background preloader

Politique

Facebook Twitter

Michelle Obama, une incroyable oratrice. Empowerment : le grand détournement de fond. Il est partout.

Empowerment : le grand détournement de fond

Le terme «empowerment», qui signifie littéralement «renforcer» ou «acquérir du pouvoir», ponctue les programmes de la Banque mondiale ou de l’ONU. En France, il est le leitmotiv de la politique dans les quartiers populaires et a fait l’objet d’un colloque de l’Ecole nationale des travaux publics. En même temps, c’est aussi le credo de Beyoncé, qui s’en sert comme un concept élastique dans ses clips et pour vendre sa ligne de vêtements. Robert Badinter: "La peine de mort susciterait encore plus de vocations terroristes" Face au terrorisme, la question de la peine de mort est de nouveau posée.

Robert Badinter: "La peine de mort susciterait encore plus de vocations terroristes"

Enquête. Ce que veut vraiment l’Etat islamique. Cette grande enquête publiée dans The Atlantic offre un éclairage sans précédent sur les objectifs et les fondements idéologiques de Daech.

Enquête. Ce que veut vraiment l’Etat islamique

Soutenant la thèse selon laquelle l’organisation se définit essentiellement par sa lecture littérale du Coran, elle a suscité de nombreuses réactions. En voici, en exclusivité, l’essentiel. Why elections are bad for democracy. Brexit is a turning point in the history of western democracy.

Why elections are bad for democracy

Never before has such a drastic decision been taken through so primitive a procedure – a one-round referendum based on a simple majority. Never before has the fate of a country – of an entire continent, in fact – been changed by the single swing of such a blunt axe, wielded by disenchanted and poorly informed citizens. But this is just the latest in a series of worrying blows to the health of democracy. On the surface, everything still seems fine. A few years ago, the World Values Survey, a large-scale international research project, asked more than 73,000 people in 57 countries if they believed democracy was a good way to govern a country – and nearly 92% said yes. Trust in the institutions of democracy is also visibly declining. There is something explosive about an era in which interest in politics grows while faith in politics declines.

We discuss and debate the outcome of a referendum without discussing its principles. Ludo, d’Osons Causer, le visage du mouvement social sur YouTube. La légende familiale veut qu’à l’âge où il disait ses premiers mots, Ludo a demandé à sa mère si Mitterrand était de gauche ou de droite.

Ludo, d’Osons Causer, le visage du mouvement social sur YouTube

Quand elle lui a appris qu’il était de gauche, le gamin a pleuré : “On m’avait dit que j’étais droitier !” , se marre-t-il ce 23 juin place de la Bastille, alors que le service d’ordre de la CGT-FO tient un conciliabule avant la dixième manifestation contre la loi travail. La tête enturbannée dans un t-shirt rouge pour se protéger du soleil, chemise ouverte sur une poitrine velue, barbe de deux semaines et chaussures de marche usées aux pieds : Ludovic Torbey, 29 ans, tient plus du vagabond ayant sauté d’un train de marchandise au hasard d’un ralentissement, que du youtubeur au faîte de sa popularité. Pourtant, il est apostrophé comme le digne rejeton de Philippe Martinez : “Bravo pour le taf !” , “Merci pour ta dernière vidéo !”. Des tracts-vidéos qui dépassent les 3 millions de vues. Euro 2016: la France portugaise ou la nouvelle défaite des identitaires. Pourquoi Sarkozy influence toujours autant les médias 

Durant un mois entier, les médias, toutes sensibilités mêlées, agitèrent consciencieusement l'encensoir: pour bénir l'équipe de France de foot et ses joueurs, nous ne pouvons qu'approuver et partager ; en revanche, nous serons davantage dubitatifs quant au subit état de grâce concomitamment accordé à Nicolas Sarkozy avant que chacun ne reprenne, somme toute assez vite, ses esprits.Le "boss" était donc de "retour".

Pourquoi Sarkozy influence toujours autant les médias 

Il ne s'agissait pas d'un nouveau concert parisien du seul "boss" que nous connaissions, la rock star américaine Bruce Springsteen ; non, c'est ainsi que, désormais, le sénateur-groupie Pierre Charon, souvent si drôle, perspicace et plus imaginatif, désigne l'ex-président. Il aura donc suffi d'une poignée de sondages moins mauvais et décevants que les précédents pour rallumer le feu sarkozyste. Et l'intox d'oublier l'impact du second tour...

Un avant-goût peu ragoûtant de l'automne politique. C’est un autre monde. C’est un autre monde, dans lequel il n’a plus été question de parer nos balcons et fenêtres du drapeau, pourtant signe d’union dans l’épreuve et de rassemblement dans la riposte.

C’est un autre monde

Nos fenêtres sont restées vides. François Hollande a probablement perçu ce qu’il y aurait de dérisoire à proposer encore le même geste. C’est un autre monde, dans lequel l’union nationale a les allures d’un souvenir, d’une chimère. Elle n’a pas même duré un instant de raison, et ceci est aussi le signe de ce nouveau monde où l’horreur et le carnage ne sont plus exceptionnels. Ils sont entrés dans le champ du débat politique autorisé et beaucoup ne se sont pas grandis, avec leurs propos de matamores. Pourquoi la gauche peut mourir.