background preloader

Vie quotidienne

Facebook Twitter

What ‘Good’ Dads Get Away With. La santé n’est pas étrangère au genre. La santé n’est pas étrangère au genre.

La santé n’est pas étrangère au genre

Quand la «neutralité» grammaticale rend les femmes invisibles. Le 12 janvier, Marc-Antoine Gervais publiait, en ces pages, une lettre ouverte condamnant les « radicaux » de l’écriture non sexiste (« Confusion entre genre grammatical et sexe », Le Devoir).

Quand la «neutralité» grammaticale rend les femmes invisibles

Il reproche à ces personnes de féminiser leurs textes en écrivant, de pair, le masculin et le féminin, par exemple « les infirmiers et les infirmières » plutôt que « les infirmiers ». À son avis, « l’intelligibilité de leur discours en fait les frais ». Dans l’intérêt des lecteurs et des lectrices du Devoir, il convient de rectifier certaines mécompréhensions de l’auteur sur la langue et de défendre une écriture inclusive des femmes. L’étudiant en droit tente de réécrire les règles de la grammaire française de manière à nier l’existence du genre masculin.

Le partage des tâches, enjeu féministe primordial : « Et toi, concrètement, comment tu fais ? » Ben je fais comme ça. Comme un mec, oui » En matière de féminismes, il y a les combats publics, « La Cause », « Les Luttes », toutes ces prises de position relativement visibles et « théorisables », dirons-nous, mais il y a aussi (et je suis tentée de dire « surtout ») les combats féministes du quotidien, qui sont tout aussi importants, tout aussi rudes à mener.

Le partage des tâches, enjeu féministe primordial : « Et toi, concrètement, comment tu fais ? » Ben je fais comme ça. Comme un mec, oui »

Le partage des tâches est l’un de ces combats, et pas des moindres à mon sens. Parce que quand on a fini de poser certaines évidences, notamment l’inégalité persistante de la répartition des tâches ménagères au sein du couple hétéro-patriarcal et la nécessité de ne plus remercier quand on est « aidée », qu’est-ce qu’on fait, concrètement ? On fait ce qu’on peut, avec ce qu’on a. Situons le contexte : à première vue, je suis une espèce de « cliché de normalité ». Comment élever son fils pour qu'il ne devienne pas sexiste. C'est au moment de l’entrée à l’école que ça a lieu.

Comment élever son fils pour qu'il ne devienne pas sexiste

Ce petit garçon dont la première grande amie fut une fille et qui jouait indifféremment avec ses figurines "Reine des neiges" et "Livre de la jungle" se transforme en chantre de la masculinité. Son petit frère, encore à la crèche, une douceur toute ronde surnommée "pomme poussin", se met par mimétisme à crier "à l’attaque" et "à l’abordage" en dévalant les rues pavées et ne porte plus qu’un T-shirt Spider-Man heurtant. Ou l’autre, avec "un dragon feu". Le soir, l’aîné, en moyenne section de maternelle, vous raconte que lui et ses potes sont poursuivis dans la cour par une petite fille qui veut leur faire des bisous et qui chante du Balavoine, "Qu’est ce qui pourrait sauver l’amour" − pour déconcentrer leurs jeux de bagarre.

Quand on lui répond que cette petite fille a l’air d’être un génie, qu’elle mériterait un portrait en der de Libé, il entre dans une colère noire et lance des coups de pied en l'air (c’était pas la bonne réponse). Dès 6 ans, les filles se croient moins intelligentes que les garçons. Les enfants intériorisent dès l'âge de 6 ans les stéréotypes liés à leur genre, selon une étude publiée vendredi 27 janvier dans la revue"Science".

Dès 6 ans, les filles se croient moins intelligentes que les garçons

L'étude, menée par des chercheurs américains sur 400 enfants de 5 à 7 ans, montre que les filles, dès l'âge de 6 ans, ont moins tendance à considérer les femmes comme étant "très très intelligentes", que les garçons du même âge pour les hommes. Un des tests consistait à raconter aux enfants une histoire sur une personne "vraiment très intelligente", sans leur dire son sexe. Les enfants devaient ensuite dire s'il s'agissait selon eux d'un homme ou d'une femme. A 5 ans, garçons et filles attribuaient à part égale leur propre sexe comme étant celui du personnage "très intelligent". Tâches ménagères : les inégalités ont la vie dure. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Julia Pascual C’est une longue plongée dans le quotidien des Français et les inégalités de genre que publie, jeudi 29 octobre, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), dans un numéro spécial de sa revue Economie et Statistique.

Tâches ménagères : les inégalités ont la vie dure

Regroupant et analysant quatre enquêtes réalisées entre 1974 et 2010, des chercheurs portent un regard sur la façon dont les hommes et les femmes se répartissent les tâches domestiques. Comment la haine vint aux femmes. Avant même leur naissance, on prépare les futurs hommes et femmes à des rôles genrés.

Comment la haine vint aux femmes

Dés la vision échographique d'un pénis - ou d'une absence de pénis - , on imagine un prénom sexué, on achète jouets et vêtements qui le sont tout autant et on peint la chambre en fonction du genre qu'on souhaite pour son enfant. Dés lors, hommes et femmes sont préparés à leur future fonction dans la société et l'on se comporte différemment selon le genre de l'enfant ce qui façonne sans nul doute des façons différentes d'être au monde. Ainsi par exemple, les bébés filles sont nourries moins rapidement et moins longtemps, on n'attend pas les mêmes qualités d'elles que des garçons et l'on n'interprète pas de la même façon ce qu'elles expriment.

En crèche on va encourager la créativité des garçons et pousser les filles à adopter des comportements "comme maman". L'immense différence entre les rôles sociaux des hommes et des femmes est que ceux des hommes sont profondément valorisés et enviables. Sheryl Sandberg and Adam Grant on Why Women Stay Quiet at Work. Femmes et pauvreté : données statistiques. En France, comme dans la majorité des pays européens, le taux de pauvreté des femmes est légèrement supérieur à celui des hommes: 13,8% des femmes sont concernées contre 12,2% des hommes en 2008.

Femmes et pauvreté : données statistiques

Ce seuil de pauvreté correspondait en 2010 à 964 euros mensuels pour une personne seule. La moitié des personnes concernées vivent avec moins de 781 euros par mois. On peut étudier cette situation selon deux axes : - La pauvreté monétaire renvoie aux ressources du ménage. En 2010, la pauvreté monétaire touchait 14 % des personnes vivant en France soit 14,5% de femmes et 13% d’hommes. Elle touchait 33% des familles monoparentales. - La pauvreté économique est identifiée au niveau de l’individu dès lors que son revenu d’activité, en comprenant les indemnités de chômage ou de maladie, est inférieur au seuil de pauvreté. . - En raison de leur plus longue espérance de vie, les femmes sont plus souvent seules après 65 ans. Le masculin et le féminin.

Quand Virginia Woolf essaie de comprendre ce qui pousse tant d’hommes, et si différents, à vouloir écrire et légiférer sur les femmes, elle ne leur trouve qu’un point commun : ils ne sont pas des femmes.

Le masculin et le féminin

Et elle écrit, de son côté, Une chambre à soi. J’ai le bonheur de re-traduire ce joyeux livre, presque cent ans après sa première parution. Bien sûr, quand elle parle de son métier à elle, je traduis par écrivaine. Les attributs du pouvoir et leur confiscation aux femmes. Le genre et la parole. Partie 1 : l’occupation de l’espacePartie 2 : le temps de parole et le choix des sujets de conversation Partie 3 : l’expression de la colère Nous avons vu que les hommes – ou du moins les personnes masculines – occupaient plus d’espace que les personnes féminines. Nous allons voir maintenant comment se répartit le temps de parole entre les genres. Je vous renvoie d’emblée à cet article très intéressant « La répartition des tâches entre les femmes et les hommes dans le travail de la conversation » de Corinne Monnet.

Cependant, la plupart des références de l’article sont un peu anciennes (années 1970 et 1980) ; je vais donc tenter de les réactualiser dans cet article, et d’apporter des informations complémentaires. Avant de continuer plus loin, je voudrais expliquer les « règles du jeu » de la conversation, comme les ont définies Sacks H., Schegloff E. et Jefferson G. Soyez galant, ça rend les femmes bêtes. Pour beaucoup de femmes, la galanterie est souvent l’envers de la goujaterie.

Soyez galant, ça rend les femmes bêtes

Ont-elles tort de penser que ces marques d’attention sont une manière déguisée de les circonvenir ? D’amortir leur jugement critique ? De les convaincre de leur faiblesse ? Première expérience de galanterie«Lors d’un séjour d’études aux Etats-Unis, alors que j’avais 19 ans, le premier étudiant américain qui m’a demandé une "date" est venu me chercher dans sa voiture pour m’emmener au cinéma. Lorsque nous sommes arrivés, j’ai ouvert la porte et je suis sortie. NOIRABIE — La mondialisation du care. Délégation des tâches domestiques et rapports de domination. Par Caroline Ibos. La science plaide pour les sages-femmes. Le journal médical The Lancet livre, preuves scientifiques à l’appui, un plaidoyer sans précédent pour la pratique de sage-femme. Tant dans les pays riches que pauvres, elle permettrait de sauver des milliers de vies, mais aussi d’améliorer considérablement la qualité des soins offerts aux femmes et à leurs enfants. Dans un numéro consacré à cette question publié dimanche,le journal médical de réputation mondiale plaide pour un changement complet de paradigme.

On propose de passer d’une approche de soins « fragmentée », centrée sur le diagnostic et le traitement de pathologies, à une approche systémique qui offre des soins de qualité à toutes. Féminin trop singulier. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Catherine Vincent Quand la misogynie va se nicher jusque dans le dictionnaire, la féminisation des noms devient un combat.

Retour sur un siècle de polémiques. Enfin une liste blanche de soignantEs féministes ! La résidence des enfants chez les pères : les chiffres du ministère de la justice. Les actions spectaculaires de quelques pères séparés de leurs enfants se sont multipliées ces derniers mois. Ils montent sur des grues, escaladent les grilles d’un tribunal, occupent les cathédrales, manifestent… Ils veulent voir leurs enfants, partager leur joie et leur peine, tout simplement vivre avec eux, être à leur côté. Ces pères seraient-ils, comme ils le soutiennent, volontairement persécutés par une population de magistrats essentiellement féminine ? Non, bien entendu. Il est certainement certains magistrats plus enclins à confier un enfant à une femme, tout comme il existe probablement quelques juges prompts à désapprouver la vie de telle ou telle femme. Mais la réalité est autre.

Certes, la résidence chez la mère est très fréquemment prononcée. Au final, si l’on prend l’ensemble des demandes exprimées, l’étude révèle que, pour 58 % des enfants, les pères demandent que la résidence soit fixée chez la mère, pour 19 % en alternance et pour 15 % chez eux. Seven Studies That Prove Mansplaining Exists. Remember when Kanye West cut off Taylor Swift at the 2009 VMAs? As Swift launched into her acceptance speech for Best Female Video, West ran onstage and grabbed the mic away from her and said, “Taylor, I’m really happy for you, I’m gonna let you finish, but I’m sorry, but Beyoncé had one of the best videos of all time.” Horloge biologique: non vous n'êtes pas périmée à 30 ans. Si vous êtes une trentenaire, que vous n'avez pas encore d'enfant, vous avez sans doute déjà été confrontée à un discours fort répandu: «Grouille-toi de faire un gosse, il sera bientôt trop tard.»

Outre le fait que vous ne voulez peut-être pas d'un être brailleur qui anéantira vos grasses matinées, il se trouve que c'est faux. Il est loin d'être trop tard. Jean Twenge décrit dans The Atlantic son expérience. La stratégie du mauvais élève. Parler du féminisme et du genre à des enfants et des ados. [Enquête] Les pratiques urbaines nocturnes des femmes à Paris, un combat pour l’espace. Le partage inégal des « tâches ménagères » Féminisation de la langue: quelques réflexions théoriques et pratiques. Les personnes lisant régulièrement ce blog auront sûrement remarqué que j’essaie au maximum d’éviter d’employer le masculin universel (j’explique ci-dessous ce que j’entends par là).

Je voudrais tenter d’expliquer pourquoi (c’est le côté théorique) et surtout comment, par quelques réflexions liées à mon parcours sur cette question et à ma pratique comme féministe, blogueuse, mais aussi comme prof de français langue étrangère. Cette pratique est en évolution constante. The Case for Filth.