background preloader

ENJEUX DOCUMENTAIRES

Facebook Twitter

Histoire de la documentation en France. L’histoire de l’émergence de la documentation en France dans la première moitié du XXe siècle n’a pas jusqu’ici suscité une littérature très abondante : l’article de Bruno Delmas, « Une fonction nouvelle : genèse et développement des centres de documentation » 1, restait la synthèse la plus accessible, et tout juste pouvait-on citer certains travaux de Sylvie Fayet-Scribe, historienne et maître de conférences à Paris I, publiés sur des supports plus familiers des professionnels de l’information et de la documentation que des historiens, puisqu’il s’agit d’articles de Documentaliste-Sciences de l’information et de publications électroniques dans la revue en ligne Solaris dont elle est cofondatrice. On ne peut donc que se réjouir de la voir publier un ouvrage plus vaste sur la question, qui reprend en partie ses travaux antérieurs en les refondant, et qui a bénéficié de l’apport précieux d’archives inédites, publiques mais aussi privées, notamment celles d’Éric de Grolier.

Chronologie des supports, des dispositifs spatiaux, des outils de repérage de l'information. Sylvie FAYET-SCRIBE. 1960 (suite) Une politique d'IST se met en place progressivement dans tous les pays occidentaux après la seconde guerre mondiale. Depuis 1945, " La Big Science " : gros moyens financiers investis dans la recherche privée ou public. A partir des années 70, développement de l'industrie de l'information diffusée en ligne. Production, diffusion et exploitation des Banques de données en ligne commerciales (ASCII et vidéotex) constituent aujourd'hui une véritable filière industrielle.

Outils d'informatique et communication : 1945 : création de l'ENIAC ( premier ordinateur) 1954 : Radio à transistor 1959 : Circuit intégré 1962 : Satellite de télé-communication 1960 : développement des réseaux téléphoniques puis de réseaux transportant des données informatiques : USA 1969 : ARPANET puis 70-80 : développement d'INTERNET. Toutes les fonctions de transport se numérisent. 1973 : micro-ordinateur Micral (créé par Truong Trong The). 1974 : micro-ordinateur en kit Altaïr. 1975 : micro-ordinateur IBM Format Ecran : . La documentation : hier pour expliquer et comprendre demain (M.F Blanquet) 1. La documentation : son histoire et son évolution Présenter l’histoire de la documentation, c’est poursuivre simultanément plusieurs objectifs. Le premier concerne la jeunesse de cette « discipline » et donc la jeunesse de la profession de documentaliste.

L’histoire nous apprend que les sciences émergentes naissent souvent en suscitant des oppositions. C’est le cas, par exemple, de la sociologie ou de la psychologie. Les enseignants documentalistes allient dans l’intitulé qui les désigne deux facettes temporelles : celle, ancienne, de l’enseignement ; celle, récente, de la documentation. Il n’est dès lors pas très difficile de comprendre les difficultés rencontrées pour la représentation de leur image et la reconnaissance de leurs doubles fonctions. Faire référence au passé, c’est également tenter de répondre à la distinction que traduisent aujourd’hui les concepts de documentation et de sciences de l’information.

Les premiers pas Paul Otlet C’est d’abord une idéologie. 1935 S.R. 2. Les professeurs-documentalistes aux confluences des mutations (1) Loïc Le RouxIUFM de La Réunion « La nouvelle fracture numérique n’est donc pas entre ceux qui peuvent s’offrir les machines et les services et ceux qui ne le peuvent pas, mais entre ceux qui savent les utiliser à leur avantage et ceux qui sont victimes de la sur-information. Ce n’est pas un problème entre ceux qui "possèdent" et les autres, mais entre ceux qui "savent" et les autres. » Howard Rheingold [1] Résumé. - Internet à l’école marque un changement dans le fait de penser la documentation et le rôle des CDI.

Si les pratiques des professeurs-documentalistes toujours tributaires de multiples facteurs pouvaient - avant l’arrivée du numérique - se réguler, aujourd’hui il est nécessaire de penser l’organisation de la documentation et de ses acteurs de manière plus complexe afin de délivrer des pratiques en réponse aux nouveaux enjeux de la « société de l’information ». Préambule : la documentation scolaire, un métier en constante mutation I. A.

B. C. II. A. 1. 2. 3. B. C. D. Les professeurs-documentalistes aux confluences des mutations (2) III. Savoir répondre aux défis de l’explosion informationnelle « La notion de complexe semble plus féconde pour désigner ce travail de conceptualisation inachevable » [1] A. Topographie des savoirs et pratiques nouvelles « L’activité documentaire est toujours située dans un temps, dans un lieu, et insérée dans un réseau de personnes, de machines et de techniques qui interagissent » (Fondin, 2002). Le nombre sans cesse croissant de documents et leur dispersion ainsi que les demandes plus spécifiques des usagers entraînent de nouvelles méthodes de recherche. L’analyse de ces pratiques peut être appréhendée à travers les modélisations propres à l’approche systémique (Engeström, 1987 ; Lewis, 1998) mais ne doit être nullement réductible à cette construction conceptuelle (cf.

Le professeur-documentaliste se situe aux confluences de plusieurs champs disciplinaires par ses participations actives et transversales au sein des enseignements (IDD, TPE, PPCP). B. Références bibliographiques : Les professeurs-documentalistes aux confluences des mutations (3) « Avec l’apparition des nouveaux dispositifs pédagogiques transversaux pour le collège et le lycée - itinéraires de découverte (IDD), travaux personnels encadrés (TPE), projet pluridisciplinaire à caractère professionnel (PPCP), éducation civique juridique et sociale (ECJS) - puis la mise en place progressive du brevet informatique et Internet (B2I), le rôle du professeur-documentaliste devient plus important. « Mécaniquement » déjà, ne serait-ce que par le rôle incontournable de l’espace CDI assigné par les textes officiels, il n’est plus seulement une interface privilégiée entre le document et l’élève - un « intermédiaire des chercheurs et des curieux » selon Paul Otlet - mais devient un enseignant délivrant une pédagogie documentaire transversale, souvent innovante, bien en amont du document existant. » Surtout en amont...!

Car c’est à partir de cet amont que se construisent vraiment savoirs et cultures. Rien que cet amont nécessiterait un livre entier, et n’épuiserait pas le sujet. Cahier N 9 la Documentation. Bibliothèque numérique : un renouveau pour la médiation documentaire. Le paysage des bibliothèques numériques est loin d'être stabilisé et les multiples accès au livre ne facilitent en rien l'orientation du lecteur. Le travail des médiateurs du livre s'en trouve également complexifié. S'interroger sur les besoins des usagers dans leur contexte, fixer des attentes précises au regard de l'évolution du livre et de la lecture permettra sans doute de faire des choix opportuns correspondant aux situations locales. Un aperçu des questions à se poser avant la mise en place d'une bibliothèque numérique en université a été présenté par Emmanuel Saubion [1] lors des Rencontres Savoirs CDI 2011. Dans cette exploration heuristique le professeur-documentaliste s'interrogera plus particulièrement sur ce qui correspond à son propre contexte pédagogique.

Après avoir exploré le contexte, présenté les outils, les supports de lecture et leurs caractéristiques. Mettre « bibliothèque en ligne » entre guillemets n’est pas anodin. Diversité des « bibliothèques en ligne »