background preloader

2. LE COMMERCE INTERNATIONAL ET LES TRAITES NEGRIERES AU XVIIIe

Facebook Twitter

Les portraits des Deurbroucq. Issu d’une famille originaire de Gand, Dominique Deurbroucq est un négociant et armateur.

Les portraits des Deurbroucq

Figure nantaise majeure du commerce atlantique au 18e siècle, il est bien identifié par les sources et étudié par les travaux historiques. Son père, Simon Deurbroucq, s’est lancé, probablement dans les années 1720, dans l’activité maritime transatlantique, fondant les débuts d’une dynastie qui s’intègre dans le milieu négociant hollandais implanté à Nantes, et s’impose peu à peu parmi les grandes familles d’armateurs de la ville. C’est dans ce contexte que Dominique Deurbroucq, né en 1715, est formé très tôt au négoce.

Traite négrière atlantique. Les toiles imprimées peuvent représenter à elles seules jusque 80% de la cargaison de départ d’un navire négrier.

Traite négrière atlantique

Entre 1686 et 1757 pour ne pas nuire à la production traditionnelle de laine, de lin et de soie, cette activité lucrative ainsi que les importations sont interdites en France favorisant l’achat à l’étranger (Hollande, Angleterre et Suisse) ou encore la fabrication clandestine.La prohibition est levée en 1759 entrainant l’installation à Nantes de nombreuses manufactures de toiles imprimées. Parmi ses dernières on peut citer : Gorgerat, Petitpierre, Favre, Pelloutier, Kuster, Bourcard, Roques et Simon. A retenir : Histoire de Nantes. Située en fond d’estuaire, Nantes, ville-port, a assuré son développement grâce à la Loire.

Histoire de Nantes

Condevicnum (de Condate : confluence), Portus Namnetum (le port des Namnètes) : les premières mentions écrites évoquent cette relation privilégiée de la ville au fleuve. À la croisée des routes terrestres et fluviomaritimes, Nantes s’affirme comme un carrefour commercial tourné vers l’Atlantique. L'esclavagisme dans les Antilles françaises. L'esclave une non-personne. Mémorial de l’abolition de l’esclavage.

Mémorial de Gorée - Histoire du projet du Mémorial de Gorée. La « Grande traite négrière1 » Entre 1525 et 1867, plus de douze millions de personnes natives du continent africain ont été enlevées, déportées et asservies afin de favoriser le développement économique des colonies américaines possédées par les puissances européennes.

Mémorial de Gorée - Histoire du projet du Mémorial de Gorée

Dans la longue histoire de la traite des êtres humains, et plus spécifiquement des Africains, ce « commerce triangulaire transatlantique » fut tout à fait exceptionnel, tant par la quantité de personnes forcées à l’exil et à l’esclavage que par la méthode systémique utilisée par la filière marchande des « négriers ».