérer le bien selon des règles de partage et de réciprocité. Réimaginer des formes d'action collective Ces trois éléments, qui nous permettent d’avoir un schéma analytique, peuvent néanmoins s’articuler de façon très variable.

Faciliter l'accès collectif aux ressources et aux savoirs. On parle de COMMUNS - Le podcast d'après dans plusieurs médias | APRÈS. L’Université du Nous et son chemin vers des ressources pédagogiques libres | Universite du Nous. Tout au long de ses 10 années d’exploration interne, l’Université du Nous fut à maintes reprises challengée par les nombreuses réappropriations des méthodes et outils pédagogiques qu’elle a pu elle-même s’approprier, synthétiser et illustrer de façon singulière. Cette expérience parle de la volonté des membres de transmettre au monde leurs propres apprentissages, et ce, de manière la plus cohérente possible avec leur vision philosophique du faire-ensemble. Entre la pratique dominante propriétaire et les alternatives existantes, l’Université du Nous a tenté et tente encore de trouver un modèle philosophique, social et économique juste pour diffuser ses ressources pédagogiques. Notre volonté n’a jamais été de former à accompagner, pourtant notre façon de faire a fait « des petits » ici et là, échappant bien souvent à « notre contrôle », à cette volonté égotique profondément humaine de vouloir garder la main sur ce à quoi nous donnons naissance.

Pour quoi travaillons-nous ? Notes : Le commun (1/5) : Le commun comme principe révolutionnaire. Toute cette semaine, nous parlons du commun. **Aujourd’hui, nous sommes avec le philosophe Pierre Dardot , auteur avec Christian Laval de Commun, Essai sur la révolution au XXIème siècle (La Découverte, 2014). Dans cet essai, les deux auteurs tentent de refonder le concept de commun pour en faire un principe réel d’action permettant de « sortir du capitalisme ».** C’est, ces dernières semaines, de l’avoir beaucoup entendu évoqué et convoqué ce "commun", que nous avons eu envie de l’interroger pendant cinq jours. Il faudra dans un premier temps lui enlever l’article et peut-être lui préférer le terme anglosaxon « Commons ». Notre invité- Pierre Dardot- est philosophe. Avant la fin de l'émission, les nouvelles vagues passent au singulier. Programmation musicale : SUFJAN STEVENS, - « No shade in the shadow of the cross » - Gyorgy Ligeti, Musica ricercata, VII.

Youtube. (Biens) Communs : de quoi parle-t-on ? - Balises - Le magazine de la Bpi. Trois éléments indissociables Au coeur des biens communs, il y a trois éléments indissociables : une ressource, une communauté de personnes et des règles d’organisation. Le caractère commun ou non d’un bien se définit en fonction de son régime de partage, de son accès et de sa circulation. Un jardin, par exemple, peut être géré comme un service public, appartenir à une personne privée ou être géré en commun, c’est-à-dire selon des règles définies par un collectif de jardiniers amateurs. Ce schéma issu du rapport sur les Communs de la Fondation Heinrich Böll illustre les trois compostans fondamentaux des communs. Les biens communs ne constituent pas une catégorie figée mais peuvent avoir des configurations variables sans toujours être strictement publics ou strictement privés. A la source des biens communs, il y a donc des expériences à rebours de l’individualisme des sociétés contemporaines et de l’idée d’une frontière étanche entre marchand et non-marchand.

Exclusif versus ouvert. Youtube. Youtube. Accueillir les Non-Humains dans les Communs (Introduction) Ce billet est le premier d’une série de cinq ou six que je publierai au rythme d’un par semaine au cours de ce mois de janvier. Le texte complet formera un essai à propos des relations entre les Communs et les Non-Humains, un sujet à mon sens absolument essentiel à prendre en compte pour la théorie des Communs. Que serait un homme sans éléphant, sans plante, sans lion, sans céréale, sans océan, sans ozone et sans plancton, un homme seul, beaucoup plus seul encore que Robinson sur son île ? Moins qu’un homme. Certainement pas un homme.Bruno Latour Les Communs questionnés par l’émergence des « droits de la nature » Faut-il reconnaître la Seine comme une « entité vivante[1] » ?

La question pourrait paraître à première vue incongrue. La sphère militante n’est pas en reste et de nombreuses revendications, notamment en matière d’écologie, se font sous la bannière des Communs. La théorie des Communs traversée par une « rupture ontique » entre Humains et Non-Humains Plan général 0) Introduction. (22) Choisir sa licence libre [tuto dessiné] - MOOC Gouvernance partagée - (28) Gaël Giraud : "Construire un monde en commun ? Les communs comme proje. Quelles différences entre open source et logiciels libres ? - itopie inform.

Cette question est un grand classique chez les informaticiens. Mais la différence entre ces deux mouvements réside finalement dans les valeurs qu’elles sous-tendent. Vous trouverez ci-dessous un excellent article reproduit du site developpez.com qui décrit ces différences subtiles. Selon Richard Stallman, la différence fondamentale entre les deux concepts réside dans leur philosophie : « l’open source est une méthodologie de développement; le logiciel libre est un mouvement social » . Quand on aborde la question des logiciels dans les communautés de développeurs, il est fréquent de voir deux groupes avec des idéaux opposés. L’un qui a une préférence pour les logiciels propriétaires et l’autre à l’opposé qui a plutôt opté pour des logiciels libres ou open source. Si ces deux derniers termes sont utilisés de manière interchangeable par bon nombre de personnes, il s’agit toutefois de deux concepts distincts dont la différence n’est parfois pas évidente.

(22) Les communs, rencontre avec Philippe Aigrain mp4. (22) Du copyright au Libre: Honorer et préserver la Ressource. Formation-action : Les communs du territoire : nouvelle forme de coopération et de services de proximité. Notre vision - La Coop des Communs. Hier sujet d’experts, les communs sont devenus un mot passe partout de la « transition » écologique et solidaire, désignant pêle-mêle des jardins partagés, des logiciels libres, des encyclopédies en ligne, des mutuelles de travail, des plateformes numériques, des circuits courts… Préciser ce qui en relève, apprendre à distinguer communs, biens communs, biens publics mondiaux, est indispensable à la pérennité de l’action.

La Coop des Communs s’attache à faire comprendre de quoi on parle quand on utilise le terme de communs et quels sont les facteurs favorisant des communs de solidarité, servant l’intérêt général, la solidarité, en même temps que l’émancipation des personnes. Les communs sont essentiels à l’équilibre de notre vie en société et à sa capacité d’évoluer en paix. Depuis le Moyen-Age, la gestion des communs a été essentielle dans l’équilibre de nombreuses communautés. Les communs ne sont pas des palliatifs des limites du capitalisme et de l’Etat providence. Les Creative Commons et le droit suisse - François Charlet.

Un ami m’a demandé il y a quelques semaines si les licences Creative Commons étaient valables en Suisse. La question étant plutôt intéressante, je me suis penché sur le sujet. Cette petite analyse juridique se veut donc générale. J’y aborderai tant le droit des obligations (puisqu’une licence est un contrat) que le droit d’auteur (puisqu’on touche aux œuvres et aux créations de l’homme). En Suisse et dans le reste du monde, la propriété intellectuelle est réglée légalement. Malheureusement, ces lois sont circonscrites par les frontières politiques, frontières qui sont ignorées par Internet, au vu de sa nature internationale. Voici le but de Creative Commons, repris de la page française de Wikipedia : L’objectif recherché est d’encourager de manière simple et licite la circulation des œuvres, l’échange et la créativité.

Mais qu’en est-il en droit suisse ? C’est en 2001 que naissent les Creative Commons. Les licences Creative Commons sont modifiables et adaptables en fonction des besoins. Visioconf "Quel Modèle ECO pour les acteurs de la Transition" avec Laurent Marseault - dec 2020.