background preloader

Sources informelles (blogs, forums...)

Facebook Twitter

Sources informelles (forums, blogs) Oui il existe une addiction au smartphone mais il est possible de décrocher  L'empereur smartphone Les technologies modernes font partie intégrante de notre vie dans cette SGV (société à grande vitesse).

Oui il existe une addiction au smartphone mais il est possible de décrocher 

Prenez l'exemple des enfants nés au début ou au milieu des années 2000, ils connaissent les lecteurs mp3 microscopiques pour écouter de la musique, utilisent des clés USB à la mémoire "démentielle" pour tout stocker, manient mieux les écrans digitaux que n'importe quel adulte, facebookent, tweetent, échangent des textos à l'infini, snapchatent, instagrament... avec des smartphones qui font tout. Cependant, il n'y a pas que les enfants... Début 2015, 336 millions de smartphones ont été vendus dans le monde, soit une hausse de plus de 19 % comparativement à 2014. Les 20 applications les plus utilisées dépassent toutes les 4,5 millions d'usagers uniques.

Un smartphone est un cordon ombilical psychosocial, une e-xtension du i-Soi. Il ne sert pas que de matrice mobile à un téléphone. Stress numérique : quelles limites pour le travail. Vous vérifiez votre boîte emails combien de fois par jour ?

Stress numérique : quelles limites pour le travail

Quand on leur pose la question, les 2/3 des Français répondent qu’ils le font sept à huit fois par jour environ. En réalité, ils le font toutes les cinq minutes ! « Ce ne sont pas les technologies numériques qui sont en cause mais les usages particuliers qui en sont faits, dans telle entreprise, tel métier, par tel individu... », précise Patrick Légeron. Pas de généralisation hâtive, donc ! Les mauvais usages des nouvelles technologies les plus connus sont : la confusion entre vie professionnelle et vie privée, le sentiment d’urgence permanente, la perte de contrôle (qui différencie le stress choisi du stress subi), une fracture générationnelle sur la maîtrise des outils numériques...

Progression du stress technologique et de l’overdose numérique – Le Mixer. Le sujet du stress technologique ne me surprend pas du tout.

Progression du stress technologique et de l’overdose numérique – Le Mixer

Quand j’en ai parlé vers 2006 dans la rédaction de ZDNet, je me souviens ne pas avoir eu de suite un très gros succès ;-) Mais j’ai quand même consacré plusieurs articles au sujet, qui mérite toute notre attention. N’a t-il pas désormais une note Wikipedia à part entière, et même des sondages sur ce thème ? Car notre environnement informatique, internet et digital a bien évolué : il s’est étoffé, et nous rend désormais intimement lié à tout un corpus technologique qu’il faut savoir gérer. A défaut de quoi, on risque d’être vite dépassé, secoué et finalement broyé par La Matrice. Voici quelques étapes (ce n’est pas exhaustif) de l’évolution que j’ai perçue sur ces 10 dernières années. 1/ tout est parti de l’overdose mail : c’était le constat que me faisait un expert de la Cegos en 2007 pour ZDNet.

Laurentdupin Digital content manager, co-founder LeWebLab.com. Stress numérique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Stress numérique

Le stress numérique est la conséquence de l’amplification des mécanismes de stress par un environnement numérique omniprésent : en France le nombre de cartes mobiles (ou cartes SIM) actives (80 millions) [1] dépasse le nombre de français (66 millions) et au moins trois réseaux sont simultanément disponibles pour plus de 99% de la population. Cette dénomination, intègre le nouveau paradigme numérique (Cf. section 1), auquel est associé le caractère addictif du numérique[1]. Du stress au burnout ou syndrome d'épuisement professionnel (état d’une personne soumise à des facteurs de stress organisationnels permanents et répétitifs qui altèrent son bien-être et épuisent ses ressources)[2] et d'usages libres aux dépendances numériques (voire à l'association des deux), les enjeux sont multiples.

Numérique : nouveau paradigme et nouvelles dimensions, nouveaux risques[modifier | modifier le code] Stress et numérique[modifier | modifier le code] L’addiction numérique, un mal croissant chez les jeunes. A Singapour, comme dans un nombre grandissant de pays, des psychiatres militent pour que l'addiction aux smartphones soit reconnue comme un trouble psychologique.

L’addiction numérique, un mal croissant chez les jeunes

Avec la Corée du Sud, la Chine et Taïwan, la cité-Etat est l'un des pays d'Asie les plus concernés par ce phénomène. L’addiction au smartphone, un trouble psy ? Singapour et Hong Kong détiennent d’ailleurs le record régional du plus grand nombre d'utilisateurs de smartphones par habitant, selon un rapport publié l'an dernier par le cabinet d'étude Nielsen. 87% des 5,4 millions de Singapouriens sont ainsi munis d'un téléphone multifonctions, contre 65% aux Etats-Unis. Ils passent en moyenne 38 minutes par session sur Facebook, soit presque deux fois plus que les Américains, selon la société Experian.En France, les dernières études menées établissent à 40 % le pourcentage de Français qui utilisent l'internet mobile, c'est-à-dire depuis leurs smartphones et tablettes*.

Chez les jeunes de 15 à 29 ans, ce taux grimpe à 79 % ! Comment devient-on accro au numérique ? Les nouvelles technologies sont partout au point qu'on ne peut pas y échapper, ou presque.

Comment devient-on accro au numérique ?

Ainsi, entre usage régulier et vraie addiction au numérique, la frontière est mince. Premier épisode de l'addiction numérique, demain : Comment s'en sortir. Nouvelles addictions Les nouvelles technologies sont de plus en plus performantes et intrusives Crédit Reuters Ajouter au classeurSuivre ce contributeurLecture zen Intéressé par cet auteur ? Pour retrouvez facilement ses articles dans votre compte et recevoir une alerte à chacune de ses contributions : Lire ou relire plus tard Pour classer cet article et le retrouver dans votre compte : Besoin de vous concentrer Pour lire cet article dans sa version zen : Je m'abonne.

VIDEO. «L’addiction au numérique se mesure à la perte de liberté» SANTE A l'occasion de la sortie du MOOC de l'université de Nantes sur l'addiction numérique, Didier Acier, professeur de psychologie clinique fait le point sur ce phénomène...

VIDEO. «L’addiction au numérique se mesure à la perte de liberté»

Propos recueillis par Delphine Bancaud Publié le Mis à jour le Un phénomène de société qui est devenu un sujet d’étude. C’est ce lundi que l’université de Nantes lance un Mooc sur l’addiction au numérique. L’occasion pour 20 minutes de faire le point sur ce fléau avec Didier Acier, professeur de psychologie clinique à l’université de Nantes. Qu’entend-on par addiction au numérique? Beaucoup de Français ont un usage excessif des nouvelles technologies et peuvent passer une trentaine d’heures sur les écrans. Quelle est l’ampleur du phénomène en France? Il reste rare, puisqu’il concerne 2% de la population française, mais il risque fort de progresser dans les années à venir avec la multiplication des objets connectés. Addiction à Internet - Il a vécu 6 mois sans le net.

Un jour, Thierry Crouzet a coupé Internet.

Addiction à Internet - Il a vécu 6 mois sans le net

Victime d’un burn-out, d’une overdose numérique.