background preloader

Journalisme

Facebook Twitter

Eric Scherer prône un journalisme réinventé et augmenté. Après la fin de la télévision prédite par Jean-Louis Missika et la fin des journaux annoncée par Bernard Poulet, voici logiquement venue la fin des journalistes.

Eric Scherer prône un journalisme réinventé et augmenté

Dans un essai percutant et extralucide, A-t-on encore besoin des journalistes ? Manifeste pour un journalisme augmenté, Eric Scherer pose un diagnostic éclairant sur la profession journalistique, confrontée à la plus grande révolution de son histoire. Aujourd’hui directeur de la prospective et de la stratégie numérique du groupe France Télévisions, l’auteur analyse les effets présents et à venir de la révolution de l’information sur les pratiques des journalistes. Pour lui, la crise à laquelle les journalistes sont confrontés depuis moins de dix ans est "un changement d’époque aussi monumental que l’arrivée du télégraphe au XIXe siècle", une sorte de séisme poussé par trois forces : la numérisation, la mobilité et la personnalisation de l’information. Atlas06 medias. Guerre des mots, par Alain Garrigou (Les blogs du Diplo, 2 octobre 2015)

Journalisme après bourdieu. Médias : quelques îlots résistent…, par Serge Halimi (Le Monde diplomatique, novembre 2015) Questionsdecommunication 915 15 yannick estienne le journalisme apres internet. XXI21 Manifeste. Pourquoi les journalistes doivent lire Dabiq, la revue de l'État islamique. Remplies d'images atroces, diffusant une propagande détestable au service d'un groupe sanguinaire, les publications de l’État islamique n'en sont pas moins les fenêtres les plus directes sur son idéologie.

Pourquoi les journalistes doivent lire Dabiq, la revue de l'État islamique

Imaginez la scène: c'est le matin et vous prenez votre petit déjeuner alors qu'une nouvelle journée de labeur s'annonce. À la radio, un journaliste achève sa revue de presse quotidienne et vous l'entendez conclure, après avoir mentionné les sources «classiques», en citant... un article de Dabiq, le magazine de l'organisation État islamique. Inimaginable? Sur sa page Facebook, Vincent Feltesse, conseiller au cabinet de François Hollande, déplorait récemment ce «jour où Dabiq est presque rentré dans les revues de presse de France Inter».

«Pour mieux connaître leurs réseaux et leur idéologie, nous nous appuyons sur des spécialistes, comme Wassim Nasr. «Une mine d'informations» Nicolas Martin officie sur France Culture, où il décortique la presse. Robin Verner Partagez cet article. Vingt années qui ont changé « Le Monde », par Serge Halimi. Il n’est pas courant que l’ancien directeur d’un des quotidiens les plus importants du pays ait été simultanément journaliste économique et romancier à succès, successivement grand reporter en Afrique et manager d’un journal pris dans le tourbillon d’une impossible équation financière.

Vingt années qui ont changé « Le Monde », par Serge Halimi

Laquelle l’amènera à être révoqué par les nouveaux actionnaires du groupe de presse sans que la rédaction du Monde puisse ou veuille s’y opposer : elle avait dû entériner auparavant sa dépossession d’une entreprise qu’elle contrôlait depuis la Libération. Eric Fottorino conclut son récit d’une plume élégiaque : « J’étais entré dans cette maison le cœur léger, si fier, courant presque, pressé de faire mes preuves de journaliste, et il me revenait de mettre fin à cette utopie de soixante-cinq années, à ce rêve de journalisme autogestionnaire, à la belle aventure d’un journal de journalistes. (...) Je resterais le directeur qui aurait vendu Le Monde. » Taille de l’article complet : 1 165 mots. Je révise mon français grâce à la presse. Le numéral un, comme les autres numéraux, est susceptible d’être employé pronominalement.

Je révise mon français grâce à la presse

Un, ou l’un dans la langue soutenue, désignent une unité faisant partie d’un ensemble mentionné sous la forme d’un complément introduit par de (et qui sera donc au pluriel) (Grevisse). Patrick Devedjian est l’un des rares à voter contre. Classé dans un des accords On fait l’accord d’un participe passé suivi d’un infinitif si le pronom objet direct qui précède se rapporte au participe (le pronom que représente alors les auteurs (féminines) de l’action marquée par l’infinitif arriver) (On a vu quoi? Des femmes chinoises “qui sont arrivées”) … l’afflux de femmes chinoises qu’on a vues arriver Classé dans Participe passé suivi d'un infinitif Pour distinguer a (3ème personne du présent de l’indicatif du verbe avoir) de la préposition à, on remplace par avait.

Et le milieu de la BD a une grande capacité à l’autodérision. DocPresseESJ. Comment rétablir la confiance dans les médias ? - La Croix. Il y a un an, lorsque l’institut TNS Sofres avait, pour La Croix, sondé les Français sur leur confiance dans les médias, des Français, nombreux, brandissaient des crayons place de la République, les journaux s’arrachaient dans les kiosques, les audiences des radios et télévisions s’envolaient.

Comment rétablir la confiance dans les médias ? - La Croix

La rédaction de Charlie Hebdo venait d’être prise pour cible par des terroristes. Tuer des journalistes, c’était s’en prendre à la liberté d’expression, un socle de la démocratie. Les résultats de notre Baromètre (intérêt record pour l’information, crédibilité des médias en hausse, moindre défiance envers les journalistes…) reflétaient alors ce besoin évident d’union nationale, qui se révéla éphémère. « C’est une tendance au long cours qui s’accentue. Elle est liée à la situation française, où beaucoup d’événements se sont déroulés en 2015 », estime l’économiste des médias Julia Cagé. > À lire aussi : S’informer sur Internet, les Français restent perplexes Une forte exigence du public Méthodologie.