background preloader

Auteurs

Facebook Twitter

Eric et Georgette de Grolier. Eric & Georgette,1930,DE GROLIER,1899 : naissance à Bourg-la-Reine (naît Ocasiano)Jeunesse à Bucarest (son père est Roumain)1926 : revient en France et suit des cours à l'Ecole américaine des bibliothécaires de la rue de l'Elysée,UN COUPLE MILITANTAU SERVICE DE L'USAGER,GEORGETTE,1932,1933,Source,MISSIONS ETPREOCCUPATIONS,Militants, précurseurs, et pourtant méconnus,ERIC,1911 : naissance à Paris1927 : est apprenti libraire à la librairie Joseph Gibert1929 : diplômé des cours d'éditions et de librairie du Cercle de la librairie,BBF,PARADOXE,Aller plus loin,1930 : mariage ; 1959 : divorce,ABP,1936,ADLP,Revue du livre,Intérêt pour le développement de la lecture publique alors qu'aucun des deux n'a de forte expérience professionnelle dans ce domaine.Peu de reconnaissance en France dans les mondes de la bibliothèque et de la documentation ; reconnaissance internationale (Etats-Unis surtout).

EUGENE MOREL by dounia.georgeon on Genial.ly. Jean Meyriat. Fiche de lecture Lucie Galland. Fiche de lecture Chloé. Fiche de Lecture Les métamorphoses de la distinction Dounia. Danah boyd C'est compliqué. Fiche de lecture Genre et SIC Marilyne Minassian. Fiche de lecture Manon Lefebvre (cyber)harcèlement de Bérengère Stassin 2. Fiche de lecture Jacqueline Deschamps.

Fiche de Lecture Histoire de la société de l'information Ronald. Fiche de lecture. Fiche de lecture MERZEAU Louise - Twitter, machine à faire et défaire l'autorité. Guibert natacha fiche lecture. Fiche de lecture JEANNERET par H. Coppel. Fiche de lecture Sylvie Octobre, Deux pouces et des neurones. Fiche de lecture Cultures de l'information_Vincent Liquete et co_ Jonas Alleaume. Compte rendu de lecture Eleonore Manouvrier Grandir connectés Anne Cordier. Folksonomies. Le terme de folksonomie est apparu récemment sur le web pour désigner le phénomène d’indexation des documents numériques par l’usager. On rencontre également fréquemment le mot tag qui désigne en quelque sorte un mot-clé. Le terme de folknologie est aussi employé, mais plus rarement. L’usage du mot folksonomie semble donc plus opportun. L’architecte de l’information Thomas Vander Wal a forgé ce terme en combinant la taxinomie (règles de classification, taxonomy en anglais) et les usagers (folk).

Ce phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur avec l’avènement des nouvelles technologies du web, dites « web 2.0 », qui donnent plus de possibilités d’expression à l’internaute. Le phénomène est-il durable ou n’est-ce qu’un effet de mode ? Caractéristiques Les folksonomies constituent la possibilité pour l’usager d’indexer des documents afin qu’il puisse plus aisément les retrouver grâce à un système de mots-clés. L’ouverture d’esprit caractérise la folksonomie, comme le web 2.0.

Conclusion. Qu’est-ce qu’un document numérique au 21è siècle ? Exercice de repérages. En entrant dans l’ère du numérique, le document a connu un grand nombre de mutations qui se sont traduites au cours de ces trente dernières années par une transformation de son rapport à la technique, l’apparition d’enjeux de société inédits et l’explosion de nouveaux métiers sur le marché de l’emploi. En passant d’une logique de stock à une logique de flux, Les technologies de gestion documentaire traitent le document dans un ensemble où il est en relation avec d’autres documents : l’information dont il est porteur en termes de métadonnées sur lui-même devient centrale et indispensable à la navigation sur le Web, au-delà ou indépendamment de l’intérêt de son contenu.

La dimension sociale du document est devenue prépondérante à l’heure de la sociabilité connectée et de la recommandation sociale. Pour finir, toutes ces mutations ont eu des répercussions considérables sur le marché des métiers documentaires. Exercice de repérages en trois boucles. Qu’est-ce qu’un document numérique ? Anne Cordier : biographie, actualités et émissions France Culture. Antonio casilli | Antonio A. Casilli - Part 26. Le sociologue Antonio A. Casilli (EHESS, Paris), auteur de Les liaisons numériques, vers une nouvelle sociabilité ? Paru aux éditions du Seuil le 2 septembre 2010, évoque dans une entrevue au Monde le changement de forme des relations sociales introduit par les technologies de l’information et de la communication. « Ces technologies nous aident à mieux maîtriser notre “positionnement social”. Il y a une ambition d’usage des technologies qui va dans ce sens, qui a pour but de moins subir notre positionnement primaire au profit d’un positionnement de choix », explique-t-il.

Cet entretien, réalisé par Hubert Guillaud, a été initialement publié dans le portail d’actualité InternetActu. Internetactu – A l’occasion de la parution des Liaisons numériques, vers une nouvelle sociabilité ? Danah boyd : Ce qu’implique de vivre dans un monde de flux. A la Web 2.0 Expo qui se tenait mi-novembre à New York, la sociologue danah boyd a, comme à son habitude, fait une brillante présentation sur les conséquences qu’il y a à vivre dans un monde de flux, notamment en commençant à en dresser la liste des limites.

Explorons dans ses pas – partiellement, mais fidèlement -, son « Streams of Content, Limited Attention : The Flow of Information through Social Media » (Flux de contenus, attention limitée : le flot d’information dans les médias sociaux). Image : danah boyd sur scène à la Web 2.0 Expo à New York en novembre 2009, photographiée par James Duncan Davidson.

Vivre dans des flux Nous vivons dans des flux, comme l’expliquait Nova Spivack, c’est-à-dire dans un monde où l’information est partout. « Cette métaphore est puissante », rappelle danah boyd. « L’idée suggère que vous viviez dans le courant : y ajoutant des choses, les consommant, les réorientant. » 4 fausses idées sur la révolution numérique 1. 2. 3. 4. Inattention ? Hubert Guillaud. Broadcast Yourself. Les digital humanities selon Nicolas Thély. #EEfaussesinfos | Littératies et évaluation de l’information | Olivier Le Deuff. Pour une éducation critique au monde numérique 4/4. Pour une éducation critique au monde numérique 3/4. Pour une éducation critique au monde numérique 2/4. Pour une éducation critique au monde numérique 1/4.

Entretien : Louise Merzeau - Mémoire et oubli 2/3. Entretien : Louise Merzeau - Mémoire, net et vérité 3/3. Serge Tisseron - Apprivoiser les écrans et grandir. Quand internet change la donne - de Hervé LE CROSNIER. YouTube. Dans le labyrinthe : l'évaluation de l'information sur internet. Danah Boyd "It's Complicated" Sandrine Fouillé / Olivier Ertzscheid - Tout numérique vs digital detox : où mettre le curseur ? Joël de Rosnay : l'infobésité. Apprendre ensemble à Grandir Connectés par Anne Cordier. Broadcast Yourself. Identité, mémoire, document : redocumentariser nos traces. Alexandre Serres Dans le labyrinthe. Les lecteurs du BBF connaissent déjà Alexandre Serres, qui avait écrit un article sur la même thématique dans un dossier consacré à la formation des usagers 1.

Maître de conférences à l’Urfist de Rennes, il consacre ses travaux à la culture informationnelle, dans un contexte numérique notamment. Les ouvrages consacrés à internet ne manquent pas, de qualité souvent inégale. Disons-le tout de suite : le présent opus se distingue particulièrement par sa rigueur, sa qualité d’écriture, sa force de conviction et ses vertus pédagogiques. Nous connaissons tous les analyses hâtives sur l’« infobésité », sur les bienfaits ou méfaits de Wikipedia, et autres poncifs.

Alexandre Serres reprend les questions à la base, en se focalisant non sur internet, mais sur cette question bien plus centrale de l’évaluation de l’information (en environnement numérique ici). La question des compétences informationnelles des jeunes se révèle beaucoup plus riche. Entretien avec Olivier Le Deuff. À l’occasion de sa venue à l’ESPE d’Aquitaine, Olivier Le Deuff a accepté d’être interviewé par les Chatdocs. Maître de conférences à l’Université de Bordeaux Montaigne, Olivier Le Deuff est aussi responsable du DUT Information Numérique dans les organisations et chercheur au laboratoire MICA.

Nous vous proposons des capsules vidéos de cet entretien. 1/ Enseigner les literaties dans un environnement numérique en constante évolution. Cette capsule concerne un article (Littératies informationnelles, médiatiques et numériques : de la concurrence à la convergence ?) , indiqué en références. 2/ Former à l’identité numérique. Cette capsule concerne un chapitre d’ouvrage (Identité numérique, Vers une formation aux écritures et au souci de soi ?) 3/ Humanités digitales. 4/ Réforme du bac : les humanités numériques et scientifiques. Références : Bush, Vannevar. « As we may think ». Le Deuff, Olivier. « Littératies informationnelles, médiatiques et numériques : de la concurrence à la convergence ?

La documentation dans le numerique - Olivier Le Deuff. Leçon 1. La culture de l’information ne peut être considérée comme une tendance passagère. L’objectif de notre recherche doctorale était de parvenir à distinguer, parmi les discours et les articles, des éléments pour tenter d’apporter des éclaircissements sur une expression qui est utilisée dans différents domaines professionnels et parfois de manière opposée. Il y avait donc un danger, celui d’ajouter à la somme des discours, un autre qui soit aussi vague et aussi péremptoire que les affirmations de la société de l’information. Nous avons vu à plusieurs reprises que les textes sur la formation à l’information opèrent parfois des rapprochements avec les expressions « société de l’information », « web 2.0 » et « digital natives ». On ne peut éviter leur examen.

Nous décrivons donc la culture de l’information, non comme une simple tendance, mais davantage comme une « permanence », en retraçant sa généalogie. La culture de l’information s’appuie ainsi sur plusieurs « permanences » : [3]B. Leçon 2. Suite de la série de l’année 2012, bon ce ne sera pas aussi fun que Californication, mais voici le second épisode.

Pour rappel le premier est ici. Il est tentant de considérer la culture de l’information comme une forme de culture générale. La culture de l’information se distingue des discours globalisants de la société de l’information qui procède surtout par uniformité des moyens techniques employés et des usages requis. Les discours de la société de l’information, qui considèrent l’individu d’abord comme un consommateur ou un usager, privilégient une uniformité voire un mimétisme dans les dispositifs.

La culture de l’information procède de manière inverse avec des éléments communs, en ce qui concerne la formation plus particulièrement, de afin que les individus puissent se constituer de manière non-conforme. La culture de l’information repose ainsi sur le partage de valeurs communes. 1. Leçon 3. Leçon 4. Suite de la série hiémale sur la culture de l’information. Pour rappel, l’épisode 1 est ici, le second est là , le troisième ici et le précédent est là. Une des principales difficultés réside dans le fait de savoir de quelle information, il s’agit au sein de la culture de l’information.

A priori, l’adjonction des deux termes parait presque antithétique avec une culture inscrite dans la durée et une information souvent perçue comme éphémère. Il convient donc de clarifier la notion d’information en la regardant dans une perspective historique plus large et différente de celle qui assimile l’information à des simples flux ou à de brèves nouvelles issues des médias. En premier lieu, il convient de rappeler la prise de forme qui s’effectue dans l’information. La notion de forme doit être remplacée par celle d’information, qui suppose l’existence d’un système en état d’équilibre métastable pouvant s’individuer : l’information, à la différence de la forme, n’est jamais un terme unique.[1]

Leçon 5. Leçon 6. Le printemps arrive. Il est temps d’achever notre série sur la culture de l’information. Voici l’épisode 6. Le sujet n’est pas nouveau tant je l’ai plusieurs fois évoqué notamment sur le blog. Un épisode somme toute logique et qui arrive à point avant l’épisode final. Pour rappel, l’épisode 1 est ici, le second est là , le troisième ici , le quatrième puis le cinquième. Nos recherches ont placé de manière centrale la question technique au sein de l’examen de la culture de l’information. . – La première raison provient du fait que la formation à l’information tend à se confondre fréquemment à la formation à des techniques ou plutôt à l’usage de dispositifs techniques comme les bases de données et les moteurs de recherche.

. – La seconde vient de la désignation de jeunes générations comme vivant dans un milieu numérique, « peuplé » d’objets techniques communicationnels. Il en résulte deux oublis paradoxaux, voire deux impensés. Leçon 7. Fin de série. Voici le dernier épisode de la série. l’épisode 1 est ici, le second est là , le troisième ici , le quatrième puis le cinquième et le sixième.

La culture de l’information repose sur des hypomnemata qui présentent un caractère double. La formation aux objets techniques notamment numériques constitue une piste intéressante afin de montrer aux élèves les possibilités pédagogiques et les potentialités de construction. Les blogs peuvent ainsi constituer de possibles supports d’apprentissage et des réponses aux usages domestiques qui sont souvent ludiques voire mimétiques et basés sur le besoin d’affirmation. Le besoin d’information demeure souvent inconscient et la priorité notamment des jeunes générations se situe ailleurs dans des démarches de reconnaissance et d’inscription au sein de groupes. Ce genre de description nous fait demeurer dans une vison tantôt technophile, tantôt technophobe. Prochaine série… sans doute sur le Learning Center…. Publications de Olivier Le Deuff. Article serres ledeuff outils de recherche. 38art ledeuffpreprint. Dominique Cardon : "Le web est plus riche que les seules plateformes de réseau social"

Dominique Cardon, sociologue, spécialiste de l'usage des réseaux sociaux, est l'invité de Nicolas Demorand à 8h20. Au lendemain de la comparution de Facebook au tribunal de Paris suite à un litige l'opposant à un utilisateur ayant vu son compte supprimé suite à la publication de "l'Origine du monde"(tableau de Gustave Courbet), Dominique Cardon, sociologue, spécialiste de l'usage des réseaux sociaux, répond aux questions de Nicolas Demorand sur l'impact des algorithmes dans notre usage des réseaux sociaux et la diffusion des fake news.

"Plus nous interagissons avec nos amis, plus les infos que nous partageons seront visibles entre nous, mais ces conversations prioritaires ne rapportent pas beaucoup d'argent" explique Dominique Cardon : Du coup, explique le sociologue, le modèle économique de Facebook est à l'intérieur de "l'expérience utilisateur" : "Facebook a fait rentrer dans l'algorithme des infos qui font beaucoup de 'like', qui sont un modèle économique profitable (...) Thèses des principaux auteurs en SIC et SE. Mundaneum | Mundaneum. Henri La Fontaine (1854-1943) Robert Escarpit. Bbf folksonomies (le deuff) Pedauque3 V4. Olivier Le Deuff (2014). Identité numérique. Vers une formation aux écritures et au souci de soi? Milad Doueihi : Qu'est-ce que le numérique ? - Quoi de neuf Doc ? J’ai testé PowToon sur la présentation de l’ouvrage « Qu’est-ce que le numérique » de Milad Doueihi.

Voici le lien vers la présentation, également visible ci-dessous. Pas lisible sur tablette et version freemium. Je vous propose également une version une version rédigée, article, ci après . Source photo : France Culture Né en 1959, Milad DOUEIHI est historien philosophe des religions, chercheur et enseignant en cultures numériques : – titulaire de la Chaire de recherches sur les cultures numériques de l’université Laval (Québec), – titulaire de la Chaire d’humanisme numérique à l’université de Paris-Sorbonne (Paris-IV).

D’après l’encyclopédie collective Wikipédia : Milad Doueihi s’est intéressé depuis quelques années à l’évolution de la société avec le numérique. En guise d’introduction à « Qu’est-ce que le numérique », regarder le commentaire de l’auteur pour la Librairie MULLAT sur Youtube (1.49min) Thèse de l’auteur, Milad DOUEIHI. Alexandre Serres. Alexandre Serres est Maître de conférences en Sciences de l'Information et de la Communication, co-responsable de l'URFIST de Rennes, Université Rennes 2, Président de l'Association du Réseau des URFIST. Parlez-nous de vous… Qu'est-ce qui vous a amené à vous spécialiser dans les sciences de l'information et de la communication ?

Quel chemin vous y a conduit ? Alexandre Serres : Je suis venu aux Sciences de l'information et de la communication « de l'intérieur » pour ainsi dire, plus exactement du monde de la documentation, l'un des domaines professionnels liés aux SIC. J'ai travaillé d'abord pendant une dizaine d'années (dans les années 80) dans le réseau CNDP, où j'ai découvert et apprécié, dans un CDDP (Centre Départemental de Documentation Pédagogique), toute la richesse et l'importance de la documentation pédagogique à destination des enseignants.

Les SIC sont vastes… Comment et où vous situez-vous ? Alexandre Serres : Il est vrai que les SIC sont très larges, très diverses. CV HAL : Publications d'Alexandre Serres. Un exemple de translittératie : l'évaluation de l'information sur internet / E-dossier de l'audiovisuel : L'éducation aux cultures de l'information / E-dossiers de l'audiovisuel / Publications / INA Expert - Accueil - Ina. Olivier Le Deuff (@neuromancien) | Twitter. Savoirs CDI: Interview d'Olivier Le Deuff, enseignant-documentaliste-chercheur. Danah boyd. Danah boyd, anthropologue de la génération numérique. Grand entretien avec danah boyd. Danah Boyd. Danah boyd | apophenia.

C & F Éditions. Biographies. Du Tag au Like - Olivier Le Deuff. Du Tag au Like - La pratique des folksonomies.... Olivier Le Deuff - Decitre - 9782916571829. Leçon 2. Leçon 1. Leçon 3. Leçon 4. Leçon 5. Leçon 6. Dossier Penser l'école à l'ère du numérique. Jean-Philippe Accart: site dédié aux professionnels de l'information-documentation. Références (par auteur) — WikiNotions.

Le document: communication et mémoire. Pour une théorie du document : entretien avec André Tricot. Jean-Michel Salaün, Vu, lu, su. Les architectes de l'information face à l'oligopole du Web. Vu, lu, su et consolidation du nouvel ordre documentaire – Introduction à l'architecture de l'information. JM Salaün Une approche documentaire du web 2011. Paul Otlet. Paul Otlet : le visionnaire de la bibliologie texte extrait du Traité de documentation - Le livre sur le livre.

Melvil Dewey (1851-1931) Les penseurs de l'information, de la documentation et de la pédagogie. Melvil Dewey. A propos de Suzanne Briet: Qu'est ce que la documentation?