background preloader

Protéodies

Facebook Twitter

SONOTHÉRAPIE QUANTIQUE INVERTONE, le Film. 8. INTELLIGENCE VEGETALE.flv. Et si les plantes étaient capables "d'entendre" ? › Biologie. La plante Arabidopsis thaliana (ci-dessus) déclenche un mécanisme de défense chimique lorsqu'elle détecte les vibrations acoustiques produites par la mastication d'une chenille dégustant l'une de ses feuilles.

Et si les plantes étaient capables "d'entendre" ? › Biologie

Crédits : Alberto Salguero La plante Arabidopsis thaliana est capable de détecter les bruits de mastication des chenilles qui grignotent ses feuilles, et de libérer en retour des substances chimiques permettant d'éloigner ces prédateurs. Une aptitude probablement présente chez d'autres plantes également. La plante Arabidopsis thaliana, cette célèbre plante de laboratoire qui est en quelque sorte pour les scientifiques l'équivalent végétal du rat, est capable de percevoir les signaux acoustiques produits par la mastication des chenilles lorsque ces dernières dégustent ses feuilles, ces vibrations se réverbérant au sein du végétal via tiges et feuilles.

Cet étonnant résultat est publié le 2 juillet 2014 dans la revue Oecologia . Résultat ? Archives - Council of Canadian Academies. Cultiver des fleurs, des légumes et d’autres types de plantes est un des passe-temps préféres de beaucoup de Canadiens.

Archives - Council of Canadian Academies

Cependant, outre leur attrait esthétique, il semble que la vie des plantes ne se limite pas à la simple photosynthèse. Trois études provenant d’autour du monde cet été montrent que les plantes poursuivent un numbre d’activités qui aident à combattre les insectes et qui contribuent à leur propre croissance et à leur survie la nuit. Les plantes et les légumes constituent une part importante de toute bonne alimentation en raison des importants nutriments qu’ils contiennent et de leurs propriétés qui aident à lutter contre les maladies.

Côté océan Pacifique, Monica Gagliano et Michael Renton de l’Université Western Australia ont observé que les plantes vivant à proximité les unes des autres pouvaient s’entraider dans leur croissance. Les versions intégrales des études citées peuvent être consultées ici : Goodspeed, D., Liu, J. Scialdone, A., Mugford, S. . [2] Idem [4] Idem. Out of Sight but Not out of Mind: Alternative Means of Communication in Plants. Current knowledge suggests that the mechanisms by which plants communicate information take numerous forms.

Out of Sight but Not out of Mind: Alternative Means of Communication in Plants

Previous studies have focussed their attention on communication via chemicals, contact and light; other methods of interaction between plants have remained speculative. In this study we tested the ability of young chilli plants to sense their neighbours and identify their relatives using alternative mechanism(s) to recognised plant communication pathways. We found that the presence of a neighbouring plant had a significant influence on seed germination even when all known sources of communication signals were blocked. Furthermore, despite the signalling restriction, seedlings allocated energy to their stem and root systems differently depending on the identity of the neighbour. These results provide clear experimental evidence for the existence of communication channels between plants beyond those that have been recognized and studied thus far.

Figures Introduction Methods. Plants respond to leaf vibrations caused by insect herbivore chewing. Introduction The effects of sound on plant growth and other traits have been recognized for decades, but the ecological significance of these responses is unclear.

Plants respond to leaf vibrations caused by insect herbivore chewing

While plant responses to wind and touch have been examined and have clear adaptive significance (Chehab et al. 2009), plant responses to acoustic energy have largely been studied in the absence of an ecological context. For example, there is a long tradition of exposing plants to musical sound (Klein and Edsall 1965; Telewski 2006; Jeong et al. 2004). Although music influences growth and germination in some plants, music contains such a wide range of frequencies, amplitudes and fine-temporal patterns that its usefulness as an experimental stimulus is limited. More systematic studies have found that some frequencies have a greater influence than others (Telewski 2006). Protéodies - Pr Marc Henry. Selon la théorie quantique notre corps n'est jamais qu'un assemblage d'innombrables paquets d''ondes.

Protéodies - Pr Marc Henry

Par la loi de mathématique de transposition par octave, on peut ainsi passer des ondes quantiques à très haute fréquence (> 1024 Hz) à des ondes ayant des fréquences de l'ordre du kHz sans changer le sens de l'information qui se trouve codée dans les intervalles entre les notes et non dans les notes elles-mêmes. Selon la théorie, en chantant ou en écoutant de la musique, on pourrait donc modifier son ADN, rétablir des fonctions biochimiques déficientes et donc changer sa personnalité.

C'est précisément ce que réalise le chercheur Joël Sterheimer avec ses protéodies. Voici une interview de Joël pour les personnes intéressées: Sa méthode a d'ailleurs fait l'objet d'un reportage sur la chaîne de télévision France 3: