background preloader

Égalité homme femme

Facebook Twitter

Matilda. Hubertine Auclert. Hubertine Auclert en 1910 Les femmes arabes en Algérie, 1900.

Hubertine Auclert

Biographie[modifier | modifier le code] Premières années[modifier | modifier le code] Sa mère lui fournit également un exemple de « révolte à l'autorité établie » en se consacrant aux filles-mères (alors rejetées par leurs familles) pour les aider à trouver du travail[3]. Placée dans une pension de religieuses à l'âge de neuf ans à Montmarault[4], elle y suit tout son cursus scolaire ; son père meurt quand elle a 13 ans. Courte biographie de Olympe de Gouges. "Toupinoscope", les biographies de la Toupie Biographie d'Olympe de Gouges Marie Gouze est née à Montauban dans une famille modeste, d'un père boucher et d'une mère servante.

Courte biographie de Olympe de Gouges

La rumeur publique laisse entendre qu'elle est la fille naturelle du poète, le marquis Le Franc de Pompignan, et même qu'elle serait la "bâtarde" du roi Louis XV. En 1765, Marie Gouze se marie avec Louis Aubry, un officier de bouche de l’Intendant, avec qui elle aura, deux ans plus tard un enfant. Après la mort de son époux intervenue peu après, elle part avec son fils s'installer à Paris, ne voulant pas tenir son rôle de bourgeoise provinciale. Centre Hubertine Auclert. La suffragette française Les premiers mots sont empruntés à son biographe, Steven C.

Centre Hubertine Auclert

Hause. Hubertine Auclert, The French Suffragette (Yale, 1987) est le titre du livre qu’il lui a consacré. Dans le contexte politique de la Troisième République, ce qualificatif souligne d’emblée la singularité de cette femme. Tandis que ses contemporaines optent pour une stratégie des petits pas qui consiste à revendiquer d’abord l’égalité des droits civils, Hubertine Auclert milite en faveur des droits politiques des femmes. Pour remettre en cause la hiérarchie entre les sexes, il faut que les femmes participent à la décision politique, qu’elles prennent part à l’élaboration et au vote des lois.

Si aujourd’hui, cette revendication apparaît bien légitime, à l’époque, elle signe l’originalité de son parcours militant. Une Pionnière Tel est le terme le plus souvent associé à son nom. Lorsque de maigres progrès égalitaires voient le jour, elle s'engage pour de nouveaux droits ! Activiste (In)visible. Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne. Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne Septembre 1791 Préambule.

Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne

"C'est quoi le genre ?". "LA MECANIQUE SEXISTE" réalisé par Marine Spaak. Réussir l'égalité femmes-hommes - Les féministes pionnières. Historique du droit des femmes - Info femmes : CNIDFF - Centre National d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles - Le réflexe égalité. Nous vous proposons un bref rappel, sur les deux derniers siècles de l'évolution des droits des femmes. 1791 : Olympe de Gouges rédige la « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » 1792 : La loi permet le divorce par consentement mutuel 1804 : Le code civil prévoit que : « le mari doit protection à la femme, la femme doit obéissance à son mari » 1850 : Création obligatoire d’écoles de filles dans les communes de 800 habitants (loi Falloux) 1876 : Hubertine Auclert fonde la société Le droit des femmes qui soutient le droit de vote pour les femmes 1903 : Marie Curie reçoit le prix Nobel de physique 1920 : La loi assimile la contraception à l’avortement qui est considéré comme un crime 1924 : Uniformisation des programmes scolaires masculins et féminins et création d’un baccalauréat unique 1938 : Suppressions de l’incapacité juridique de la femme mariée.

Filles et garçons dans l’enseignement supérieur : des parcours différenciés. 9 mai 2014 - Les filles représentent 58 % des étudiants à l’université. 70 % d’entre elles sont en lettres ou sciences humaines, 40 % dans les filières scientifiques.

Filles et garçons dans l’enseignement supérieur : des parcours différenciés

Les filles ont investi les bancs des universités ces cinquante dernières années passant de 43 % des étudiants au début des années 1060 à 58 % au début des années 2010, selon le ministère de l’Education nationale [1]. Ce mouvement traduit le changement de la place des femmes dans notre société, amorcé dès l’Entre-deux-guerres. Pour autant, les parcours demeurent différenciés selon le sexe. Les filles constituent 84 % des étudiants des formations paramédicales et sociales, 70 % en lettres et sciences humaines à l’université contre moins de 40 % en sciences et Staps (sport).

Dans les classes préparatoires, elles sont ultra-majoritaires en sections littéraires (74 %) mais ne représentent que 30 % des filières scientifiques. Photo / © Andres Rodriguez - Fotolia. Les inégalités entre les femmes et les hommes en France. 17 janvier 2017 - Où en est-on des inégalités entre les femmes et les hommes ?

Les inégalités entre les femmes et les hommes en France

L’Observatoire des inégalités présente son tableau de bord. Les inégalités entre les femmes et les hommes en France : principaux indicateurs Les inégalités entre les hommes et les femmes se réduisent en matière d’éducation En France, les filles représentent 57 % des étudiants à l’université en 2015-2016 contre 43 % en 1960-1961. La situation s’est nettement améliorée ces cinquante dernières années pour elles. Femmes : existe-t-il un « plafond de mère » ? 17 novembre 2016 - Les inégalités de salaires entre les femmes et les hommes sont présentes dès le début de carrière.

Femmes : existe-t-il un « plafond de mère » ?

Statut parental, temps partiel, professions féminisées creusent les écarts au fil du temps. L’analyse de Xavier Molénat, reprise du site AlterEcoplus. Quel est le poids du sexe, du statut parental ou du degré de féminisation des professions sur les niveaux de salaires ? C’est ce qu’ont cherché à savoir Arnaud Dupray et Stéphanie Moullet [1] à partir de données sur les dix premières années de vie active d’individus sortis du système éducatif en 1998. Ils mettent en évidence l’existence d’un « plafond de mère » pour les femmes actives.

Les filles deviennent meilleures élèves que les garçons. 9 mai 2014 - Les filles ont de meilleurs résultats scolaires en français que les garçons.

Les filles deviennent meilleures élèves que les garçons

Au lycée, les garçons sont plus nombreux en filière scientifique qui conduit aux filières les plus sélectives de l’enseignement supérieur. Quel que soit le niveau au collège, les filles obtiennent de meilleurs résultats scolaires. 85,2 % d’entre elles maîtrisent les compétences de base en français à la fin du CE1 en 2014, selon le ministère de l’Education nationale [1], contre 78,3 % des garçons, soit 6,9 points d’écart. La parité en politique au niveau local face au plafond de verre. 8 mars 2016 - Trois femmes sont présidentes d’un conseil régional, six sont maires d’une ville de plus de cent mille habitants.

La parité en politique au niveau local face au plafond de verre

Malgré la parité, imposée par la loi, dans les assemblées locales, les exécutifs restent peu accessibles aux femmes. Depuis les élections municipales de 2014, la part de conseillères municipales est de 40,3 %, toutes tailles de communes confondues, contre 35 % en 2008. Elles représentent près de la moitié (48,1 %) des conseillers municipaux des villes de plus de 1 000 habitants soumises aux contraintes de la loi sur la parité [1], selon les données du ministère de l’Intérieur. Depuis mars 2015, avec la loi du 17 mai 2013 imposant la parité pour les élections départementales, la moitié des conseillers départementaux sont des femmes, contre 8,6 % en 1998. Au niveau régional, on compte 47,8 % de femmes conseillères depuis 2015 alors qu’elles n’étaient que 27,1 % en 1998.

L’inégale répartition des tâches domestiques entre les femmes et les hommes. 29 avril 2016 - En moyenne, les femmes consacrent trois heures trente par jour aux tâches domestiques, contre deux heures pour les hommes.

L’inégale répartition des tâches domestiques entre les femmes et les hommes

Un écart qui peine à se réduire. En moyenne, les femmes consacrent 3h26 par jour aux tâches domestiques (ménage, courses, soins aux enfants, etc.) contre 2h pour les hommes, selon l’Insee [1] (données 2010). A la maison, les hommes s’adonnent volontiers au bricolage (20 minutes quotidiennes contre 5 pour les femmes). Les inégalités de salaires entre les femmes et les hommes : état des lieux. 27 mai 2016 - Tous temps de travail confondus, les hommes gagnent 23 % de plus que les femmes. Près de 11 % des écarts de salaires entre les deux sexes sont inexpliqués et relèvent d’une discrimination « pure ».

Le salaire mensuel net moyen des hommes, pour un poste à temps plein, est de 2 410 euros en 2014, celui des femmes de 1 962 euros, soit un écart de 448 euros, presque un demi-smic. Les hommes perçoivent donc, en moyenne et en équivalent temps plein [1], un salaire supérieur de 22,8 % à celui des femmes (voir plus bas notre encadré méthodologique sur la façon de mesurer l’écart). Ou, ce qui revient au même, les femmes touchent en moyenne 81,4 % du salaire des hommes (1 962 divisé par 2 410), ou ont un salaire inférieur de 18,6 %.