background preloader

Systéme de santé

Facebook Twitter

Sans titre. Dépenses en médicaments : le Québec devance toujours le Canada. 21 juin 2010 | Cory Cowan | Commenter Alourdies par l’utilisation de médicaments phares pour le traitement de maladies chroniques courantes, les dépenses en médicaments sur ordonnance au Canada ont affiché des taux d’augmentation supérieurs à 10 % au début des années 2000.

Dépenses en médicaments : le Québec devance toujours le Canada

Comment définir une position progressiste sur les transferts canadiens en santé ? L’actuel débat sur les transferts fédéraux de santé accapare beaucoup d’attention.

Comment définir une position progressiste sur les transferts canadiens en santé ?

Et pour cause, les sommes en jeu sont considérables, elles soulèvent des questions idéologiques importantes, et les confrontations entre Ottawa et les provinces sur cet enjeu donnent parfois l’impression de dater du paléolithique. Le nœud du problème actuel provient de la décision unilatérale du gouvernement conservateur de réduire à 3% la croissance annuelle des transferts fédéraux aux provinces pour la santé. Médecins québécois pour le régime public —­­­ Publications. Comment définir une position progressiste sur les transferts canadiens en santé ? CHC » Kiosque en ligne – partage de son expérience. Centre justice et foi, activités publiques.

​Solidarité avec Haïti.

Centre justice et foi, activités publiques

Suite au passage de l’ouragan Matthew, Haïti a besoin d’aide d’urgence. Nous pouvons envoyer des dons via : Le Bureau des Missions jésuites, via PayPal ou par chèque libellé à Bureau des Missions jésuites (25 Jarry Ouest, Montrél, QC, H2P 1S6 Développement et Paix-Caritas Canada, qui a lancé une campagne majeure pour Haïti. Projection, suivie d’un débat, du documentaire La tourmente grecque II, qui enquête sur la situation de la Grèce. Face au fait que le gouvernement de Syriza s’est finalement plié aux exigences des institutions de la zone euro, en dépit du « Non » massif que les Grecs ont manifesté lors du référendum, le film essaie d’expliquer cette décision, tout en se demandant en quoi une alternative était possible. ​ Jeudi, le 27 octobre de 17 h à 19 h 30 au Centre St-Pierre Actvitié organisée par le Centre de formation populaire, en collaboration avec le Centre St-Pierre et le Réseau pour un discours alternatif en économie.

Plus d’informations. CSBE Communiqué Panier services Voix Citoyenne. Les Québécois entre drogue, dépression et obésité. De plus nombreux Québécois sont obèses, accros aux drogues ou en détresse psychologique qu’en 2008, révèle l’enquête sur la santé de la population québécoise, réalisée en 2014-2015, par l’Institut de la statistique du Québec.

Les Québécois entre drogue, dépression et obésité

Dans le cadre de cette enquête, 45 760 personnes âgées de 15 ans ou plus, réparties dans 17 régions du Québec, ont répondu par téléphone ou par Internet à un questionnaire portant sur leurs habitudes de vie et leur état de santé physique et mentale. La compilation des données a montré que le nombre des Québécois en détresse psychologique s’est accru depuis 2008 et que ce sont surtout les femmes, plus précisément les jeunes femmes, qui sont affectées. En 2015, 33 % des Québécoises se situaient au niveau élevé de l’échelle de détresse psychologique, contre 24 % des hommes.

L’économie : le malade imaginé. Ce qui surprend dans ce reportage, aussi pertinent et instructif soit-il, c’est le fait que le phénomène relaté soit qualifié d’épidémie.

L’économie : le malade imaginé

Le mot a peut-être été choisi au hasard ; il n’en demeure pas moins que ce choix révèle la manière dont nous appréhendons couramment diverses réalités socioéconomiques, soit comme des phénomènes d’ordre naturel ou physique. Selon cette perspective fort répandue, la pauvreté est ainsi une maladie que l’on « attrape », par manque d’éducation par exemple. L’économie peut quant à elle être « malade du pétrole » ou accroc aux énergies fossiles comme d’autres s’entichent de la drogue ou de l’alcool.

« Allez donc voir ailleurs... » Dernièrement, j’ai eu la chance de jaser un brin avec une sympathique travailleuse sociale du CLSC de la région.

« Allez donc voir ailleurs... »

Elle faisait suite à une demande d’aide que j’avais placée avec l’aide de mon médecin, quelques semaines plus tôt. Je vous épargne les détails, mais l’échange qui suivit fut constructif, agréable, rassurant. Elle prenait le temps… Jusqu’à ce qu’elle n’ait plus le temps. Médicaments : plus efficaces chez les hommes que chez les femmes. Les médicaments soignent mieux les hommes que les femmes.

Médicaments : plus efficaces chez les hommes que chez les femmes

C'est ce que révèle une enquête publiée dans le mensuel Science & Vie du mois d'août. Par exemple, l'organisme féminin élimine moins vite les somnifères et autres psychotropes (antidépresseurs, anxiolytiques, etc.) que celui des garçons, il réagit à une demi-dose de vaccin contre la grippe alors qu'il faut une dose pour les hommes, l'aspirine prévient surtout l'infarctus chez eux tandis qu'il protège plutôt le cerveau et de l'AVC chez elles... Ce médicament « devrait donc être prescrit différemment selon le sexe et le type de pathologie encourue », indique le magazine.

Une différence de métabolisme En cause, la différence de métabolisme entre les deux sexes. Une étude menée en Allemagne sur 25 000 patientes montre que quel que soit le médicament, les femmes ont deux fois plus d'effets secondaires que les hommes. Des tests cliniques surtout masculins. Quand les médicaments menacent la santé des femmes. Avant leur mise en marché, les médicaments sont testés sur des animaux de laboratoire, puis sur des humains.

Quand les médicaments menacent la santé des femmes

Dans les deux cas, les femelles et les femmes demeurent largement sous-représentées, quand elles ne sont pas carrément exclues des recherches scientifiques. Une omission qui met chaque année la santé de millions de femmes à risque. Les entreprises de l’industrie. Le secteur des industries des produits pharmaceutiques et biotechnologiques du Québec compte environ 172 entreprises ce qui représente 17 000 emplois.

Les entreprises de l’industrie

Le secteur se divise en trois grands sous-secteurs composés des entreprises pharmaceutiques innovatrices et génériques, des entreprises de biotechnologie en santé animale et humaine, en agroalimentaire et nutraceutiques, en environnement et biomatériaux, des centres de recherche clinique ainsi que des fabricants d’ingrédients actifs. Pharmaceutique innovatrice Les entreprises pharmaceutiques innovatrices ont pour la plupart leur siège social mondial hors du Canada.

Elles opèrent dans différents types activités tels : la recherche fondamentale, le développement de produits, la recherche clinique, la synthèse chimique, la fabrication et la mise en marché de produits d’ordonnance et de médicaments en vente libre. Entreprises - INNOVATRICES. 160605 bullinfo. Les médecins mieux rémunérés pour les patients vulnérables. Québec modifiera la rémunération des médecins pour favoriser les visites à domicile pour les patients les plus vulnérables, au détriment des autres.

Les médecins mieux rémunérés pour les patients vulnérables

Alors que le tarif d’une visite à domicile pour un patient en perte considérable d’autonomie passera de 85 à 127 $, il diminuera légèrement pour les autres, confirme la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), qui a négocié cet arrangement avec le ministre de la Santé et des services sociaux Gaétan Barrette. Si sur place une deuxième personne nécessite un examen, souvent le conjoint, le tarif passe de 66 à 98 $ la visite. L’enveloppe globale de rémunération des médecins qui font des visites à domicile augmentera, passant de 25 à 30 millions de dollars, affirme la FMOQ, qui y voit une mesure positive pour les patients qui en ont le plus besoin. Un service victime de la nouvelle grille tarifaire.

À Saguenay, le service Jonquière-Médic, qui effectue plus de 11 000 visites médicales « d’urgence » à domicile par an, est en péril. La raison ? Les délais pour le transfert des ressources jugés irréalistes. Coincés par l’échéancier que leur impose le ministre de la Santé, près d’une dizaine de directeurs de centres de santé et de services sociaux (CISSS et CIUSSS) ont décidé de repousser le calendrier ministériel de transfert de personnel vers les Groupes de médecine de famille (GMF), et ce, même si Gaétan Barrette assure n’avoir donné aucune directive en ce sens. « On a affaire à des humains », ont répété, tour à tour, les porte-parole de la dizaine de CISSS et CIUSSS que Le Devoir a contactés jeudi. Par cette affirmation, ils tentaient de justifier les retards qu’ils accumulent dans le transfert de ressources des CLSC vers les GMF. Parce qu’il considère que les CLSC ont failli à leur mandat d’offrir des services de première ligne, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a annoncé en mars qu’il forcerait le transfert de professionnels des CLSC — surtout des travailleurs sociaux — vers les GMF.

Des délais allant jusqu’à un an Un recul du ministre ? Qui se préoccupe des services sociaux à Québec ? Claude Leblond Travailleur social, président de l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec En avril dernier, nous demandions une rencontre avec le ministre de la Santé et des Services sociaux, M.

Gaétan Barrette, afin de faire le point avec lui sur un ensemble de situations qui mettent en péril l’accessibilité, la quantité et la qualité des services sociaux généraux offerts par le réseau public de santé et de services sociaux. Qui se préoccupe des services sociaux à Québec ? Ma place en santé, j’y tiens ! – Confédération des syndicats nationaux (CSN) Depuis deux ans, notre réseau public de santé et de services sociaux est mis sous pression comme jamais. En plus des compressions budgétaires et des politiques d’austérité, les réformes lancées par le gouvernement Couillard menacent l’universalité et l’accessibilité à des services publics de qualité. Le mystère des frais imposés aux patients.

Notre système de santé est gratuit, mais les médecins facturent tout de même beaucoup de frais à leurs patients, selon les circonstances. Combien ? C’est LA question, pourtant fondamentale, à laquelle personne ne peut vraiment répondre. Quand je dis personne, je veux dire ni Gaétan Barrette, ni la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), ni même le Vérificateur général (VG), qui vient pourtant de déposer un rapport étoffé sur le sujet. Barrette et « l’échec » des CLSC. Le ministre Barrette vient de décréter avec son arrogance habituelle que les CLSC sont un échec. Sur quelles études et analyses base-t-il un jugement aussi catégorique? La faiblesse de son argumentation nous rappelle étrangement la maxime qui dit que « qui veut noyer son chien l’accuse de la rage ».

Les GMF recevront deux fois plus par patient. Favorisés par le ministre Barrette pour augmenter l’accès à un médecin pour la population, les groupes de médecine de famille (GMF) récolteront en moyenne le double en financement public, incluant les ressources financières et humaines. Y a-t-il de la place au Québec pour des cliniques dirigées par des infirmières? Santé. L’arrogance ne séduit pas. Il y a un peu plus de dix ans, La Grande Séduction était à l’affiche dans les salles de cinéma du Québec. Ce film raconte l’histoire de Dr Christopher Lewis, que les habitant·e·s d’un village de la Côte-Nord tentent de séduire bien que ce dernier semble davantage attaché à la débauche montréalaise qu’au proverbial serment d’Hippocrate...

Il est navrant de constater que le personnage arrogant du Dr Lewis rejoint l’image que plusieurs se font aujourd’hui des médecins québécois. Les dessous de la poursuite contre Ottawa pour interdire les frais accessoires en santé. Les frais accessoires échappent à tout contrôle, dénonce le VG. Il l'a présenté au ministère de la Santé et des Services sociaux pour que celui-ci puisse le commenter, comme le veut la règle, il y a deux semaines.

Le ministre Gaétan Barrette a annoncé la semaine dernière qu'il entend finalement abolir les frais accessoires plutôt que de les encadrer. Des professionnelles de CLSC lancent un cri du coeur. Au bout du rouleau. Moins d'infirmières, plus de morts? Comment la santé est devenue un enjeu géopolitique, par Dominique Kerouedan. En 2000, cent quatre-vingt-treize Etats membres de l’Organisation des Nations unies (ONU) et vingt-trois organisations internationales se fixent huit Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) : atteindre, d’ici à 2015, des « niveaux de progrès minimum » en matière de réduction de la pauvreté, de la faim, des inégalités, et d’amélioration de l’accès à la santé, à l’eau potable ainsi qu’à l’éducation (lire « Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) relatifs à la santé »).

Frais accessoires - Recours judiciaire pour forcer le gouvernement fédéral à faire cesser la.