background preloader

Organisation des entreprises et RH

Facebook Twitter

« Les dirigeants modestes admettent la critique et apprennent ainsi de leurs erreurs » Ma vie en boîte.

« Les dirigeants modestes admettent la critique et apprennent ainsi de leurs erreurs »

Dans sa chronique bimensuelle, Annie Kahn, journaliste au « Monde », explique que de nombreux travaux de recherche ont amplement démontré que les dirigeants modestes obtiennent de meilleurs résultats que les autres. Margarita Mayo, professeur de comportement des organisations à l’IE Business School de Madrid, s’interroge : « Si les personnes humbles font les meilleurs chefs, pourquoi sommes-nous plus attirés par les personnalités charismatiques narcissiques ? » La question, tirée d’un article paru le 7 avril dans la Harvard Business Review, s’adresse aux futurs dirigeants d’entreprise.

Devront-ils tenter de s’affranchir de ce biais lorsqu’ils auront la charge de promouvoir des personnes de leurs équipes – c’est-à-dire ne pas se laisser aveugler par le brio et l’assurance des uns au détriment de personnalités plus compétentes ? Devront-ils eux-mêmes en tenir compte pour réussir brillamment professionnellement ? Théories. I.

Théories

L'organisation et son fonctionnement 1. Les fondateurs • Max Weber (1864-1920) penseur de la rationalisation et de la bureaucratie. Elton Mayo. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Elton Mayo

Pour les articles homonymes, voir Mayo. Il est considéré comme l'un des pères fondateurs de la sociologie du travail. Mayo a complété l'hypothèse taylorienne qui ne prenait en compte que les techniques et les conditions matérielles du travail pour améliorer la productivité, au prix d'un isolement du travailleur. Il a étudié l'impact de l'ajout de certains avantages pour les employés dans le cadre taylorien (évolution des carrières, salaires corrects, environnement de travail, horaires, sentiment de sécurité sur son lieu de travail, sécurité de l'emploi, etc.) De ses expérimentations, il a déduit l'importance du climat psychologique sur le comportement et la performance des travailleurs. Parmi ses travaux les plus célèbres : les expériences de Hawthorne.

Biographie[modifier | modifier le code] ELTON MAYO. Généralement considéré comme l'initiateur des recherches sur les relations humaines dans l'industrie, Elton Mayo est l'une des figures les plus représentatives de la psychosociologie moderne.

ELTON MAYO

Australien, il acquiert une formation de psychologue à l'université d'Adélaïde et entreprend très tôt des études sur l'industrie dans son pays. Mais c'est aux États-Unis qu'il connaît la phase la plus féconde de sa carrière. Il y est notamment, pendant plus de vingt ans, professeur de recherche industrielle à la Harvard Business School (1926-1947). Elton Mayo, comme en témoignent ses premiers travaux, était hanté par l'idée du déracinement du travailleur industriel dans le monde moderne.

Sa conviction était que l'homme ne peut trouver le bonheur et la sécurité qu'à la condition de sentir son appartenance au groupe dans lequel il travaille ; ce sentiment lui paraissait s'être exprimé au mieux dans les corporations médiévales et les sociétés primitives. Mayo. I.

Mayo

L'expérience Hawthorne Les ateliers Hawthorne de la Western Electric comportent environ 29000 personnes dans des usines de la banlieu de chicago. On y fabrique tout ce qui concerne les téléphones. Tous les corps de métier et les catégories socio-professionnelles y sont représentés. Malgré des conditions de travail satisfaisante (salaires supérieurs à la moyenne, restaurant d'entreprise, infirmeries et hôpital, etc.) et bien que les salariés se disent satisfait, les signes de mécontentement comme l'absentéisme, le freinage, la mauvaise qualité de production étaient nombreux.

La direction décida de faire un effort sur l'amélioration des conditions de travail, en commençant par l'éclairage tout en vérifiant son lien avec la productivité. On observa que l'amélioration des conditions matérielles du groupe test avait tendance à faire progresser la productivité. II. Deux facteurs apparaissent avoir joué un rôle important lors de ces expériences :

Michel Crozier. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Michel Crozier

Pour les articles homonymes, voir Crozier. Michel Crozier est un sociologue français, né le à Sainte-Menehould (Marne) et mort le à Paris. À partir de 1999, il est membre de l'Académie des sciences morales et politiques (élu au fauteuil de François Lhermitte). Biographie[modifier | modifier le code] L'analyste des organisations[modifier | modifier le code] Après un diplôme HEC Paris et une Licence en Droit en 1949, Michel Crozier part sur le terrain aux États-Unis pour étudier les syndicats. 14 mois d'études lui donnent le goût de l'enquête et du travail sur le terrain. Revenu en France, il publie les résultats de son enquête, passe un doctorat en droit et entre au CNRS avec pour projet d'étudier « pourquoi les employés n'ont pas la conscience de classe que leur suppose la théorie marxiste ? Gareth Morgan (author)

Born in Porthcawl, Wales, Morgan took his grammar school education in Bridgend, Wales and studied at the London School of Economics and Political Science, graduating with a BSc in economics.

Gareth Morgan (author)

He then worked as an accountant in the British Public Service, becoming a Chartered Member of the Institute of Public Finance in 1968. Aims1997 1068.