background preloader

Internet démocratie

Facebook Twitter

Vertus démocratiques de l’Internet. Ce texte est issu d’une présentation à la table ronde « Internet et renouveau démocratique » (avec Daniel Bougnoux et Patrice Flichy), animée par Caroline Broué au forum « Réinventer la démocratie » (organisé par La République des idées à Grenoble le 9 mai 2009).

Vertus démocratiques de l’Internet

À la question de la place d’Internet dans le renouvellement des figures de la démocratie, beaucoup de réponses très diverses et contradictoires peuvent être apportées. Car, à considérer Internet comme un tout, à la fois objet technique, média, espace public, support ou instrument politique, on prend le risque de fondre ensemble des choses si différentes que toute généralisation glisse sur cet improbable objet, sans parvenir à le spécifier.

Je voudrais cependant prendre ce risque en avançant, sans beaucoup de précautions, six propositions relatives à l’expérience de la démocratie sur Internet. Les six vertus politiques d’Internet 1. Internet, un outil de la démocratie. Depuis qu’internet commence à se diffuser dans le grand public, une controverse réapparaît régulièrement : ce nouveau dispositif de communication favorise-t-il le débat démocratique ?

Internet, un outil de la démocratie

Cette discussion a trouvé une nouvelle actualité avec l’apparition des blogs et plus largement des applications du web 2.0 qui permettent à l’internaute de s’exprimer encore plus facilement que précédemment. Internet, contrairement à la radio ou à la télévision, met en situation d’égalité l’émetteur et le récepteur, c’est donc, à première vue, l’outil idéal pour une démocratie participative où le citoyen pourrait intervenir très régulièrement dans le débat public. Je me propose dans ce papier d’examiner comment cette question a d’abord été abordée au démarrage de cette nouvelle technologie, puis dans la période actuelle. TRIBUNE. "Internet et les libertés fondamentales : la démocratie à l'épreuve"

Par Benjamin Loveluck Mis à jour le , publié le Benjamin Loveluck est docteur en science politique et chercheur à Télécom ParisTech.

TRIBUNE. "Internet et les libertés fondamentales : la démocratie à l'épreuve"

Ses travaux portent sur la sociologie des usages du numérique et sur les dimensions politiques d’internet. Il traite ici librement de l'impact d'internet sur le combat pour les libertés. Leurs visages ont été projetés sur écran géant lors de la récente conférence SXSW, grand-messe sur les médias tenue à Austin, au Texas.

Tous deux ne sont ni des terroristes, ni des illuminés. Assange a manifesté par le passé son admiration pour les principes établis par la Constitution des Etats-Unis – souveraineté du peuple, défense des libertés individuelles, séparation et équilibre des pouvoirs. Internet n’existe pas, et pourtant, il est au cœur de nos vies. Régulièrement, internet traverse des crises de croissance qui révèlent les rapports complexes qu’il entretient avec les Etats. Internet & Démocratie. Dès leur apparition, les nouvelles technologies de l'information et de la communication ont été vues par un grand nombre d'universitaires, de politiciens ou de militants comme un instrument capable de renforcer la démocratie.

Internet & Démocratie

A la fois moyen de communication et d'expression, mais aussi outil pédagogique, l'internet semblait pouvoir donner naissance à une nouvelle forme de démocratie "virtuelle" dans un contexte de crise de la démocratie représentative réelle. Qu'en est-il Des formes de démocratie purement virtuelle existent-t-elles et quelles sont leurs Plus encore, ces formes de démocratie virtuelle sont-elles vraiment souhaitables et virtuelle:existence et limites 1)Les Communautés virtuelles Le livre de Howard Rheingold marque le début de l’étude sociologique du réseau, qui peut permettre d’étudier la démocratie qui peut s’y développer. Cyberdémocratie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cyberdémocratie

La cyberdémocratie (ou e-démocratie) consiste en l'utilisation d'Internet pour développer la démocratie, en se servant de sites web comme support des informations, des débats voire des processus de décisions démocratiques. La cyberdémocratie cherche à répondre à l'idéal démocratique dans lequel tous les citoyens seraient des participants égaux aux propositions, aux créations et à la mise en œuvre des lois. Origine du nom[modifier | modifier le code] La cyberdémocratie est une traduction littérale du terme américain Cyberdemocracy. Cependant, en anglais, un autre terme fréquemment utilisé est celui de E-democracy. En 1981, Ted Becker, homme politique américain, a créé le terme de Teledemocracy pour désigner l'utilisation des moyens modernes de communication dans le processus démocratique.

"Internet renforce le pouvoir de la société civile". L'institution politique, si elle souhaite répondre aux attentes de la population, ne peut pas ignorer les canaux numériques, estime l'universitaire Amanda Clarke, spécialiste des liens entre Internet et démocratie.

"Internet renforce le pouvoir de la société civile"

Internet : un bienfait ou un danger pour la démocratie ?  - Médias et démocratie Découverte des institutions. <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.

Internet : un bienfait ou un danger pour la démocratie ?  - Médias et démocratie Découverte des institutions

</p> Quelques dates clés 1969 : Création par le Département américain de la défense d’un réseau reliant plusieurs gros centres de calcul et des systèmes radio et satellites : Arpanet. Ce serait l’ancêtre d’Internet. Les années 1980 : Arpanet voit son intérêt stratégique faiblir avec la fin de la guerre froide. 1989 : Un chercheur du CERN (Centre européen pour la recherche nucléaire) à Genève met au point un nouveau mode de communication permettant de faire des liens hypertextes. Fin novembre 1999 : Manifestation anti-mondialisation à Seattle. 20 novembre 2000 : Condamnation de Yahoo ! 23 avril 2005 : En France, le rapport annexé à la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école prévoit que le B2i (Brevet informatique et internet), créé par l’Éducation nationale en novembre 2000, soit intégré au brevet et au baccalauréat.

Quelques pistes de réflexion Exemple concret.