background preloader

Références incluses dans la correction de la composition de mars

Facebook Twitter

L ere du soupcon. Litterature et psychanalyse. L'ANECDOTE ET LA CONSTRUCTION DU PERSONNAGE PROUSTIEN. Proust autofiction. Unanimisme litterature. Marielle macé et la stylistique existentielle. La poésie lyrique des Troubadours. Le champ littéraire. Préface des Contemplations. Dans sa Préface, Hugo expose la signification et la portée qu’il entend donner aux Contemplations. La poésie dans cette œuvre se confond d’après lui avec la « vie » qui est ici à la fois la source et l’objet de l’écriture poétique. Le degré d’abstraction atteint par le poète contemplateur l’amène en outre à faire de ces Mémoires d’une âme l’emblème de la condition humaine. . [...] Vingt-cinq années sont dans ces deux volumes. Les Fleurs du mal/1868/Au lecteur. CollectionCharles BaudelaireMichel Lévy frères1868ParisTŒuvres complètes, vol.

Les Fleurs du mal/1868/Au lecteur

IBaudelaire Les Fleurs du Mal.djvuBaudelaire Les Fleurs du Mal.djvu/479-81 La sottise, l’erreur, le péché, la lésine, Occupent nos esprits et travaillent nos corps, Et nous alimentons nos aimables remords, Comme les mendiants nourrissent leur vermine. Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches ; Nous nous faisons payer grassement nos aveux, Et nous rentrons gaîment dans le chemin bourbeux, Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches. Sur l’oreiller du mal c’est Satan Trismégiste Qui berce longuement notre esprit enchanté, Et le riche métal de notre volonté Est tout vaporisé par ce savant chimiste.

C’est le Diable qui tient les fils qui nous remuent ! Ainsi qu’un débauché pauvre qui baise et mange Le sein martyrisé d’une antique catin, Nous volons au passage un plaisir clandestin Que nous pressons bien fort comme une vieille orange. Mademoiselle de Maupin/Édition 1880/Préface. Une des choses les plus burlesques de la glorieuse époque où nous avons le bonheur de vivre est incontestablement la réhabilitation de la vertu entreprise par tous les journaux, de quelque couleur qu’ils soient, rouges, verts ou tricolores.

Mademoiselle de Maupin/Édition 1880/Préface

La vertu est assurément quelque chose de fort respectable, et nous n’avons pas envie de lui manquer, Dieu nous en préserve ! La bonne et digne femme ! Je me souviens des quolibets lancés avant la révolution (c’est de celle de juillet que je parle) contre ce malheureux et virginal vicomte Sosthène de La Rochefoucauld qui allongea les robes des danseuses de l’Opéra, et appliqua de ses mains patriciennes un pudique emplâtre sur le milieu de toutes les statues. — M. le vicomte Sosthène de La Rochefoucauld est dépassé de bien loin. — La pudeur a été très-perfectionnée depuis ce temps, et l’on entre en des raffinements qu’il n’aurait pas imaginés.

J’avoue que je ne suis pas assez vertueux pour cela. Mon doux Jésus ! Sartre. Engagement et responsabilité de l’intellectuel À propos de deux textes fondateurs des Temps Modernes. Temps modernes. La Poésie. La théoricienne qui a le mieux rendu possible une telle distinction est Käte Hamburger, dans son livre Logique des genres littéraires (1977).

La Poésie

Elle y fait une théorie de l'énonciation littéraire qui attribue un statut de réalité à l'énonciation lyrique. IV.2.1. Différents types d'énonciation littéraire selon Käte Hamburger Dans la théorie de Käte Hamburger on peut distinguer en littérature trois types d'énonciations: des énonciations réelles, des énonciations feintes et des énonciations fictives. IV.2.1.1. Le critère qui, pour Käte Hamburger, définit l'énoncé de réalité est extrêmement simple. Autour du sujet de l'énonciation réel s'organisent les repères de l'ici et du maintenant. Si je prends le cas de l'autobiographie, il est clair que j'aurai affaire à un énoncé de réalité parce que celui qui y dit je, par exemple Sartre dans Les Mots, est un sujet d'énonciation authentique qui parle depuis un présent réel.

Plaisir texte. Le degrés zéro de l écriture R.BARTHES. Introduction à l'analyse structurale des récits. Roland Barthes Introduction à l'analyse structurale des récits Innombrables sont les récits du monde.

Introduction à l'analyse structurale des récits

C'est d'abord une variété prodigieuse de genres, eux-mêmes distribués entre des substances différentes, comme si toute matière était bonne à l'bomme pour lui confier ses récits : le récit peut être supporté par le langage articulé, oral ou écrit, par l'image, fixe ou mobile, par le geste et par le mélange ordonné de toutes ces substances; il est présent dans le mythe, la légende, la fable, le conte, la nouvelle, l'épopée, l'histoire, la tragédie, le drame, la comédie, la pantomime, le tableau peint (que l'on pense à la Sainte- Ursule de Carpaccio), le vitrail, le cinéma, les comics, le fait divers, la conversation. Une telle universalité du récit doit-elle faire conclure à son insignifiance? Est-il si général que nous n'avons rien à en dire, sinon à décrire modestement quelques unes de ses variétés, fort particulières, comme le fait parfois l'histoire littéraire?

1. L'effet de réel. L'Effet de Réel catif et ne participe donc pas, à première vue, de l'ordre du notable ; et dans la phrase de Michelet, même difficulté à rendre compte structuralement de tous les détails : que le bourreau succède au peintre, cela seul est nécessaire à l'histoire : le temps que dura la pose, la dimension et la situation de la porte sont inutiles (mais le thème de la porte, la douceur de la mort qui frappe ont une valeur symbolique indiscutable).

L'effet de réel

Même s'ils ne sont pas nombreux, les « détails inutiles » semblent donc inévitables : tout récit, du moins tout récit occidental de type courant, en possède quelques-uns. THEORIE DU TEXTE ROLAND BARTHES. Barthes Fragments1977.