background preloader

Intelligence végétale

Facebook Twitter

Intelligence Végétale. Mouvements, mémoire, langage, ruses, esprit de famille…vous pensez que je parle d’animaux ? Que nenni ! La recherche ne cesse de faire d’incroyables découvertes sur le monde végétal. Rendons à César ce qui lui appartient, les végétaux sont bien plus sophistiqués que ce que l’on a longtemps pensé. Après avoir lu ceci, vous ne verrez plus jamais votre plante verte comme avant… Il y a maintenant un an, les chouettes savantes discutaient de l’intelligence animal ouvrant plus largement le débat sur la possible intelligence des plantes. Inspirées d’un dossier passionnant dédié à l’intelligence des plantes dans le célèbre magazine scientifique français Science & Vie (numéro de mars 2013), on a décidé d’élargir un peu les investigations et de lever le voile sur ces incroyables organismes finalement mal connus et sous-estimés.

Figure 1. L’idée que les plantes ne sont pas, contrairement aux animaux, des créatures vivantes accompagne l’humanité depuis les premiers écrits. Le règne des Eucaryotes. L’esprit des plantes. « L’esprit des plantes » c’est le nom de l’excellent documentaire de Jacques Mitsch, diffusé pour la première fois le 22 janvier 2010 sur ARTE. Et si les plantes cachaient bien leur jeu ? De la mémoire des légumineuses à la sensibilité musicale du Desmodium girans, un aperçu renversant de l’intelligence végétale….. Selon les classifications naturalistes, il existe un véritable abîme entre le monde animal et le monde végétal.

Pourtant, sur les traces de Charles Darwin, des biologistes réputés sont en train de montrer que l’intelligence des plantes est peut-être une réalité. Les plantes mettent en oeuvre des stratégies sophistiquées pour vivre leur sexualité, mais aussi pour voyager. Elles éprouveraient des sensations. L'intelligence des Plantes – 1de5envoyé par kraft888. – Vidéos des dernières découvertes technologiques. L'intelligence des Plantes – 2de5envoyé par kraft888. – Regardez plus de vidéos de science. via. L'intelligence des végétaux. L' Esprit des plantes, en VOD, DVD. Réalisateur : Jacques MitschAuteurs : Benoit Grison, Jacques MitschProducteurs : K PRODUCTION, ARTE FRANCE Et si les plantes cachaient bien leur jeu ? De la mémoire des légumineuses à la sensibilité musicale du Desmodium girans, un aperçu renversant de l'intelligence végétale.

Selon les classifications naturalistes, il existe un véritable abîme entre le monde animal et le monde végétal. Pourtant, sur les traces de Charles Darwin, des biologistes réputés sont en train de montrer que l'intelligence des plantes est peut-être une réalité. Les plantes mettent en oeuvre des stratégies sophistiquées pour vivre leur sexualité, mais aussi pour voyager. Elles éprouveraient des sensations. Elles auraient même de la mémoire. L’insoupçonnable intelligence des plantes – Partie 1. Mouvements, mémoire, langage, ruses, esprit de famille…vous pensez que je parle d’animaux ? Que nenni ! La recherche ne cesse de faire d’incroyables découvertes sur le monde végétal.

Rendons à César ce qui lui appartient, les végétaux sont bien plus sophistiqués que ce que l’on a longtemps pensé. Après avoir lu ceci, vous ne verrez plus jamais votre plante verte comme avant… Il y a maintenant un an, les chouettes savantes discutaient de l’intelligence animal ouvrant plus largement le débat sur la possible intelligence des plantes. Inspirées d’un dossier passionnant dédié à l’intelligence des plantes dans le célèbre magazine scientifique français Science & Vie (numéro de mars 2013), on a décidé d’élargir un peu les investigations et de lever le voile sur ces incroyables organismes finalement mal connus et sous-estimés.

Figure 1. L’idée que les plantes ne sont pas, contrairement aux animaux, des créatures vivantes accompagne l’humanité depuis les premiers écrits. Le règne des Eucaryotes. Les racines de "l’intelligence végétale" Je ne m’attendais certes pas à cette botte secrète qui me décroche soudainement de mon tuteur et me met à terre.

"La vie, c’est de la chimie"... On peut donc encore dire cela en 2014, en revenir à une vision d’il y a trente ans ? J’avoue jeter l’éponge, ne plus avoir d’argument face à un tel aphorisme, un tel aplomb, une vision du monde aussi vieillie, aussi déconnectée des connaissances actuelles. Je suis K.O. mais je vais me redresser et retourner à mon jardin, déployer mes feuilles et mes racines en composant certes avec les nécessités du monde, et en devant aussi une part de mon existence au hasard, mais en faisant tout autant acte de liberté et, à ma mesure d’humble haricot géant, d’intelligence. Comme la course de mes racines fouillant le sol, je m’insinue dans la nécessité.

Mais j’atteste que je ne dois cela en rien à la chimie, ni à la physique. Décidément, Bergson avait raison. Les plantes possèdent-elles une véritable intelligence ? Cactus Cobalt123 © Licence CC via Flickr La question paraît saugrenue. Il y a quelques années, elle ne se serait certainement pas posé. Pourtant, le magazine Science et Vie, notre partenaire pour cette émission, titre son dossier de ce mois de mars : « L’intelligence des plantes enfin révélée ». On pense d’abord à une formulation légèrement exagérée. Drosera capensis - Plante carnivore - Photo - Science and plants for schools © Licence CC via Flickr Toutes ces caractéristiques sont décrites avec un langage anthropocentrique sans doute un peu abusif parfois.

Quelles sont les découvertes réalisées au cours des trente dernières années et qui conduisent aujourd’hui à nous poser la question de l’intelligence des plantes ? La complexité du règne végétal est-elle vraiment comparable à celle du règne animal ? Doit- on ainsi, parler d’éthologie des plantes, de communication végétale voire de neurobiologie végétale ? Invités : Francis Hallé, botaniste, spécialiste des plantes tropicales. Vidéos : Monde Végétal -> Botanique -> L'Intelligence des Plantes. Communication, odorat, mémoire... Qui l'eût cru ! Les plantes ont le sens de l'ouïe, elles savent se mouvoir et communiquer, elles ont l'esprit de famille et elles ont même de la mémoire ! En un mot : ce sont des êtres "intelligents". Telle est l'étonnante découverte de biologistes, dont les travaux révolutionnent totalement notre regard sur le monde végétal. Mieux, ils le réhabilitent dans l'ordre du vivant.

C'était il y a juste trente ans. Cette exploration des capacités sensorielles et comportementales des plantes a d'abord révélé l'extrême sensibilité végétale, "comparable, voire supérieure à celle des animaux", assène Ian Baldwin. Certains de ces services concernent la communication. Certes, ils demeurent les racines ancrées dans le sol. Les biologistes avaient déjà été bluffés en découvrant, dans les années 1990, l'oreille interne des arbres : certaines cellules abritent des grains d'amidon qui, se déplaçant en fonction de la gravité, les informent de leur inclinaison.

Découverte : les plantes sont intelligentes ! La vision de la « plante automate » est morte. Sensible et dynamique, le monde végétal se sert de son intelligence pour s’adapter à son environnement et lutter contre les agressions extérieures. Cette découverte va révolutionner notre façon de voir le monde qui nous entoure. De nombreux biologistes ont découvert des choses étonnantes : les plantes bougent, entendent, éprouvent des sensations, communiquent et possèderaient même de la mémoire. Elles ont même l’esprit de famille. Le monde végétal se sert des animaux pour accomplir sa sexualité, et même de nous, peut-être, pour voyager. Les scientifiques ont de plus en plus tendance à montrer que l’intelligence des plantes, ou neurobiologie des plantes, est désormais une réalité de la nature.

Les premières hypothèses de l’existence d’une forme d’intelligence entre les végétaux remontent aux débuts des années 80 grâce au biologiste américain Jack Schultz qui déclare en premier « les peupliers parlent ». L’ESPRIT DES PLANTES – INTELLIGENCE VEGETALE. Un dossier sur l'intelligence des plantes, au risque de bêtifier ? Tout sauf végétatif… « Changements rapides induits par un dommage dans la chimie de feuilles d’arbres : la preuve d’une communication entre les plantes ». C’est le titre d’une étude de Ian T. Baldwin et Jack C. Schultz, publiée en 1983 dans la très sérieuse revue Science. En résumé, après avoir arraché une certaine quantité de feuilles d’un peuplier ou d’un érable, l’arbre produit une plus grande concentration de tanins, qui jouent le rôle d’armes chimiques défensives contre certains parasites.

La réaction ne s’arrête pas là : l’arbre effeuillé produit également un signal chimique qui se diffuse dans l’air, et au contact duquel les autres arbres de la même espèce se mettent également à produire une plus grande concentration de tanins, ce qui les prépare à une attaque éventuelle. Concédons que ce dossier de Science et Vie n’est pas inutile dans une société très marquée par le cartésianisme, où même les animaux sont parfois considérés comme des automates.

Sources : Intelligence végétale. Les plantes sont intelligentes (et méritent même d’avoir des droits) Les plantes se comportent de façon intelligente: certaines peuvent se déplacer, élaborer des stratégies contre les prédateurs, utiliser leur odorat... Le neurobiologiste Stefano Mancuso plaide pour une reconnaissance de leurs droits. L'intelligence animale n'est plus à démontrer. Le chimpanzé est capable de fabriquer des outils et d'apprendre le langage des signes, l'éléphant a une excellente mémoire, les rats sont capables de résoudre des problèmes, les oiseaux communiquent avec le chant, les abeilles peuvent compter... Mais qu'en est-il des plantes? Certes, les végétaux n'ont pas, eux, de cerveau. «La conception que nous avons de l'intelligence –qui serait le produit du cerveau de la même façon que l'urine est le produit des reins– est une énorme simplification.

«Les plantes sont bonnes en résolution de problème» Un point de vue radical, mais qui va dans le sens de celui de Darwin. Stefano Mancuso, neurobiologiste Le cerveau des plantes fonctionne comme Internet Partagez cet article. La dépollution du sol par les plantes testée en France. La pollution des sols est souvent due à d’anciennes industries ayant rejeté des polluants sur leur terrain d'exploitation ou à l’utilisation agricole d’engrais et de pesticides.

Philippe Hubert, directeur des risques chroniques de l’Ineris, nous parle des solutions pour traiter un sol pollué. Les plantes sauveront-elles les sols pollués ? Une collectivité de l'Oise tente l'expérience de cette méthode douce, visant à concilier reconquête environnementale et politique urbaine. La communauté d'agglomération de Creil a été la première en France, en 2013, à mettre à disposition de chercheurs de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Inéris) près d'un millier de mètres carrés pour conduire des recherches en phytoremédiation, éventail de techniques de dépollution des sols grâce à des plantes dépolluantes. Le site choisi est celui d'une ancienne usine de camping-cars fermée dans les années 1990. Une dépollution intéressante pour réoccuper d'anciens sites industriels.